Partagez | 
 

 RP 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raxius

avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: RP 1   Ven 18 Fév - 13:03

Dans le désert froid de Mars.
Un bunker. Non, pas un, disons plutôt des milliers.
Mais nous ne nous intéresserons qu'à un seule voulez-vous ?
L'écrin métallique qui doit attiré notre attention se distingue des autres par son contenue.
Pourquoi ? Après tout sur Mars, nous avons de tout. Des mutants, des vampires, des animaux, des choses qui ne sont rien de tout cela. Et même des être humains.
Autant dire une grande quantité d'individus tout à fait anodins.

Dans le bunker qui doit attiré notre attention se trouve une ange. les ailes replier dans son dos, cachant la nudité qu'elle se permis aujourd'hui, alors qu'elle sort tout juste d'un passages de quelque cycle en stase.
Hors de question pour la jeune donzelle toute nue de déposer ses délicates fesses galbé sur le métal froid d'une chaise au normes d'une firme qu'elle n'aime pas.
Tournicotant dans sa tasse une café, tenant du bout de ses doigts fins la cuillère.
L'ange était au milieux d'une difficile combat contre les brumes de sa mémoire défaillante.
La stase de quelques jours avait embrouiller encore plus des histoires fatigante.
Des échecs, des projet, des discutions et enfin le quotidiens l'avait envoyer se réfugier dans la douce froideurs d'un caisson, bercée par les seules lueurs indigo des néon de sa cloche de verre.

La céleste avait des projet, mais pour le moment, aucunes inspirations ne lui venait de ces rêves d'avant stase.
Comme toute femmes normalement structurée, elle savait qu'il lui faudrait d'abord rendre une petites visite à sa communauté.
Celle-là même qui n'en doutons pas aura tôt fait de la mettre en pièce si elle' fautait.
Mais c'est comme ça. Comme toute les illustre profession, celle de collons pionner est auto-gérée.
Comme les toubibs par exemple. Raxius savait qu'elle devait avant toute choses donné un coups de ciments à ce qu'elle avait déjà finie de construire.
D'aucun savait sur la perle sanglante du système solaire que l'ange muette avait conçus un journal humoristique et satyrique qui avait fait sa popularité.
Son salon priver, seul endroit ou trouver se journal en était devenue un haut lieux de passage pour toutes les âmes fatiguée d'Arès.

Aussi, la jeune femme à peine sortie de l'enfance se mit en route vers sa chambre afin de s'habiller.
Ainsi nous éviterons de décrire le corps nue de la céleste. Vous ne saurez rien de faite des seins ferme pointant par la froideur du bunker. Ni de ses épaules vue de dos qui attire immédiatement les envie de volupté dans les esprits les plus solitaire.
Vous n'aurez aucunes idées de l'idéal formes de ses fesses douces comme la soie qui descendent jusqu'au saint sanctuaire féminin.
Habillée pour sa premier sortie depuis une semaine. L'ange se déhancha difficilement dans son scaphandre trop neuf, jusqu'au sas maître de sa petite coquille de d'acier.
Le betrayal mal nommé pour une fois mena la pseudo angelette aux porte de la grande place social des ouvriers de l'avenir.

Le sas passé, le casque enlevée, le cheveux ranger. la jeune femme abandonna son déhancher pour une marche plus confortable. La peau du bas de ses hanches un peu écorché par sa ceinture de cuir contre les jointures métallique de son scaphandre.
Elle vint s'accouder au comptoir. Interrompue dans sa marche par plusieurs accolade plus ou moins forcée.
Après une semaine d'absence, ses amis et relations s'était languie de retrouver sa silhouettes fine et la douceur de ses ailes.
La majorité des gens qu'elle connaissait adorait passer leurs doigts entre les plumes de ses ailes, une douceurs rare dans ces terre hostiles.

La jeune femmes se mit au comptoir, le barman un peu plus loin était occupée à servir les clients, soit intéresser par la seule ivresses, soit par les prostituées qui vendait leurs corps pour évité la creuse.
Raxius les comprenait dans le fond. Mais pas tellement pour la forme. Il faut admètre que tout les mâle de la communauté n'était pas des apollons. C'est le moins que l'ont puisse dire.
Aussi la demoiselle perdu son regard dans le vague. La suite des évènements se dessinait d'eux-même devant ses yeux.
Elle devrait rechercher les potins, interroger, visité les salons priver. Espionné les vendeurs, lire les annonces.
Et de tout cela en faire un journal, de petite phrase au second degré, pour la plupart brodé de fils blanc, ou de la couleurs qui définit pour chacune l'humour décaler.

Raxius perdue son tour de commander à la machine du bar. Mais ne n'était rien. Elle devait se mettre au travaille.

Elle sortie d'une petite sacoche faite de vieux bouts de tissue arracher aux scaphandre de quelque collons répudier par leurs épouse la pourpre.
Ou simplement malchanceux ou alors trop grande gueule pour trop peu de moyens d'assumée leurs paroles. Ça court les dunes par ici.

D'abord, la première personne à rencontré. Arysthée, la seule la vrai, celle qui s'est entouré malgré elle de multiple contacte débridée.
La jolie femme d'une tête de plus que l'ailée la regardait avec un sourire ravie. Ses yeux bleu traduisant son bonheurs.
Sa poitrine avait toujours attiré l'envie de la céleste qui complexait toujours sous sa douche.
Accoudée à sa table après un câlins autant d'usage que d'envie. Les deux copines avait échanger bien plus que la normale entre deux amie.
-Alors ? Coâ de neuf sur ma rouge chérie ?
-Ben y à ultramarine qui ma dit que j'étais la fée clochette, ou je sait pas quoi. Fit la jolie voluptueuse en regardant sa main gauche, le regard songeur.
-Et puis ?
-Heu, et puis, On à eut une histoire de kidnapping, je vais me renseignée avant de dire des bêtises.
-C'est cool, je vais déjà avoir du matos avec ça.
-Ah sinon Jethro, elle à lancée un Leeloothon pour refaire le visage de Leeloo.
-He ! c'est déjà très drôle comme ça, je vais aller la voir.

Après une conversation chaleureuse, Arysthée se leva pour aller chiné comme à son habitude. Où peut-être allait-elle envoyer des billes sur quelques-unes de ses victimes favorites.
Raxius partie faire son travail de recherche. Il en ressortie que la communauté n'avait pas chaumée ces derniers jours. Les sources de l'ange était nombreuses. Mais pas tant que ses muses, volontaire ou fortuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absurd_Jedi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1340
Age : 32
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: RP 1   Sam 19 Fév - 15:13

Raxius a écrit:
Dans le désert froid de Mars.
Un bunker. Non, pas un, disons plutôt des milliers.
Mais nous ne nous intéresserons qu'à un seul voulez-vous ?
L'écrin métallique qui doit attirer notre attention se distingue des autres par son contenu.
Pourquoi ? Après tout sur Mars, nous avons de tout. Des mutants, des vampires, des animaux, des choses qui ne sont rien de tout cela. Et même des êtres humains.
Autant dire une grande quantité d'individus tout à fait anodins.

Dans le bunker qui doit attirer notre attention se trouve une ange, les ailes repliées dans son dos, cachant la nudité qu'elle se permet aujourd'hui, alors qu'elle sort tout juste d'un passage de quelques cycles en stase.
Hors de question pour la jeune donzelle toute nue de déposer ses délicates fesses galbées sur le métal froid d'une chaise aux normes d'une Firme qu'elle n'aime pas.
Tournicotant dans sa tasse une café [problème de formulation], tenant du bout de ses doigts fins la cuillère.
L'ange était au milieux d'un difficile combat contre les brumes de sa mémoire défaillante.
La stase de quelques jours avait embrouillé encore plus des histoires fatigantes.
Des échecs, des projets, des discussions et enfin le quotidien l'avait envoyé se réfugier dans la douce froideur d'un caisson, bercée par les seules lueurs indigo des néons de sa cloche de verre.

La céleste avait des projets, mais pour le moment, aucune inspiration ne lui venait de ces rêves d'avant stase.
Comme toute femme normalement structurée, elle savait qu'il lui faudrait d'abord rendre une petite visite à sa communauté.
Celle-là même qui n'en doutons pas aura tôt fait de la mettre en pièce si elle fautait.
Mais c'est comme ça. Comme toutes les illustres professions, celle de colons pionniers est auto-gérée.
Comme les toubibs par exemple. Raxius savait qu'elle devait avant toute choses donner un coup de ciment à ce qu'elle avait déjà fini de construire.
D'aucun savait sur la perle sanglante du système solaire que l'ange muette avait conçu un journal humoristique et satyrique qui avait fait sa popularité.
Son salon priver, seul endroit ou trouver se journal en était devenue un haut lieux de passage pour toutes les âmes fatiguée d'Arès.

Aussi, la jeune femme à peine sortie de l'enfance se mit en route vers sa chambre afin de s'habiller.
Ainsi nous éviterons de décrire le corps nu de la céleste. Vous ne saurez rien de fait des seins fermes pointant par la froideur du bunker. Ni de ses épaules vues de dos qui attirent immédiatement les envies de volupté dans les esprits les plus solitaires.
Vous n'aurez aucune idée de l'idéale forme de ses fesses douces comme la soie qui descendent jusqu'au saint sanctuaire féminin.
Habillée pour sa premier sortie depuis une semaine, l'ange se déhancha difficilement dans son scaphandre trop neuf, jusqu'au sas maître de sa petite coquille de d'acier.
Le betrayal mal nommé pour une fois mena la pseudo angelette aux portes de la grande place sociale des ouvriers de l'avenir.

Le sas passé, le casque enlevé, le cheveux rangés, la jeune femme abandonna son déhanché pour une marche plus confortable. La peau du bas de ses hanches un peu écorchée par sa ceinture de cuir contre les jointures métalliques de son scaphandre.
Elle vint s'accouder au comptoir. Interrompue dans sa marche par plusieurs accolades plus ou moins forcées.
Après une semaine d'absence, ses amis et relations s'étaient languis de retrouver sa silhouette fine et la douceur de ses ailes.
La majorité des gens qu'elle connaissait adorait passer leurs doigts entre les plumes de ses ailes, une douveur rare dans ces terres hostiles.

La jeune femmes se mit au comptoir, le barman un peu plus loin était occupé à servir les clients, soit intéressés par la seule ivresses, soit par les prostituées qui vendaient leurs corps pour éviter la creuse.
Raxius les comprenait dans le fond. Mais pas tellement pour la forme. Il faut admètre que tous les mâles de la communauté n'étaient pas des apollons. C'est le moins que l'on puisse dire.
Aussi la demoiselle perdit son regard dans le vague. La suite des évènements se dessinait d'eux-même devant ses yeux.
Elle devrait rechercher les potins, interroger, visiter les salons privés. Espionner les vendeurs, lire les annonces.
Et de tout cela en faire un journal, de petites phrases au second degré, pour la plupart brodées de fils blancs, ou de la couleur qui définit pour chacune l'humour décalé.

Raxius perdit son tour de commander à la machine du bar. Mais ce ne n'était rien. Elle devait se mettre au travail.

Elle sortit d'une petite sacoche faite de vieux bouts de tissu arrachés aux scaphandres de quelques colons répudiés par leur épouse la pourpre.
Ou simplement malchanceux ou alors trop grandes gueules pour trop peu de moyens d'assumer leurs paroles. Ça court les dunes par ici.

D'abord, la première personne à rencontrer. Arysthée, la seule la vraie, celle qui s'est entourée malgré elle de multiples contacts débridés.
La jolie femme d'une tête de plus que l'ailée la regardait avec un sourire ravi. Ses yeux bleux traduisant son bonheur.
Sa poitrine avait toujours attiré l'envie de la céleste qui complexait toujours sous sa douche.
Accoudée à sa table après un câlin autant d'usage que d'envie. Les deux copines avaient échangé bien plus que la normale entre deux amies.
-Alors ? Coâ de neuf sur ma rouge chérie ?
-Ben y à ultramarine qui m'a dit que j'étais la fée clochette, ou je sais pas quoi, fit la jolie voluptueuse en regardant sa main gauche, le regard songeur.
-Et puis ?
-Heu, et puis, on a eu une histoire de kidnapping, je vais me renseigner avant de dire des bêtises.
-C'est cool, je vais déjà avoir du matos avec ça.
-Ah sinon Jethro, elle à lancé un Leeloothon pour refaire le visage de Leeloo.
-He ! c'est déjà très drôle comme ça, je vais aller la voir.

Après une conversation chaleureuse, Arysthée se leva pour aller chiner comme à son habitude. Ou peut-être allait-elle envoyer des billes sur quelques-unes de ses victimes favorites.
Raxius partit faire son travail de recherche. Il en ressortit que la communauté n'avait pas chaumé ces derniers jours. Les sources de l'ange étaient nombreuses. Mais pas tant que ses muses, volontaires ou fortuites.

Attention aux accords (pluriel/singulier et féminin/masculin) : il y a beaucoup d'erreurs sur ce point. Il faudrait que tu y prêtes attention les prochaines fois. De même pour les confusions entre participe passé et inifinitf des verbes du premier groupe.

Sinon, c'était la première relecture, je conseille d'attendre le passage d'un deuxième correcteur. study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
RP 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Correctifs :: Corrections-
Sauter vers: