Partagez | 
 

 RP 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raxius

avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: RP 2   Ven 18 Fév - 13:04

Au fin fond d'un sombre bunker, plonger dans la noirceur d'une nuit de repos.
Raxius était allongée dans son lit sur le ventre. Presque nue. Ses petits pieds, emberlificoté dans les draps soyeux, la main à l'aine. Et les ailes recouvrant le reste de son corps. La chaleur était torride et insoutenable. Le duvet à la base de ses ailes et la panne d'air conditionné rendait la température si forte qu'a l'endroit d'empennage des ailes la chaleurs déformait l'air comme au dessus d'un brasier allumer.

L'ange allonger là depuis plusieurs heures n'avait pas réussi à se rendormir après s'être retrouver en pleine nuit couverte de sueur. Son corps avait mal interpréter la moiteur torride de la chambre et maintenant un combat épique se déroulait en lieux et place de l'esprit embrumé de la jeune femme.
Ses doigts introduit dans sa culotte remuait tendit que la jeune fille voulais se roulé dans son lit pour retombé sur le sol froid du bunker.

La tête tourné vers la porte sas de la chambre, elle avait souvenir de la froideur du sol qui aurait tôt fait de la calmé.
Après un dernier effort, la demoiselle en tenue d'Ève pris appuis sur son avant bras, plaça son le bout de son aile gauche à l'oré du dessous de son lit au tissu trempé. Enfin, elle se laissa tombé par terre emportant dans sa chute le bout des draps qui emprisonnait ses pieds nue.
Les articulations de ses ailes soutenait son dos hors d'atteinte du sol salvateur.
le duvet gluant de sueur, la fille se cambra pour avoir le plus de peau possible sur la froide surface du sol.

Ses chaleurs la quittait peu à peu et dans le silence du bunker l'ange pensait.
Il faudrait réparer ce maudit ventilateur.
Les ardeures de la jeune filles était asse régulière comme ça. Elles avait même entraver sa vie personnel avec des gens qu'elle devait côtoyer dans le sérieux du travail ou de l'organisation syndical.

Ses hanches cherchait encore à se soulever, comme commandée par la fleur du désir insatisfaite. Raxius regardait ça en se disant qu'il y à un temps pour tout.

Suffisamment refroidit, la jeune femme se releva, se vêtue de façons confortable et attirante. Puis elle se mis en quête d'une liste.
La liste contenait l'inventaire des objets dont elle était l'heureuse propriétaire.
Plutôt que de dépenser des sommes astronomique en unité de PGA, l'ange avait trouver une alternative plaisante et économique en confiant ses objets à une personne de confiance qu'elle connaissait depuis toujours. Une personne qui s'était protéger dès le départ.

La liste retrouvée dans une commode en aluminium déformer par les coups, parfois de reins parfois involontaire. Il n'y avait pas tout ce qu'il faudrait.
Elle écrit à côté, les objets qu'il lui faudrait de tête: Un interrupteur. une alimentation. un câble A,
Des hélices qu'elle comptait trouver en désossant son rover tout neuf.
Les composants y serait tous pour l'essentiel, le reste dans sa liste. Puis une cage en fer, dans une forme épousant celle du dispositif.
La journée allait être productive.

Raxius, habillé en shorty et en chemise noué autour de sa poitrine. elle était belle à voir, même très attirante avec son déhanché endiablé. Dommage que personne ne pourrait le remarquer avec son scaphandre sur le dos.

Elle pris la direction de la "fosse".
Haut lieux de négoce et surtout d'enchères frénétiques et vertigineuses.
Le câble A serait là, à n'en pas douté, s'il n'était pas dans les objets en ventes, il serait dans l'inventaire de quelqu'un.
Raxius vibrait encore au rythme de la turbine de son betrayal, l'engin complice de ses voluptueuses aspirations tortura le pauvre esprit et la détermination défaillante de la jeune fille jusqu'à son arriver rapide à l'entré du Tunnel.
La porte du sas s'ouvrait devant elle, quelqu'un en sortait, Un terraformer de taille moyenne au deuxième grade. avec un scaphandre de premier niveau. Un inconnu, sans doute un gamins qui passait voir ce qu'il pouvais s'offrir ou, qui avait eut la chance de trouver des objets dans son bunker de départ.

Raxius coinçais ses plumes entre ses doigts, geste de nervosité, elle n'aimait pas attendre dans les sas, d'ailleurs elle gardait toujours son casque jusqu'à dernier moment.
Une fois les porte refermer derrière elle.
Elle ressorti sa liste de sa sacoche en tissue qui craquelait sous l'effet du gel sans doute.

Il lui fallait un câble A, le reste était chez son ami ou dans le ventre d'un rover bientôt défunt. Sans se déhanchée la petite fit son lèche vitrines. En l'absence pourtant de vitrines. Les objets en vente à prix fixe était disposer sur des étales, sous l'étroite surveillance de leurs propriétaires qui ne détournait le regard que lorsqu'il sentent un client prometteur.

A l'étale d'une gamine probablement tout juste débarquer, Raxius vit ce qu'elle n'imaginait pas trouver entier. Un ventilateur de bunker. Elle se rapprocha et pris l'objet dans ses mains pour l'examiner. Mais aussitôt la novice lui hurla de reposé l'objet en menaçant de divers sévices sur sa personne.
Consciente de ne rien risqué d'une gamine sans grade ni syndicat la céleste pris tout son temps sous les menaces et les regards amuser ou intéresser des passants.
Prenant l'objet, le soulevant pour regarder en dessous, elle secoua le ventilateur près de son oreille pour savoir s'il une pièce branlante allait se trahir en ricochant dans la cage métallique.

Mais Raxius n'entendit rien du tout. La machine était intacte hormis la cage cabossé.
Sans prêter attention aux insultes et râles agacer de la nouvelle venue sur Arès, l'ange payât cette dernière au prix demander.
Deux cent mille témis pour un ventilateur fonctionnel ou avec le seul moteur défectueux c'était dans les deux cas une bonne affaire.

Ainsi rentra chez elle la céleste toute contente sans plus penser aux chaleurs qui n'était plus que souvenir. Malgré les vibrations de sa turbine. Pourtant à une trentaine de kilomètre de son chez elle. L'ange stoppa le moteur. Toute seule et le problème bientôt régler, pourquoi ne pas céder ? Juste une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absurd_Jedi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1340
Age : 33
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: RP 2   Sam 19 Fév - 16:55

Raxius a écrit:
Au fin fond d'un sombre bunker, plongé dans la noirceur d'une nuit de repos.
Raxius était allongée dans son lit sur le ventre. Presque nue. Ses petits pieds, emberlificotés dans les draps soyeux, la main à l'aine. Et les ailes recouvrant le reste de son corps. La chaleur était torride et insoutenable. Le duvet à la base de ses ailes et la panne d'air conditionné rendait la température si forte qu'à l'endroit d'empennage des ailes la chaleurs déformait l'air comme au dessus d'un brasier allumé.

L'ange allongée là depuis plusieurs heures n'avait pas réussi à se rendormir après s'être retrouvée en pleine nuit couverte de sueur. Son corps avait mal interprété la moiteur torride de la chambre et maintenant un combat épique se déroulait en lieu et place de l'esprit embrumé de la jeune femme.
Ses doigts introduits dans sa culotte remuaient tandis que la jeune fille voulait se rouler dans son lit pour retomber sur le sol froid du bunker.

La tête tournée vers la porte sas de la chambre, elle avait souvenir de la froideur du sol qui aurait tôt fait de la calmer.
Après un dernier effort, la demoiselle en tenue d'Ève prit appui sur son avant bras, plaça son le bout de son aile gauche à l'orée du dessous de son lit au tissu trempé. Enfin, elle se laissa tomber par terre emportant dans sa chute le bout des draps qui emprisonnait ses pieds nus.
Les articulations de ses ailes soutenaient son dos hors d'atteinte du sol salvateur.
Le duvet gluant de sueur, la fille se cambra pour avoir le plus de peau possible sur la froide surface du sol.

Ses chaleurs la quittaient peu à peu et dans le silence du bunker l'ange pensait.
Il faudrait réparer ce maudit ventilateur.
Les ardeurs de la jeune filles étaient assez régulières comme ça. Elles avaient même entravé sa vie personnelle avec des gens qu'elle devait côtoyer dans le sérieux du travail ou de l'organisation syndicale.

Ses hanches cherchaient encore à se soulever, comme commandées par la fleur du désir insatisfait. Raxius regardait ça en se disant qu'il y a un temps pour tout.

Suffisamment refroidie, la jeune femme se releva, se vêtit de façons confortable et attirante. Puis elle se mit en quête d'une liste.
La liste contenait l'inventaire des objets dont elle était l'heureuse propriétaire.
Plutôt que de dépenser des sommes astronomiques en unité de PGA, l'ange avait trouvé une alternative plaisante et économique en confiant ses objets à une personne de confiance qu'elle connaissait depuis toujours. Une personne qui s'était protégée dès le départ.

La liste retrouvée dans une commode en aluminium déformée par les coups, parfois de reins parfois involontaires. Il n'y avait pas tout ce qu'il faudrait.
Elle écrit à côté, les objets qu'il lui faudrait de tête : un interrupteur. une alimentation. un câble A,
Des hélices qu'elle comptait trouver en désossant son rover tout neuf.
Les composants y seraient tous pour l'essentiel, le reste dans sa liste. Puis une cage en fer, dans une forme épousant celle du dispositif.
La journée allait être productive.

Raxius, habillée en shorty et en chemise nouée autour de sa poitrine. Elle était belle à voir, même très attirante avec son déhanché endiablé. Dommage que personne ne pourrait le remarquer avec son scaphandre sur le dos.

Elle prit la direction de la "fosse".
Haut lieu de négoce et surtout d'enchères frénétiques et vertigineuses.
Le câble A serait là, à n'en pas douter, s'il n'était pas dans les objets en vente, il serait dans l'inventaire de quelqu'un.
Raxius vibrait encore au rythme de la turbine de son betrayal, l'engin complice de ses voluptueuses aspirations tortura le pauvre esprit et la détermination défaillante de la jeune fille jusqu'à son arrivée rapide à l'entré du Tunnel.
La porte du sas s'ouvrait devant elle, quelqu'un en sortait, un terraformer de taille moyenne au deuxième grade, avec un scaphandre de premier niveau. Un inconnu, sans doute un gamin qui passait voir ce qu'il pouvait s'offrir ou, qui avait eu la chance de trouver des objets dans son bunker de départ.

Raxius coinçait ses plumes entre ses doigts, geste de nervosité, elle n'aimait pas attendre dans les sas, d'ailleurs elle gardait toujours son casque jusqu'au dernier moment.
Une fois les portes refermées derrière elle, elle ressortit sa liste de sa sacoche en tissu qui craquelait sous l'effet du gel sans doute.

Il lui fallait un câble A, le reste était chez son ami ou dans le ventre d'un rover bientôt défunt. Sans se déhancher la petite fit son lèche vitrines, en l'absence pourtant de vitrines. Les objets en vente à prix fixe étaient disposés sur des étals, sous l'étroite surveillance de leurs propriétaires qui ne détournaient le regard que lorsqu'il sentent un client prometteur.

A l'étal d'une gamine probablement tout juste débarquée, Raxius vit ce qu'elle n'imaginait pas trouver entier. Un ventilateur de bunker. Elle se rapprocha et prit l'objet dans ses mains pour l'examiner. Mais aussitôt la novice lui hurla de reposer l'objet en menaçant de divers sévices sur sa personne.
Consciente de ne rien risquer d'une gamine sans grade ni syndicat la céleste prit tout son temps sous les menaces et les regards amusés ou intéressés des passants.
Prenant l'objet, le soulevant pour regarder en dessous, elle secoua le ventilateur près de son oreille pour savoir siune pièce branlante allait se trahir en ricochant dans la cage métallique.

Mais Raxius n'entendit rien du tout. La machine était intacte hormis la cage cabossée.
Sans prêter attention aux insultes et râles agacés de la nouvelle venue sur Arès, l'ange paya cette dernière au prix demandé.
Deux cent mille témis pour un ventilateur fonctionnel ou avec le seul moteur défectueux c'était dans les deux cas une bonne affaire.

Ainsi rentra chez elle la céleste toute contente sans plus penser aux chaleurs qui n'était plus que souvenir, malgré les vibrations de sa turbine. Pourtant à une trentaine de kilomètre de son chez elle, l'ange stoppa le moteur. Toute seule et le problème bientôt réglé, pourquoi ne pas céder ? Juste une fois.

Première relecture. study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
RP 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Correctifs :: Corrections-
Sauter vers: