Partagez | 
 

 Echiquier artisanal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Duc
Invité



MessageSujet: Echiquier artisanal   Jeu 28 Oct - 0:23

Schématique « Echiquier artisanal »

Nom de la schématique : Echiquier artisanal

Niveau requis : Gros têtard

Description de l'objet fini :

Cet échiquier d'aspect tribal est réalisé à partir de matériaux récupérés. C'est à la fois un symbole idéologique et un objet décoratif d'exception.

Description de la schématique :

Le terraformeur qui se fait appeler "Le Duc" au Bar du forage a eu l'idée de fabriquer un échiquier tribal. Pour rendre le socle résistant il a opté pour une plaque de métal coupée en plusieurs lames pour faire les côtés du socle ainsi que deux tiroirs pour ranger les pièces. De la terre martienne est déposée au fond du socle métallique ce qui permet d'égaliser le niveau des 64 monnaies tribales qui font office de cases. Certaines sont polies pour former un damier bicolore. Enfin, des pictogrammes d’inspiration tribale sont gravés sur le socle métallique de l’échiquier. Il est difficile de savoir ce que ces symboles peuvent bien signifier, peut-être faut-il le demander au Duc qui prétend les avoir gravés.

Le niveau d'artisanat nécessaire pour réaliser cet objet est plutôt élevé si l'on compte obtenir un objet de qualité. Les mesures sont à respecter au millimètre près si l'on veut éviter que la terre sorte du socle et que les monnaies se mettent à bouger.

Les pièces à jouer sont taillées dans de l'os afin d'être assez résistantes. Ceci donne à l'échiquier un aspect tribal assez inquiétant : cet échiquier met en scène la vie, la mort ainsi que le thème du sacrifice de manière saisissante.

Cet échiquier est un objet de décoration des plus fins mais il peut parfaitement servir pour une partie à l'ancienne. On raconte même qu'un artisan jouant une partie sur l'échiquier qu'il a confectionné devient imbattable.

Role Play :

Chapitre 1 : La conception de l’échiquier

*Le Duc se réveille dans le pâté, comme à l’accoutumée. Sa longue sortie d’hier l’a épuisé, mais il ne doit pas baisser de rythme. Il sort de son caisson et regarde l’heure : il a peu dormi mais il est déjà en retard dans son travail. Il se lève péniblement, va prendre sa douche et s’habille. Il savoure un tube alimentaire avec une joie non dissimulée : il a perdu en l’espace de quelques semaines près de cinq kilos à force de privation. La pénurie a éprouvé son corps, mais pas sa volonté. Il visse son scaphandre sur ses épaules, s’avance en direction du sas et jette un coup d’œil à son matériel de terraformation : aujourd’hui il restera au garage. Il prend avec lui une malle encombrante et sa servante et sort. Le sable martien envahit le sas avant que les lourdes portes métalliques ne se referment en grinçant.

Il s’avance vers son tabularium, récupère des dessins, des plans et diverses notes griffonnées et part s’installer dans son APU quasiment vide. Il pose la lourde malle et l’ouvre afin d’inspecter son contenu. La visière du scaphandre cache une mine déçue : même avec tous les efforts qu’il a fournis pour obtenir les composants dont il a besoin, il est bien lui du compte. Son échiquier artisanal n’avance pas beaucoup : les plans semblent réalisables mais les matériaux sont difficiles à trouver et après tout rien ne garantit que son niveau d’artisanat lui permette d’arriver à ses fins. Il lève les yeux et laisse traîner son regard le long des poutrelles métalliques du hangar. Il aperçoit sur le mur une feuille de papier qu’il ne se souvient pas avoir collé là. Il se lève et la regarde de plus près : il s’agit d’un dessin qu’un co-syndiqué a fait. Le Duc reconnait immédiatement les traits de König, bien qu’il ne l’ait jamais vu en chair et en os. Il chasse les doutes de sa tête et sort des petits restes humains de la malle. Il agrippe ses outils et commencer à sculpter des pièces pour son échiquier.

Demain il usinera le socle métallique de l’échiquier, en espérant collecter d’autres monnaies tribales pour finir le damier. Il lui faudra sûrement encore plusieurs mois afin de finir tout son travail. Chassant de l’esprit cette considération, le Duc attrape un autre os et commence à sculpter un fou. Les deux derniers os serviront à sculpter le couple royal.*

Chapitre 2 : Les pictogrammes tribaux

*Le Duc venait d’achever le socle métallique de son échiquier artisanal qui trônait sur sa table logistique. Certes il manquait encore le damier, mais le tout faisait très austère. Surtout, le Duc se sentait fatigué et parfois un peu las. Il décidé d’aller rejoindre son ami irlandais Gregan pour se changer les idées. Il enfila son scaphandre, sortit du Bunker et s’installa dans son Betrayal. Dans moins d’une heure il serait au chaud avec un bon whisky et cette pensée le réconforta. Alors qu’il traversait le désert martien, son Betrayal heurta un rocher qui était resté caché par un petit monticule. Le Betrayal se souleva à la verticale dans les airs et le Duc entendit un bruit assourdissant avant de perdre connaissance. Plusieurs heures plus tard il reprit ses esprits dans la carcasse déchiqueté du Betrayal. Sa survie s'apparentait à un miracle tant le choc avait été violent. Il regarda autour de lui et vit qu'il pouvait encore s'extraire du véhicule par une fenêtre brisée. Cet effort lui fut d'autant plus pénible que sa jambe avait été compressée dans l'accident et que son scaphandre, heureusement encore intacte, viendrait à manquer d'air rapidement.

Au beau milieu de nul part, sans possibilité de lancer sa balise de détresse, le Duc se résigna à retourner à pied à son bunker en suivant une direction plus qu'approximative. Sa marche était difficile et le sifflement du vent embrumait son esprit. La douleur et le manque d'air provoquaient des hallucinations. Il s'était fait une raison : personne ne viendrait le secourir, il allait crever ici comme tant d'autres terraformeurs négligents ou malheureux avant lui. Alors qu'il lui semblait reconnaître les dunes qui s'élevaient à quelques kilomètres de son bunker, le vent redoubla d'effort, se transformant en une véritable tempête. Au bord de l'asphyxie, le Duc entendait des mots portés par le vent et dans une langue qui lui était étrangère. Cette impression d'entendre un message qui lui était destiné devînt de plus en plus forte, et ce qu'il avait pris pour une hallucination lui semblait de plus en plus réel. A bout de force, à bout de souffle, chancelant à cause de sa jambe endolorie, le Duc tomba à terre, le scaphandre posé sur le sable ocre du désert martien. Il ferma les yeux, respirant les deniers filets d'air de son scaphandre et écoutant cette langue inconnue et ce message dont jamais il ne percerait le secret.

...

Malgré tout, le désir de vivre reprit le dessus. Il avait dû s'évanouir quelques instants et essaya de se relever. Il agrippa quelque chose à proximité, pensant s'appuyer sur un rocher. Il leva les yeux, conservant un équilibre précaire dans un paysage qui bougeait comme s'il se trouvait sur un bateau. Devant lui se tenait son bunker, sans qu'il put expliquer pourquoi et malgré son état il reconnaissait très bien le sas et actionna le levier. Ses pas étaient lourds et il lui fallut sûrement une bonne minute afin d'atteindre l'intérieur du bunker. Enlevant son scaphandre, il prit une inspiration et vacilla.

...

A son réveil il se rendit dans son caisson pour se soigner et se reposer. Remis de ses émotions, il déprogramma l'ensemble des tâches de maintenance qu'il avait à accomplir sur sa concession. Mais petit à petit, il se remit au travail, pensant que cela l'aiderait à supporter les violentes migraines et les sifflements dans les oreilles. Les jours passaient sans que cela ne s'arrête et il fit rapidement le lien avec l'expérience traumatisante qu'il avait vécu ... et surtout le mystère de son retour au bunker. Une nuit, alors qu'une vive crise de démence le prenait, le Duc alla chercher un burin. Ses oreilles résonnaient des paroles qu'il avait entendues dans le désert, devant ses yeux embrumés défilaient des pictogrammes qu'il n'avait jamais vus ...

...

Le Duc se réveilla affalé sur sa table logistique. Un burin était au sol et il se souvint vaguement son délire de la nuit dernière. Il balaya la pièce du regard pour regarder tout était en place. Devant ses yeux il trouva le socle de son échiquier sur lequel étaient gravés des centaines de petits pictogrammes. Il entreprit de les déchiffrer et découvrit qu'il y parvenait sans effort. Un large sourire illumina son visage : enfin il avait compris.*

Chapitre 3 : Le fruit de l’effort

*Après des heures d’un travail minutieux, le damier de l’échiquier était fin prêt et la dernière monnaie tribale était venue s’insérer au millimètre près dans le dernier carré vide. Reculant pour admirer son travail, le Duc fut frappé par la beauté de l’objet. Les pictogrammes tribaux sur le socle métallique donnaient un aspect mystérieux à cet échiquier d’exception, d’autant plus que les pièces en os sculpté étaient d’une grande finesse. Les monnaies reflétaient le pâle halo de lumière qui régnait dans le bunker. Par moment, lorsque la ventilation soufflait un courant d’air un peu plus saccadé, une partie de la terre martienne sous le damier se soulevait d’un centimètre pour retomber en dessous des monnaies. Ou que l’on posât son regard, on trouvait toujours un détail fascinant dans cet œuvre.
Le Duc décida de conserver cet objet dans sa planque, en attendant d’aller voir Absurdjedi, l’adepte de son syndicat, pour voir s’il était possible de charger cet artéfact d’un puissant flux ésotérique. Il prit la direction du bar du Forage, il devait partager son soulagement et exprimer toute sa gratitude à ceux qui l’ont aidé pendant ces durs mois de labeur. Un immense sourire traversait le visage calme et apaisé de l’homme.
Après avoir passé le sas et commandé un russe blanc, le Duc souffle quelques mots à gros robot avant de monter sur une table non loin du comptoir. Il demande le silence et l’obtient sans trop de peine. Il annonce alors au reste de la communauté :*
« Ecoutez tous ! Je viens d’achever la collecte des objets pour mon échiquier artisanal tant attendu. J’espère pouvoir vous le montrer prochainement. Je tiens à remercier personnellement ceux qui m’ont aidé à collecter les objets nécessaires à sa réalisation. Je n’oublierai jamais leur don.
Sur cet échiquier de légende, ici-même, se tiendra dans quelques mois je l’espère un tournoi d’échecs d’anthologie. Ce tournoi aura pour principal but de souder notre communauté si divisée et de diffuser des valeurs de respect et de solidarité. Que le plus noble d’entre nous gagne, et que tout le monde ressorte grandit de ce grand évènement ! »
Le Duc descend et s’avance vers le comptoir en attendant les réactions des terraformeurs présents.*
Revenir en haut Aller en bas
Absurd_Jedi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1340
Age : 33
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Echiquier artisanal   Jeu 28 Oct - 22:31

Le Duc a écrit:
Schématique « Echiquier artisanal »

Nom de la schématique : Echiquier artisanal

Niveau requis : Gros têtard

Description de l'objet fini :

Cet échiquier d'aspect tribal est réalisé à partir de matériaux récupérés. C'est à la fois un symbole idéologique et un objet décoratif d'exception.

Description de la schématique :

Le terraformeur qui se fait appeler "Le Duc" au Bar du forage a eu l'idée de fabriquer un échiquier tribal. Pour rendre le socle résistant il a opté pour une plaque de métal coupée en plusieurs lames pour faire les côtés du socle ainsi que deux tiroirs pour ranger les pièces. De la terre martienne est déposée au fond du socle métallique ce qui permet d'égaliser le niveau des 64 monnaies tribales qui font office de cases. Certaines sont polies pour former un damier bicolore. Enfin, des pictogrammes d’inspiration tribale sont gravés sur le socle métallique de l’échiquier. Il est difficile de savoir ce que ces symboles peuvent bien signifier, peut-être faut-il le demander au Duc qui prétend les avoir gravés.

Le niveau d'artisanat nécessaire pour réaliser cet objet est plutôt élevé si l'on compte obtenir un objet de qualité. Les mesures sont à respecter au millimètre près si l'on veut éviter que la terre sorte du socle et que les monnaies se mettent à bouger.

Les pièces à jouer sont taillées dans de l'os afin d'être assez résistantes. Ceci donne à l'échiquier un aspect tribal assez inquiétant : cet échiquier met en scène la vie, la mort ainsi que le thème du sacrifice de manière saisissante.

Cet échiquier est un objet de décoration des plus fins mais il peut parfaitement servir pour une partie à l'ancienne. On raconte même qu'un artisan jouant une partie sur l'échiquier qu'il a confectionné devient imbattable.

Role Play :

Chapitre 1 : La conception de l’échiquier

*Le Duc se réveille dans le pâté, comme à l’accoutumée. Sa longue sortie d’hier l’a épuisé, mais il ne doit pas baisser de rythme. Il sort de son caisson et regarde l’heure : il a peu dormi mais il est déjà en retard dans son travail. Il se lève péniblement, va prendre sa douche et s’habille. Il savoure un tube alimentaire avec une joie non dissimulée : il a perdu en l’espace de quelques semaines près de cinq kilos à force de privation. La pénurie a éprouvé son corps, mais pas sa volonté. Il visse son scaphandre sur ses épaules, s’avance en direction du sas et jette un coup d’œil à son matériel de terraformation : aujourd’hui il restera au garage. Il prend avec lui une malle encombrante et sa servante et sort. Le sable martien envahit le sas avant que les lourdes portes métalliques ne se referment en grinçant.

Il s’avance vers son tabularium, récupère des dessins, des plans et diverses notes griffonnées et part s’installer dans son APU quasiment vide. Il pose la lourde malle et l’ouvre afin d’inspecter son contenu. La visière du scaphandre cache une mine déçue : même avec tous les efforts qu’il a fourni pour obtenir les composants dont il a besoin, il est bien lui du compte. Son échiquier artisanal n’avance pas beaucoup : les plans semblent réalisables mais les matériaux sont difficiles à trouver et après tout rien ne garantit que son niveau d’artisanat lui permette d’arriver à ses fins. Il lève les yeux et laisse traîner son regard le long des poutrelles métalliques du hangar. Il aperçoit sur le mur une feuille de papier qu’il ne se souvient pas avoir collé là. Il se lève et la regarde de plus près : il s’agit d’un dessin qu’un co-syndiqué a fait. Le Duc reconnait immédiatement les traits de König, bien qu’il ne l’ait jamais vu en chair et en os. Il chasse les doutes de sa tête et sort des petits restes humains de la malle. Il agrippe ses outils et commencer à sculpter des pièces pour son échiquier.

Demain il usinera le socle métallique de l’échiquier, en espérant collecter d’autres monnaies tribales pour finir le damier. Il lui faudra sûrement encore plusieurs mois afin de finir tout son travail. Chassant de l’esprit cette considération, le Duc attrape un autre os et commence à sculpter un fou. Les deux derniers os serviront à sculpter le couple royal.*

Chapitre 2 : Les pictogrammes tribaux

*Le Duc venait d’achever le socle métallique de son échiquier artisanal qui trônait sur sa table logistique. Certes il manquait encore le damier, mais le tout faisait très austère. Surtout, le Duc se sentait fatigué et parfois un peu las. Il décida d’aller rejoindre son ami irlandais Gregan pour se changer les idées. Il enfila son scaphandre, sortit du Bunker et s’installa dans son Betrayal. Dans moins d’une heure il serait au chaud avec un bon whisky et cette pensée le réconforta. Alors qu’il traversait le désert martien, son Betrayal heurta un rocher qui était resté caché par un petit monticule. Le Betrayal se souleva à la verticale dans les airs et le Duc entendit un bruit assourdissant avant de perdre connaissance. Plusieurs heures plus tard il reprit ses esprits dans la carcasse déchiquetée du Betrayal. Sa survie s'apparentait à un miracle tant le choc avait été violent. Il regarda autour de lui et vit qu'il pouvait encore s'extraire du véhicule par une fenêtre brisée. Cet effort lui fut d'autant plus pénible que sa jambe avait été compressée dans l'accident et que son scaphandre, heureusement encore intact, viendrait à manquer d'air rapidement.

Au beau milieu de nulle part, sans possibilité de lancer sa balise de détresse, le Duc se résigna à retourner à pied à son bunker en suivant une direction plus qu'approximative. Sa marche était difficile et le sifflement du vent embrumait son esprit. La douleur et le manque d'air provoquaient des hallucinations. Il s'était fait une raison : personne ne viendrait le secourir, il allait crever ici comme tant d'autres terraformeurs négligents ou malheureux avant lui. Alors qu'il lui semblait reconnaître les dunes qui s'élevaient à quelques kilomètres de son bunker, le vent redoubla d'effort, se transformant en une véritable tempête. Au bord de l'asphyxie, le Duc entendait des mots portés par le vent et dans une langue qui lui était étrangère. Cette impression d'entendre un message qui lui était destiné devînt de plus en plus forte, et ce qu'il avait pris pour une hallucination lui semblait de plus en plus réel. A bout de force, à bout de souffle, chancelant à cause de sa jambe endolorie, le Duc tomba à terre, le scaphandre posé sur le sable ocre du désert martien. Il ferma les yeux, respirant les deniers filets d'air de son scaphandre et écoutant cette langue inconnue et ce message dont jamais il ne percerait le secret.

...

Malgré tout, le désir de vivre reprit le dessus. Il avait dû s'évanouir quelques instants et essaya de se relever. Il agrippa quelque chose à proximité, pensant s'appuyer sur un rocher. Il leva les yeux, conservant un équilibre précaire dans un paysage qui bougeait comme s'il se trouvait sur un bateau. Devant lui se tenait son bunker, sans qu'il put expliquer pourquoi et malgré son état il reconnaissait très bien le sas et actionna le levier. Ses pas étaient lourds et il lui fallut sûrement une bonne minute afin d'atteindre l'intérieur du bunker. Enlevant son scaphandre, il prit une inspiration et vacilla.

...

A son réveil il se rendit dans son caisson pour se soigner et se reposer. Remis de ses émotions, il déprogramma l'ensemble des tâches de maintenance qu'il avait à accomplir sur sa concession. Mais petit à petit, il se remit au travail, pensant que cela l'aiderait à supporter les violentes migraines et les sifflements dans les oreilles. Les jours passaient sans que cela ne s'arrête et il fit rapidement le lien avec l'expérience traumatisante qu'il avait vécu ... et surtout le mystère de son retour au bunker. Une nuit, alors qu'une vive crise de démence le prenait, le Duc alla chercher un burin. Ses oreilles résonnaient des paroles qu'il avait entendues dans le désert, devant ses yeux embrumés défilaient des pictogrammes qu'il n'avait jamais vus ...

...

Le Duc se réveilla affalé sur sa table logistique. Un burin était au sol et il se souvint vaguement son délire de la nuit dernière. Il balaya la pièce du regard pour regarder : tout était en place. Devant ses yeux il trouva le socle de son échiquier sur lequel étaient gravés des centaines de petits pictogrammes. Il entreprit de les déchiffrer et découvrit qu'il y parvenait sans effort. Un large sourire illumina son visage : enfin il avait compris.*

Chapitre 3 : Le fruit de l’effort

*Après des heures d’un travail minutieux, le damier de l’échiquier était fin prêt et la dernière monnaie tribale était venue s’insérer au millimètre près dans le dernier carré vide. Reculant pour admirer son travail, le Duc fut frappé par la beauté de l’objet. Les pictogrammes tribaux sur le socle métallique donnaient un aspect mystérieux à cet échiquier d’exception, d’autant plus que les pièces en os sculpté étaient d’une grande finesse. Les monnaies reflétaient le pâle halo de lumière qui régnait dans le bunker. Par moment, lorsque la ventilation soufflait un courant d’air un peu plus saccadé, une partie de la terre martienne sous le damier se soulevait d’un centimètre pour retomber en dessous des monnaies. Ou que l’on posât son regard, on trouvait toujours un détail fascinant dans cet œuvre.
Le Duc décida de conserver cet objet dans sa planque, en attendant d’aller voir Absurdjedi, l’adepte de son syndicat, pour voir s’il était possible de charger cet artéfact d’un puissant flux ésotérique. Il prit la direction du bar du Forage, il devait partager son soulagement et exprimer toute sa gratitude à ceux qui l’ont aidé pendant ces durs mois de labeur. Un immense sourire traversait le visage calme et apaisé de l’homme.
Après avoir passé le sas et commandé un russe blanc, le Duc souffle quelques mots à gros robot avant de monter sur une table non loin du comptoir. Il demande le silence et l’obtient sans trop de peine. Il annonce alors au reste de la communauté :*
« Ecoutez tous ! Je viens d’achever la collecte des objets pour mon échiquier artisanal tant attendu. J’espère pouvoir vous le montrer prochainement. Je tiens à remercier personnellement ceux qui m’ont aidé à collecter les objets nécessaires à sa réalisation. Je n’oublierai jamais leur don.
Sur cet échiquier de légende, ici-même, se tiendra dans quelques mois je l’espère un tournoi d’échecs d’anthologie. Ce tournoi aura pour principal but de souder notre communauté si divisée et de diffuser des valeurs de respect et de solidarité. Que le plus noble d’entre nous gagne, et que tout le monde ressorte grandi de ce grand évènement ! »
Le Duc descend et s’avance vers le comptoir en attendant les réactions des terraformeurs présents.*

Première relecture. study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Echiquier artisanal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Correctifs :: Corrections-
Sauter vers: