Partagez | 
 

 [Episode 2 : La Blonde et le Bét.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maxiuszedeus

avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 02/02/2011

MessageSujet: [Episode 2 : La Blonde et le Bét.]   Jeu 17 Fév - 1:09

(celui la je l'ai passé sur bonpatron.fr et je l'ai pas formaté, j'espère qu'il te plaira d'avantage de le corriger, et merci d'avance)


[Episode 2 : La Blonde et le Bét.]

Elle devait passer par la salle de réunion syndicale récupérer les notes qu'elle avait prises la veille pendant le spitch de sa rousse patronne et qu'elle avait oubliée, trop occupée à reluquer les fesses d'un certain jeune homme qui faisait le pitre et que Kim incendiait....

De plus, elle devait faire l'inventaire de l'infirmerie. Elle avait été désignée à cette corvée, parce que Kim disait que c'était depuis que la Blonde officiait en tant qu'infirmière, qu'il y avait constamment un malade ou un blessé à poireauter devant sa porte.

Bref, elle ouvre la portière de l'engin des sables et s'y engouffre, posant son sac sur le siège passager. Alors qu'elle n'avait pas encore entré sa jambe gauche dans l'habitacle, une bourrasque de Brouillard de pierre d'au moins 170 km/h la surprend et claque la portière sur sa jambière de terraformation. Heureusement d'ailleurs qu'elle porte ses jambières sinon de sa jambe elle aurait été amputée. Cependant, la violence du choc déforma la portière qui refusa de fermer correctement une fois la jambe rentrée. Elle eut beau essayer de la retaper ou la redresser, rien n'y changea. Elle ne pouvait quand même pas rouler avec la portière ouverte....Elle se creusa le peu de méninges dont elle disposait, inventoriant mentalement les deux ou trois bricoles qui traînaient dans le véhicule et dont elle pourrait se servir. Un cofee usagé, un juicy tube chocolat vide bien sûr, un moyeux de pelle à vérin qu'elle gardait en cas de car-jacking....rien de bien "attachant".

Elle eut soudain une idée de génie, un éclair lui avait traversé l'esprit. Elle mit quelques secondes à s'en remettre tant ça ne lui arrivait pas souvent.

Elle se trémoussa sur son siège, glissant tant bien que mal ses bras dans son dos. Heureusement que les nouveaux scaphandres de la firme étaient souples et de moins en moins épais grâce aux évolutions de la science. Bref, elle chope enfin l'agrafe de son soutien gorge et la détache. Elle prend une grande inspiration, retire son gant et part avec son autre main à la recherche de la bretelle gauche. Elle remet son gant, son scaph se représsurise et elle respire de nouveau. Elle reprend de nouveau une grande inspiration et fait de même avec la bretelle droite, sauf que cette fois elle tire tout le soutien gorge dans la manche et l'en sort. Au bord de l'asphyxie, elle remet son gant, attend que son scaphandre se repressurise et respire à nouveau, à pleins poumons. Bon, après tous ces efforts, elle a enfin de quoi faire tenir sa portière. Elle sort du véhicule, entrouvre légèrement les fenêtres pour y passer le soutien gorge. Elle fit deux tours et fit un noeud avec les extrémités.

Ils allaient encore se foutre d'elle en la voyant arriver les gros bonnets à l'air....pourvu qu'ils ne pensent pas au fait qu'elle allait passer la journée sans sous-tif et tenter quelques manoeuvres indélicates. Bref, elle est satisfaite de sa réparation et s'apprête à remonter dans l'engin...mais, mais...elle s'est enfermée dehors...pauvre blonde! Elle était sur le point de retirer la réparation de fortune, lorsque son boitier de contrôle, relié à l'infirmerie syndicale, lui annonce un cas d'urgence.

"Grmmmbbbblll, encore un de ces excités qui a fait exprès de se coincer la main dans une porte, pfffff"

Ce qu'il y avait d'étrange chez notre blonde c'est que lorsqu'elle était appelée par son devoir, elle passait en mode automatique. Autrement dit, une partie habituellement inaccessible de son cerveau (mais qui existe, si, si...) prenait le relais et la rendait plus efficace. Elle oublie donc sa portière rapiécée, fait le tour du véhicule, entre par la portière passager, qu'elle retient contre le vent cette fois et ferme délicatement, puis passe sur le siège conducteur. C'est au moment de démarrer le véhicule qu'elle se rend compte qu'elle a oublié les clefs sur la portière passager. Elle repasse donc sur le siège passager, ouvre la vitre, passe la main par l'ouverture, rentre sa main avec les clefs et referme enfin la vitre. C'est à ce moment qu'elle s'avise qu'elle s'est assise 2 fois sur son sac de chantier et qu'elle a explosé les 2 tubes de juicy-carrots à l'intérieur....

"Et meeeeerde!!...Tampis!"

Elle repasse sur le siège conducteur et Full-contact (bah vi, blonde et Aware ça se ressemble). Elle se met en route et pousse le moteur à fond en direction du bunker syndical. Heureusement située à quelques minutes seulement, elle arrive très vite et se gare devant la porte de service qui donne un accès plus proche de l'infirmerie. Elle repasse sur le siège passager, écrasant une troisième fois le pauvre sac imbibé de bouillie de carotes bleues. Elle descend du véhicule et se dirige vers le sas de service.

[Dans le Prochain épisode : Une Blonde au Bloc]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absurd_Jedi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1340
Age : 33
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: [Episode 2 : La Blonde et le Bét.]   Jeu 17 Fév - 23:54

Maxiuszedeus a écrit:
[Episode 2 : La Blonde et le Bét.]

Elle devait passer par la salle de réunion syndicale récupérer les notes qu'elle avait prises la veille pendant le spitch [speech] de sa rousse patronne et qu'elle avait oublié, trop occupée à reluquer les fesses d'un certain jeune homme qui faisait le pitre et que Kim incendiait...

De plus, elle devait faire l'inventaire de l'infirmerie. Elle avait été désignée à cette corvée, parce que Kim disait que c'était depuis que la Blonde officiait en tant qu'infirmière, qu'il y avait constamment un malade ou un blessé à poireauter devant sa porte.

Bref, elle ouvre la portière de l'engin des sables et s'y engouffre, posant son sac sur le siège passager. Alors qu'elle n'avait pas encore entré sa jambe gauche dans l'habitacle, une bourrasque de Brouillard de pierre d'au moins 170 km/h la surprend et claque la portière sur sa jambière de terraformation. Heureusement d'ailleurs qu'elle porte ses jambières sinon de sa jambe elle aurait été amputée [comme Yoda pas besoin de parler : "elle aurait été amputée ça marche bien aussi :aga: *]. Cependant, la violence du choc déforma la portière qui refusa de fermer correctement une fois la jambe rentrée. Elle eut beau essayer de la retaper ou la redresser, rien n'y changea. Elle ne pouvait quand même pas rouler avec la portière ouverte... Elle se creusa le peu de méninges dont elle disposait, inventoriant mentalement les deux ou trois bricoles qui traînaient dans le véhicule et dont elle pourrait se servir. Un coffee usagé, un juicy tube chocolat vide bien sûr, un moyeu de pelle à vérin qu'elle gardait en cas de car-jacking... Rien de bien "attachant".

Elle eut soudain une idée de génie, un éclair lui avait traversé l'esprit. Elle mit quelques secondes à s'en remettre tant ça ne lui arrivait pas souvent.

Elle se trémoussa sur son siège, glissant tant bien que mal ses bras dans son dos. Heureusement que les nouveaux scaphandres de la Firme étaient souples et de moins en moins épais grâce aux évolutions de la science. Bref, elle chope enfin l'agrafe de son soutien gorge et la détache. Elle prend une grande inspiration, retire son gant et part avec son autre main à la recherche de la bretelle gauche. Elle remet son gant, son scaph se repressurise et elle respire de nouveau. Elle reprend de nouveau une grande inspiration et fait de même avec la bretelle droite, sauf que cette fois elle tire tout le soutien gorge dans la manche et l'en sort. Au bord de l'asphyxie, elle remet son gant, attend que son scaphandre se repressurise et respire à nouveau, à pleins poumons. Bon, après tous ces efforts, elle a enfin de quoi faire tenir sa portière. Elle sort du véhicule, entrouvre légèrement les fenêtres pour y passer le soutien gorge. Elle fit deux tours et fit un noeud avec les extrémités.

Ils allaient encore se foutre d'elle en la voyant arriver les gros bonnets à l'air... Pourvu qu'ils ne pensent pas au fait qu'elle allait passer la journée sans sous-tif et tenter quelques manoeuvres indélicates. Bref, elle est satisfaite de sa réparation et s'apprête à remonter dans l'engin... Mais, mais... Elle s'est enfermée dehors... Pauvre blonde! Elle était sur le point de retirer la réparation de fortune, lorsque son boitier de contrôle, relié à l'infirmerie syndicale, lui annonce un cas d'urgence.

"Grmmmbbbblll, encore un de ces excités qui a fait exprès de se coincer la main dans une porte, pfffff"

Ce qu'il y avait d'étrange chez notre blonde c'est que lorsqu'elle était appelée par son devoir, elle passait en mode automatique. Autrement dit, une partie habituellement inaccessible de son cerveau (mais qui existe, si, si...) prenait le relais et la rendait plus efficace. Elle oublie donc sa portière rapiécée, fait le tour du véhicule, entre par la portière passager, qu'elle retient contre le vent cette fois et ferme délicatement, puis passe sur le siège conducteur. C'est au moment de démarrer le véhicule qu'elle se rend compte qu'elle a oublié les clefs sur la portière passager. Elle repasse donc sur le siège passager, ouvre la vitre, passe la main par l'ouverture, rentre sa main avec les clefs et referme enfin la vitre. C'est à ce moment qu'elle s'avise qu'elle s'est assise deux fois sur son sac de chantier et qu'elle a explosé les deux tubes de juicy-carrots à l'intérieur....

"Et meeeeerde!!... Tampis ! ["Tant pis !" A moins que ce soit volontaire ?]"

Elle repasse sur le siège conducteur et Full-contact (bah vi, blonde et Aware ça se ressemble). Elle se met en route et pousse le moteur à fond en direction du bunker syndical. Heureusement située à quelques minutes seulement, elle arrive très vite et se gare devant la porte de service qui donne un accès plus proche de l'infirmerie. Elle repasse sur le siège passager, écrasant une troisième fois le pauvre sac imbibé de bouillie de carottes bleues. Elle descend du véhicule et se dirige vers le sas de service.

[Dans le Prochain épisode : Une Blonde au Bloc]

Attention à la cohérence temporelle : les temps sont mêlés dans les paragraphes et groupes de phrase, ça oscille entre le présent et le passé. Faudrait voir à uniformiser tout ça, soit c'est un récit au passé, soit c'est raconté au présent. On ne peut pas commencer à ouvrir une porte au passé, entrer dans le véhicule au présent et démarrer le moteur au passé. :aga:

Il faudrait donc modifier les temps utilisés pour homogénéiser l'ensemble, et reposter. Une deuxième relecture ferait pas d'mal non plus (la :passoire: a certainement encore frappé ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxiuszedeus

avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 02/02/2011

MessageSujet: Re: [Episode 2 : La Blonde et le Bét.]   Ven 18 Fév - 0:43

[Episode 2 : La Blonde et le Bét.]

Elle devait passer par la salle de réunion syndicale récupérer les notes qu'elle avait prises la veille pendant le speech de sa rousse patronne et qu'elle avait oublié, trop occupée à reluquer les fesses d'un certain jeune homme qui faisait le pitre et que Kim incendiait...

De plus, elle devait faire l'inventaire de l'infirmerie. Elle avait été désignée à cette corvée, parce que Kim disait que c'était depuis que la Blonde officiait en tant qu'infirmière, qu'il y avait constamment un malade ou un blessé à poireauter devant sa porte.

Bref, elle ouvrit la portière de l'engin des sables et s'y engouffra, posant son sac sur le siège passager. Alors qu'elle n'avait pas encore entré sa jambe gauche dans l'habitacle, une bourrasque de Brouillard de pierre d'au moins 170 km/h la surprend et claque la portière sur sa jambière de terraformation. Heureusement d'ailleurs qu'elle porte ses jambières sinon elle aurait été amputée.
Cependant, la violence du choc déforma la portière qui refusa de fermer correctement une fois la jambe rentrée. Elle eut beau essayer de la retaper ou la redresser, rien n'y changea.
Elle ne pouvait quand même pas rouler avec la portière ouverte... Elle se creusa le peu de méninges dont elle disposait, inventoriant mentalement les deux ou trois bricoles qui traînaient dans le véhicule et dont elle pourrait se servir. Un coffee usagé, un juicy tube chocolat vide bien sûr, un moyeu de pelle à vérin qu'elle gardait en cas de car-jacking... Rien de bien "attachant".

Elle eut soudain une idée de génie, un éclair lui avait traversé l'esprit. Elle mit quelques secondes à s'en remettre tant ça ne lui arrivait pas souvent.

Elle se trémoussa sur son siège, glissant tant bien que mal ses bras dans son dos. Heureusement que les nouveaux scaphandres de la Firme étaient souples et de moins en moins épais grâce aux évolutions de la science. Bref, elle chopa enfin l'agrafe de son soutien gorge et la détacha. Elle prit une grande inspiration, retira son gant et partit avec son autre main à la recherche de la bretelle gauche. Elle remit son gant, son scaph se repressurisa et elle respira de nouveau. Elle reprit de nouveau une grande inspiration et fit de même avec la bretelle droite, sauf que cette fois elle tira tout le soutien gorge dans la manche et l'en sortit. Au bord de l'asphyxie, elle remit son gant, attendit que son scaphandre se repressurise et respira à nouveau, à pleins poumons.
Bon, après tous ces efforts, elle avait enfin de quoi faire tenir sa portière. Elle sortit du véhicule, entrouvrît légèrement les fenêtres pour y passer le soutien gorge. Elle fit deux tours et fit un noeud avec les extrémités.

Ils allaient encore se foutre d'elle en la voyant arriver les gros bonnets à l'air... Pourvu qu'ils ne pensent pas au fait qu'elle allait passer la journée sans sous-tif et tenter quelques manoeuvres indélicates. Bref, elle était satisfaite de sa réparation et s'apprêtait à remonter dans l'engin... Mais, mais... Elle s'est enfermée dehors... Pauvre blonde! Elle était sur le point de retirer la réparation de fortune, lorsque son boitier de contrôle, relié à l'infirmerie syndicale, lui annonce un cas d'urgence.

"Grmmmbbbblll, encore un de ces excités qui a fait exprès de se coincer la main dans une porte, pfffff"

Ce qu'il y avait d'étrange chez notre blonde c'est que lorsqu'elle était appelée par son devoir, elle passait en mode automatique. Autrement dit, une partie habituellement inaccessible de son cerveau (mais qui existe, si, si...) prenait le relais et la rendait plus efficace. Elle oublia donc sa portière rapiécée, fit le tour du véhicule, entra par la portière passager, qu'elle retint contre le vent cette fois et ferma délicatement, puis passa sur le siège conducteur. C'est au moment de démarrer le véhicule qu'elle se rendit compte qu'elle avait oublié les clefs sur la portière passager. Elle repassa donc sur le siège passager, ouvrit la vitre, passa la main par l'ouverture, rentra sa main avec les clefs et referma enfin la vitre. C'est à ce moment qu'elle s'avisa qu'elle s'était assise deux fois sur son sac de chantier et qu'elle avait explosé les deux tubes de juicy-carrots à l'intérieur....

"Et meeeeerde!!... Tant pis!"

Elle repassa sur le siège conducteur et Full-contact (bah vi, blonde et Aware ça se ressemble). Elle se mit en route et poussa le moteur à fond en direction du bunker syndical. Heureusement située à quelques minutes seulement, elle arriva très vite et se gara devant la porte de service qui donne un accès plus proche de l'infirmerie. Elle repassa sur le siège passager, écrasant une troisième fois le pauvre sac imbibé de bouillie de carottes bleues. Elle descendit du véhicule et se dirigea vers le sas de service.

[Dans le Prochain épisode : Une Blonde au Bloc]


(j'ai essayé d'uniformiser les temps, je ne sais pas si c'est tout à fait correct, en tous cas je trouve la lecture un peu moins fluide, mais si c'est plus français, alors ok Wink J'attend votre validation pour poster la version finale au salon RP. Merci de vos bons conseils)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elien

avatar

Nombre de messages : 342
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: [Episode 2 : La Blonde et le Bét.]   Ven 18 Fév - 5:28

Maxiuszedeus a écrit:
[Episode 2 : La Blonde et le Bét.]

Elle devait passer par la salle de réunion syndicale récupérer les notes qu'elle avait prises la veille pendant le speech de sa rousse patronne et qu'elle avait oublié, trop occupée à reluquer les fesses d'un certain jeune homme qui faisait le pitre et que Kim incendiait...

De plus, elle devait faire l'inventaire de l'infirmerie. Elle avait été désignée à cette corvée, parce que Kim disait que c'était depuis que la Blonde officiait en tant qu'infirmière, qu'il y avait constamment un malade ou un blessé à poireauter devant sa porte.

Bref, elle ouvrit la portière de l'engin des sables et s'y engouffra, posant son sac sur le siège passager. Alors qu'elle n'avait pas encore entré sa jambe gauche dans l'habitacle, une bourrasque de Brouillard de pierres d'au moins 170 km/h la surprend et claqua la portière sur sa jambière de terraformation. Heureusement d'ailleurs qu'elle portait ses jambières sinon elle eut été amputée.
Cependant, la violence du choc déforma la portière qui refusa de fermer correctement une fois la jambe rentrée. Elle eut beau essayer de la retaper ou de la redresser, rien n'y changea.
Elle ne pouvait quand même pas rouler avec la portière ouverte... Elle se creusa le peu de méninges dont elle disposait, inventoriant mentalement les deux ou trois bricoles qui traînaient dans le véhicule et dont elle pourrait se servir. Un coffee usagé, un juicy tube chocolat, vide bien sûr, un moyeu de pelle à vérin qu'elle gardait en cas de car-jacking... Rien de bien "attachant".

Elle eut soudain une idée de génie, un éclair lui avait traversé l'esprit. Elle mit quelques secondes à s'en remettre tant ça ne lui arrivait pas souvent.

Elle se trémoussa sur son siège, glissant tant bien que mal ses bras dans son dos. Heureusement que les nouveaux scaphandres de la Firme étaient souples et de moins en moins épais grâce aux évolutions de la science. Bref, elle chopa enfin l'agrafe de son soutien gorge et la détacha. Elle prit une grande inspiration, retira son gant et partit avec son autre main à la recherche de la bretelle gauche. Elle remit son gant, son scaph se repressurisa et elle respira de nouveau. Elle reprit de nouveau une grande inspiration et fit de même avec la bretelle droite, sauf que cette fois elle tira tout le soutien gorge dans la manche et l'en sortit. Au bord de l'asphyxie, elle remit son gant, attendit que son scaphandre se repressurise et respira à nouveau, à pleins poumons.
Bon, après tous ces efforts, elle avait enfin de quoi faire tenir sa portière. Elle sortit du véhicule, entrouvrît légèrement les fenêtres pour y passer le soutien gorge. Elle fit deux tours et fit un noeud avec les extrémités.

Ils allaient encore se foutre d'elle en la voyant arriver les gros bonnets à l'air... Pourvu qu'ils ne pensent pas au fait qu'elle allait passer la journée sans sous-tif et tenter quelques manœuvres indélicates. Bref, elle était satisfaite de sa réparation et s'apprêtait à remonter dans l'engin... Mais, mais... Elle s'était enfermée dehors... Pauvre blonde! Elle était sur le point de retirer la réparation de fortune, lorsque son boitier de contrôle, relié à l'infirmerie syndicale, lui annonce un cas d'urgence.

"Grmmmbbbblll, encore un de ces excités qui a fait exprès de se coincer la main dans une porte, pfffff"

Ce qu'il y avait d'étrange chez notre blonde c'est que lorsqu'elle était appelée par son devoir, elle passait en mode automatique. Autrement dit, une partie habituellement inaccessible de son cerveau (mais qui existe, si, si...) prenait le relais et la rendait plus efficace. Elle oublia donc sa portière rapiécée, fit le tour du véhicule, entra par la portière passager, qu'elle retint contre le vent cette fois et ferma délicatement, puis passa sur le siège conducteur. C'est au moment de démarrer le véhicule qu'elle se rendit compte qu'elle avait oublié les clefs sur la portière passager. Elle repassa donc sur le siège passager, ouvrit la vitre, passa la main par l'ouverture, rentra sa main avec les clefs et referma enfin la vitre. C'est à ce moment qu'elle s'avisa qu'elle s'était assise deux fois sur son sac de chantier et qu'elle avait explosé les deux tubes de juicy-carrots à l'intérieur....

"Et meeeeerde!!... Tant pis!"

Elle repassa sur le siège conducteur et Full-contact (bah vi, blonde et Aware ça se ressemble). Elle se mit en route et poussa le moteur à fond en direction du bunker syndical. Heureusement située à quelques minutes seulement, elle arriva très vite et se gara devant la porte de service qui donne un accès plus proche de l'infirmerie. Elle repassa sur le siège passager, écrasant une troisième fois le pauvre sac imbibé de bouillie de carottes bleues. Elle descendit du véhicule et se dirigea vers le sas de service.

[Dans le Prochain épisode : Une Blonde au Bloc]


(j'ai essayé d'uniformiser les temps, je ne sais pas si c'est tout à fait correct, en tous cas je trouve la lecture un peu moins fluide, mais si c'est plus français, alors ok Wink J'attend votre validation pour poster la version finale au salon RP. Merci de vos bons conseils)
study
Pas si mal pour une blonde ! cheers
J'ai pas vu d'autres fautes, mais en général, je suis la passoire complémentaire d'Abs. Faut peut-être attendre qu'il passe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absurd_Jedi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1340
Age : 33
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: [Episode 2 : La Blonde et le Bét.]   Ven 18 Fév - 12:41

Maxiuszedeus a écrit:
(j'ai essayé d'uniformiser les temps, je ne sais pas si c'est tout à
fait correct, en tous cas je trouve la lecture un peu moins fluide, mais
si c'est plus français, alors ok Wink J'attend votre validation pour poster la version finale au salon RP. Merci de vos bons conseils)

Si tu as choisi le passé pour ton récit, avec du passé simple, c'est normal que ça te paraisse moins fluide : le passé simple n'est pas utilisé à l'oral et est un temps plutôt formel. Si tu veux rendre ton texte plus fluide, le présent pourrait être un meilleur choix, puisque ça ressemble plus à la manière dont on parle quotidiennement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxiuszedeus

avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 02/02/2011

MessageSujet: Re: [Episode 2 : La Blonde et le Bét.]   Ven 18 Fév - 23:08

[Episode 2 : La Blonde et le Bét.]

Elle doit passer par la salle de réunion syndicale récupérer les notes qu'elle a prises la veille pendant le speech de sa rousse patronne et qu'elle a oublié, trop occupée à reluquer les fesses d'un certain jeune homme qui faisait le pitre et que Kim incendiait...

De plus, elle doit faire l'inventaire de l'infirmerie. Elle est toute désignée à cette corvée, parce que Kim dit que c'ést depuis que la Blonde officie en tant qu'infirmière, qu'il y a constamment un malade ou un blessé à poireauter devant sa porte.

Bref, elle ouvre la portière de l'engin des sables et s'y engouffre, posant son sac sur le siège passager. Alors qu'elle n'a pas encore entré sa jambe gauche dans l'habitacle, une bourrasque de Brouillard de pierres d'au moins 170 km/h la surprend et claque la portière sur sa jambière de terraformation. Heureusement d'ailleurs qu'elle porte ses jambières sinon elle aurait été amputée.
Cependant, la violence du choc déforma la portière qui refusa de fermer correctement une fois la jambe rentrée. Elle avait beau essayer de la retaper ou de la redresser, rien n'y changeait.
Elle ne pouvait quand même pas rouler avec la portière ouverte... Elle se creuse le peu de méninges dont elle dispose, inventoriant mentalement les deux ou trois bricoles qui traînent dans le véhicule et dont elle peut se servir. Un coffee usagé, un juicy tube chocolat, vide bien sûr, un moyeu de pelle à vérin qu'elle garde en cas de car-jacking... Rien de bien "attachant".

Elle a soudain une idée de génie, un éclair lui traverse l'esprit. Elle met quelques secondes à s'en remettre tant ça ne lui arrive pas souvent.

Elle se trémousse sur son siège, glissant tant bien que mal ses bras dans son dos. Heureusement que les nouveaux scaphandres de la Firme sont souples et de moins en moins épais grâce aux évolutions de la science. Bref, elle chope enfin l'agrafe de son soutien gorge et la détache. Elle prend une grande inspiration, retire son gant et part avec son autre main à la recherche de la bretelle gauche. Elle remet son gant, son scaph se repressurise et elle respire de nouveau. Elle reprend de nouveau une grande inspiration et fait de même avec la bretelle droite, sauf que cette fois elle tire tout le soutien gorge dans la manche et l'en sort. Au bord de l'asphyxie, elle remet son gant, attend que son scaphandre se repressurise pour respirer à nouveau, à pleins poumons.
Bon, après tous ces efforts, elle a enfin de quoi faire tenir sa portière. Elle sort du véhicule, entrouvre légèrement les fenêtres pour y passer le soutien gorge. Elle fait deux tours et fait un noeud avec les extrémités.

Ils vont encore se foutre d'elle en la voyant arriver les gros bonnets à l'air... Pourvu qu'ils ne pensent pas au fait qu'elle va passer la journée sans sous-tif et tentent quelques manœuvres indélicates. Bref, elle est satisfaite de sa réparation et s'apprête à remonter dans l'engin... Mais, mais... Elle s'est enfermée dehors... Pauvre blonde! Elle est sur le point de retirer la réparation de fortune, lorsque son boitier de contrôle, relié à l'infirmerie syndicale, lui annonce un cas d'urgence.

"Grmmmbbbblll, encore un de ces excités qui a fait exprès de se coincer la main dans une porte, pfffff"

Ce qu'il y a d'étrange chez notre blonde c'est que lorsqu'elle est appelée par son devoir, elle passe en mode automatique. Autrement dit, une partie habituellement inaccessible de son cerveau (mais qui existe, si, si...) prend le relais et la rend plus efficace. Elle oublie donc sa portière rapiécée, fait le tour du véhicule, entre par la portière passager, qu'elle retient contre le vent cette fois et ferme délicatement, puis passe sur le siège conducteur. C'est au moment de démarrer le véhicule qu'elle se rend compte qu'elle a oublié les clefs sur la portière passager. Elle repasse donc sur le siège passager, ouvre la vitre, passe la main par l'ouverture, rentre sa main avec les clefs et referme enfin la vitre. C'est à ce moment qu'elle s'avise qu'elle s'est assise deux fois sur son sac de chantier et qu'elle a explosé les deux tubes de juicy-carrots à l'intérieur....

"Et meeeeerde!!... Tant pis!"

Elle repasse sur le siège conducteur et Full-contact (bah vi, blonde et Aware ça se ressemble). Elle se met en route et pousse le moteur à fond en direction du bunker syndical. Heureusement située à quelques minutes seulement, elle arrive très vite et se gare devant la porte de service qui donne un accès plus proche de l'infirmerie. Elle repasse sur le siège passager, écrasant une troisième fois le pauvre sac imbibé de bouillie de carottes bleues. Elle descend du véhicule et se dirige vers le sas de service.

[Dans le Prochain épisode : Une Blonde au Bloc]

(j'ai essayé le présent, pouvez vous me donner votre avis? je le trouve plus agréable à lire...en tous cas merci pour vos conseils Wink J'espère que vous aimez ma blonde parce qu'on m'a suggéré d'en faire une série, un peu à l'image des "Martine" version Blonde^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Episode 2 : La Blonde et le Bét.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Episode 2 : La Blonde et le Bét.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nouvelle et blonde en plus
» Blonde à l'intérieur, tarée à l'extérieur ;)
» Episode 1 Retour vers le Futur le jeux GRATUIT - GRATOS
» Midori Days
» KL' Histoire : épisode 12

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Correctifs :: Corrections-
Sauter vers: