Partagez | 
 

 [correction] Communication Branche 1 : La découverte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
le vieux
Invité



MessageSujet: [correction] Communication Branche 1 : La découverte   Sam 22 Déc - 16:10

Un satellite, par l'unique ouverture d'un bunker dénudé de personnalité entamait une légère descente vers un horizon mystérieux. Mars, encore une fois, voyait les heures de terraformation affluer et travailler sa croûte. De sa couche, un vieux terraformeur débranchait son Pad. Le contenu téléchargé n'était rien d'autre que le livre de Pymandre. Les versets s'étaient succédés avec ces énigmes et ces messages sujets à moult interprétation. La tête remplie d'idées nouvelles, sagesse vagabonde en obscures milieux, Il s'assoupit. Les rêves héroïques de jeunesse retravaillaient sa vie. De lectures en lecture, ces doux rêvent au phantasme affriolant s'étaient peut à peu, avec le temps, transformés en réflexions spirituelles. Il voyait des visages inconnus vieux et charnues Des puissances colorées passer d'un halo rouge par un mélange violet et bleu. Des traits lumineux passaient et contournaient son corps pour se fondre en concept dans l'immensité du vide. Espace entrelacé de ces songes, le vieux, par ce biais incroyable de communication recevait.
La connaissance, fruit de travail laborieux ne s'apprenait pas constamment par l'écriture, la lecture, ainsi que l'expérience acquit de la réflexion et l'analyse. En ce jour, incroyable coïncidence, d'alignement de stèles céleste, le terraformeur au nom inconnu sur mars la rouge, recevait un message.

Des ombres entamèrent dans son vide imaginaire une danse. Des danses lascives, suivirent des couleurs virevoltantes. Des sensations gustatives le prirent. Non pas à la gorge ou la main, mais bien de tout son être. De son âme fantomatique, l'ouvrier fatigué se matérialisa. Spectre astrale relié à la froideur de l'espace son réveil spirituel s'entamait lentement. C'est alors qu'enfin, après avoir pris conscience de son état, La bouche béante et coloré d'ombre l'avala. La langue dans son immensité le posa sur le chemin de la lumière. Celui-si, rayonnant de milles éclats différents, entrait dans son corps par ces pieds nus, le vieux de ce fait, reprenait vigueur. « L'imagination était elle si immense et infini ? » Finit-il par se demander. Le noir l'entourait. La dimension l'apprivoisait. Les ombres colorées le guidaient. La lumière le rassurait. Imitant ces formes qui l'encourageaient, il commença à marcher sur le sentier.

Cela faisait selon lui, maintenant plusieurs heures qu'il marchait. Il était passé par plusieurs zones. Le sentier restait inlassablement rectiligne. Se plongeant dans le vide. Hormis les ombres et les couleurs, il n'y avait rien. Il était bien passé sous une sorte de porche rouge, mais cela faisait longtemps. C'est de loin, qu'il vit un immense visage. Les mêmes qui, délabrés étaient allés le cherché. Rien de comparable, Immense de plusieurs centaines de mètres, ils l'attendaient.

« Te voilà enfin, évolution. Il est temps maintenant, que tu nous écoutes. La voix lente roque, puissante, calme et enivrante se tue, un temps d'arrêt prolongé passa. Le silence du rien étouffant se stoppa net quand la voix sortant des entrailles du visage reprit .

-Trop longtemps ignorant. Maintenant, apprends. Ton esprit fermé par ta propre conscience enfin peut prendre ce que nous lui donnons. Il est l'heure. »

Le spectre du terraformeur peu rassuré et attendant la suite, ne put retenir les mots de sa bouche :

« Quoi ? Il est l'heure de quoi? Dit-il alors un peu déboussolé

Patience, tu as le temps. Nous sommes le temps. Nous sommes tout. La force, l'énergie, la peur. Ton angoisse, c'est nous, ta rouille c'est notre temps, ta guérisons c'est notre énergie, ta communication violente envers tes armées, c'est notre force. Chacune de tes bénédictions, c'est notre nourriture. Tu es enfin réceptif. Trop peu de ferveur, trop peu d'incantation. Mais une grande fidélité. Construit toi un portail, de 7 horizons. Nourrit les pointes de 7 matières secondaires. Et ouvre le de ta vertu. Maintenant, réveil toi. »

C'est alors, qu'une fois l'ordre de la chose transfigurée et dissipée les ombres commencèrent à s'agiter. Silencieusement, celle-ci se mirent à crier des couleurs et des saveurs odorantes. A l'apogée du mouvement, l'acte prit fin et tout disparu. En même temps, le sentier s'effondra. Et tombant dans le vide, la voix l'accompagna:

« Chute, meurt et renaît pour construire avec les os ta porte vers nos entrailles. »

Hurlant, et chutant inlassablement, le vieux compris que la solitude était son cauchemar. Seul et sans lumière dans le vide et tombant le vieux incarné par sa forme spectrale disparu.


Un bruit se fit entendre. Le réveil sonna et le vieux se réveilla, seul, dans bunker, vide, sans aucun objet sortant de la liste standard de la firme.
Revenir en haut Aller en bas
le vieux
Invité



MessageSujet: Re: [correction] Communication Branche 1 : La découverte   Ven 4 Jan - 13:41

bonjour bonjour, voila la suite....

Je sais pas vraiment si vous êtes passer au fer sur le texte mais j'espère que vous passez et repassez....

BOnne continuation à l'équipe

____________________________________________________________

Branche 2 : Réflexion

Le lit, trempé par sa sueur fournissait un doux contacte froid. Après avoir flotté dans ce qui lui semblait un tunnel sans paroi, le contacte du lit dont l’apesanteur le poussait contre donnait un point de repère bien salvateur. Le vieux gardait les yeux ouverts. Rien, rien de semblable ne s’était jamais produit durant toute sa vie. Ce n’était pas un cauchemar. Non un cauchemar est descriptible par des sensations. Là, il ne ressentait rien, enfaîte, Il était plutôt saturé de tout. Il avait, durant ce qui lui semblait un songe, eu peur, eu du courage, de l’amertume, du désespoir. Mais, il avait aussi eu espoir, excitation, adrénaline et joie. Il avait envie de rire et pleurer. Chose incroyable il était vidé de tout.

Une jambe bougea et prit contacte avec le sol. La deuxième suivit et lentement il fit travailler ces vieux muscles entretenus par l’effort du travail pour s’asseoir. Il vit par le hublot, la terre rougit et hostile. Certain ouvrier de la firme était déjà ou encore entrain de creuser.

- Mes aïeux, comment ai-je pu concevoir le monde dans mon esprit. Je ne suis rien. Mon imagination ? Non non, ce n’est pas possible, je ne peux pas imaginer si horrible voyage. Aussi horrible que le plus doux rêve. Sa tête entre les mains, le vieux réfléchissait. La sonnerie de son réveil sonnait toujours. Non d’un chien, que m’arrive t’il ? Cela fait maintenant 4 minutes qu’il sonne. Suis-je fou ? Lentement, la main se posa sur le boîtier noir de l’horloge bruyante. La journée commençait par d’étrange événement. Il traversa la pièce, la porte automatiquement, s’activa et se déplaça par la droite pour disparaître dans le mur. Le monde, reprenait ces droits. Les limites de son cerveau revinrent là ou il s’était endormit. Le couloir s’illumina lentement, Les néons bleus achevèrent de le réveiller complètement. La douche ionique se trouvait à la gauche de son corps et à la droite le tableau de bord. Sa vitre donnant sur l’extérieur pouvait retransmettre exactement la même vue que l’ouverture de sa chambre. Sa ration standard l’attendait comme à l’accoutumer. Les nouvelles du syndicat ainsi que les recommandations se trouvait à coté.

- Ils vont me trouver bizarre si je leur raconte sa ce dit-il en pansant au Ronin. Moi-même je ne comprends rien. Bon, activité journalière en premier lieu : Douche, bouffe, info, nettoyage et ensuite une magnifique sortie dans la poussière marcienne.

Maintenant que son rover avait passé la rampe de lancement, il pouvait enfin lui-même sortir. Les portes du temple à l’extérieur l’attendaient. Il était déjà en retard sur l’horaire. Mais les ordres résonnèrent dans sa tête :

- Construit toi un portail, de 7 horizons. Nourrit les pointes de 7 matières secondaires. Et ouvre le de ta vertu. Le vieux ne comprenait pas.

- Un portail de 7 horizons marmonna-il. Un portail. Je connais plein de portail. Mais de 7 horizons, cela veut dire quoi. Il y a bien les télés portails. Mais c’est que sur connexion et retransmission moléculaire. En plus c’est plus ou moins une légende. Aucun humain connu n’en a déjà vu. Sans s’en rendre compte, il avait déjà ouvert la porte donnant sur l’extérieur et descendait la rampe vers son engin de terraformation. Son chef syndical l’appelait déjà pour savoir si sa cotisation était enfin versée. Tellement plongé dans ces réflexions, il ne vit pas que son sas réclamait sa visite.
- Non, non, un portail c’est quoi ? C’est l’entrée d’un jardin, la limite d’une propriété. Le monde des anciens est partout. Il n’y pas de frontière. Un portail, je sais qu’il y a 7 horizons. Donc 7 parties, en plus les nourrir ? C’est en os si j’ai bien compris. Mais Putain de Bordel, un portail de quoi ? Comment faire un portail qui soit… La sonnerie de son scaphandre annonçait que les heures avaient passé. Il devait rentrer ou mourir. Et merde, je deviens fou !

Les jours continuèrent à ce succéder. La hantise le gagnait. Il devenait possession de son rêve. Il rêvait toutes les nuits. Etrangement, il ne faisait pas le même rêve. Il rêvait de la nuit de son songe. Sans trouver réponse. Pymandre et nettoyage, anciens et alchimie, il s’enfonçait de jour en jour dans sa solitude. Son énigme rythmait désormais ces journées.
Revenir en haut Aller en bas
Absurd_Jedi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1340
Age : 33
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: [correction] Communication Branche 1 : La découverte   Ven 4 Jan - 14:09

Correction :

Branche 2 : Réflexion

Le lit, trempé par sa sueur fournissait un doux contact froid. Après avoir flotté dans ce qui lui semblait un tunnel sans paroi, le contact du lit dont l’apesanteur le poussait contre donnait un point de repère bien salvateur. Le vieux gardait les yeux ouverts. Rien, rien de semblable ne c’était jamais produit durant toute sa vie. Ce n’était pas un cauchemar. Non un cauchemar est descriptible par des sensations. Là, il ne ressentait rien, en fait, Il était plutôt saturé de tout. Il avait, durant ce qui lui semblait un songe, eu peur, eu du courage, de l’amertume, du désespoir. Mais, il avait aussi eu espoir, excitation, adrénaline et joie. Il avait envie de rire et pleurer. Chose incroyable il était vidé de tout.

Une jambe bougea et prit contact avec le sol. La deuxième suivit et lentement il fit travailler ces vieux muscles entretenus par l’effort du travail pour s’asseoir. Il vit par le hublot, la terre rougie et hostile. Certains ouvriers de la firme étaient déjà ou encore en train de creuser.

- Mes aïeux, comment ai-je pu concevoir le monde dans mon esprit. Je ne suis rien. Mon imagination ? Non non, ce n’est pas possible, je ne peux pas imaginer si horrible voyage. Aussi horrible que le plus doux rêve. Sa tête entre les mains, le vieux réfléchissait. La sonnerie de son réveil sonnait toujours. Non d’un chien, que m’arrive-t-il ? Cela fait maintenant 4 minutes qu’il sonne. Suis-je fou ? Lentement, la main se posa sur le boîtier noir de l’horloge bruyante. La journée commençait par d’étranges événements. Il traversa la pièce, la porte automatiquement s’activa et se déplaça par la droite pour disparaître dans le mur. Le monde reprenait ses droits. Les limites de son cerveau revinrent là ou il s’était endormi. Le couloir s’illumina lentement, Les néons bleus achevèrent de le réveiller complètement. La douche ionique se trouvait à la gauche de son corps et à la droite le tableau de bord. Sa vitre donnant sur l’extérieur pouvait retransmettre exactement la même vue que l’ouverture de sa chambre. Sa ration standard l’attendait comme à l’accoutumée. Les nouvelles du syndicat ainsi que les recommandations se trouvaient à coté.

- Ils vont me trouver bizarre si je leur raconte ça se dit-il en pensant au Ronin. Moi-même je ne comprends rien. Bon, activité journalière en premier lieu : Douche, bouffe, info, nettoyage et ensuite une magnifique sortie dans la poussière martienne.

Maintenant que son rover avait passé la rampe de lancement, il pouvait enfin lui-même sortir. Les portes du temple à l’extérieur l’attendaient. Il était déjà en retard sur l’horaire. Mais les ordres résonnèrent dans sa tête :

- Construit toi un portail, de 7 horizons. Nourrit les pointes de 7 matières secondaires. Et ouvre le de ta vertu. Le vieux ne comprenait pas.

- Un portail de 7 horizons marmonna-il. Un portail. Je connais plein de portails. Mais de 7 horizons, cela veut dire quoi. Il y a bien les télés portails. Mais c’est que sur connexion et retransmission moléculaire. En plus c’est plus ou moins une légende. Aucun humain connu n’en a déjà vu. Sans s’en rendre compte, il avait déjà ouvert la porte donnant sur l’extérieur et descendait la rampe vers son engin de terraformation. Son chef syndical l’appelait déjà pour savoir si sa cotisation était enfin versée. Tellement plongé dans ces réflexions, il ne vit pas que son sas réclamait sa visite.
- Non, non, un portail c’est quoi ? C’est l’entrée d’un jardin, la limite d’une propriété. Le monde des anciens est partout. Il n’y pas de frontière. Un portail, je sais qu’il y a 7 horizons. Donc 7 parties, en plus les nourrir ? C’est en os si j’ai bien compris. Mais Putain de Bordel, un portail de quoi ? Comment faire un portail qui soit… La sonnerie de son scaphandre annonçait que les heures avaient passé. Il devait rentrer ou mourir. Et merde, je deviens fou !

Les jours continuèrent à ce succéder. La hantise le gagnait. Il devenait possession de son rêve. Il rêvait toutes les nuits. Etrangement, il ne faisait pas le même rêve. Il rêvait de la nuit de son songe. Sans trouver réponse. Pymandre et nettoyage, anciens et alchimie, il s’enfonçait de jour en jour dans sa solitude. Son énigme rythmait désormais ses journées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [correction] Communication Branche 1 : La découverte   

Revenir en haut Aller en bas
 
[correction] Communication Branche 1 : La découverte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Correction de codage
» [php] correction script
» [Twitter FA] Prévenir des problèmes communs en cours de correction
» Correction pour les vues
» Comment mettre en place la prévisualisation avec correction de l'orthographe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Correctifs :: Corrections-
Sauter vers: