Partagez | 
 

 RP Undred, gros pavay dans la mare.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
undred

avatar

Nombre de messages : 182
Localisation : En ZDV 1
Date d'inscription : 13/08/2010

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Jeu 23 Sep - 20:23

Hum... remercier Astreus de m'avoir corriger, surtout...

Pour les différents ponctuation RP :
*... * Action.
-.... Dire.
J'évite les :
<<... >> J'ai eut la désagréable surprise de voir mes phrases êtres caché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absurd_Jedi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1340
Age : 33
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Jeu 23 Sep - 23:16

Les différentes ponctuations pour indiquer les passages du récit au dialogue, on avait compris, c'est bon. :aga:

Le truc, c'est d'harmoniser les sauts de ligne et les espacements. Par exemple tu mets un espace avant l'astérisque fermant l'indication du récit, mais pas après celle l'ouvrant.

Et en regardant bien, tu mets beaucoup d'astérisques : normalement tu en mets une au début du passage de récit, et une à la fin. Pas forcément une au début de chaque paragraphe.

Et si on veut être puriste : les astérisques ne sont pas nécessaires à proprement parler. En français, les guillemets (et les tirets pour les dialogues avec plusieurs répliques) sont suffisants pour marquer la différence entre dialogue et récit. Généralement on utilise soit les astérisques, soit les guillemets pour marquer les différences, les deux dans un même texte, ça fait double emploi : quand tu ouvres des guillemets, tu indiques que tu passes du récit au dialogue, et ensuite tu les ferme. Pas besoin dans ce cas de mettre des astérisques en plus. Sinon tu indiques que le passage de récit se termine avec une astérisque et tu indiques à nouveau que le passage se termine pour passer à un dialogue, avec les guillemets.

L'usage (dans les milieux de JDR par forums et autres medias similaires) est d'utiliser les astérisques pour les démarcations quand les dialogues sont prépondérants. Par exemple sur le Bar du Forage, où s'organisent plutôt des discussions ponctuées "d'indications scéniques". Au contraire, dans le cas de nouvelles, on utilisera plutôt les guillemets, pour rester dans un style plus "académique" de l'usage du français. Mais dans tous les cas, utiliser les deux, c'est surcharger le tout (surtout quand on fait comme toi à mettre des astérisques quasiment à tous les paragraphes).

Quant aux guillemets, tu peux utiliser les guillemets anglais " ou les français «». Le symbole que tu proposes c'est <<, à savoir deux signes "inférieur à" accolés. En typographie, ce n'est pas un guillemet (touche 4 de la ligne numérique au dessus du pavé alphabétique). Et c'est pour cette raison que tu as des lignes qui disparaissent à l'usage sur TEM : les signes inférieurs à et supérieur à sont utilisés pour coder les balises en HTML (exemple : <BODY> ) et en conséquences sont bloqués (par suppression des lignes) sur les différents salons de TEM pour éviter que quelqu'un puisse de cette manière injecter du code dans le jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
undred

avatar

Nombre de messages : 182
Localisation : En ZDV 1
Date d'inscription : 13/08/2010

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Ven 24 Sep - 18:29

Je prendrais note.


Un pavay plein de fôte immonde et stupide RP et en préparation est seras soumis au F.O.U.

Dans le but de vous torturez que vous le corrigiez....

Bonne journée.

( On va donc changer la ponctuation... Dommage, je l'avais depuis le début).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
undred

avatar

Nombre de messages : 182
Localisation : En ZDV 1
Date d'inscription : 13/08/2010

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Sam 25 Sep - 18:02

Comme promis, le paver immonde et plein de fôte et la :

Mais parfois, la ou une victoire et possible, d'autre fois, seul la défaite nous attends. C'est se que se disait Undred quand il regardas l'équipe adverse. Un jeu sans casque, sans artéfact. La partie serais dur a gagner. Il regardât le capitaine adverse. Tandis que son sbires prenait place au centre. Il n'était pas rassuré par la stature du sbire adverse. Il triturait son médaillon a la gloire de Psychobob, Undred ne pus ce dire :
- « Je le sens pas ce match, je le sens pas. »

Chazz, car c'était le pianiste de La Casse, lui lança un regard qui lui donna l'impression d'être un têtard dans un bocal. Il avala sa salive difficilement. Le match ne duras pas longtemps si il faisait une erreur. Il se remémora le principe de stratégie et s'efforça de calmer son battement cardiaque... Il devait épuiser son adversaire, se qui était plus facile a dire qu'a faire. Deux équipe qui jouait en usure. Rien qu'a regarder son puissants adversaires, si un des adversaires choper la balles, ils serais quasiment impossibles des les arrêter si on avait pas un Gros Stunkk façon El Chupa, le haut parleur tonna : *
- «  Tenez vous prêt... 3... 2... 1... GO ! »

Les premières minutes furent des plus violentes. Furax, son marsballeur au centre roulât dans la poussières, la grille enfoncer par un coup de poing de son adversaire, qui s'empara de la balle. Undred réagit trop tard, ébahi par la brutalité de son adversaire et essaya de lui mettre un coup de poing dans la tête. Le sbire esquiva le coup de poing et d'un coup de pied bien placer, lui faucha la jambe. Undred tomba violent au sol, tandis que les adversaires marqué. L'arbitre tonna :
- «  Et l'équipe 47 marque un point. »

Undred abattit son poing sur le sable tandis que tonnait a nouveau le score. Undred se relève et se remet en place. Le coup d'envoi suivant, donne un peu d'espoir. Furax attends que le Sbire de Chazz saute, pour lui coller un coup dans l'entrejambe, se qui lui fait lâcher la balle. Undred et se son sbires réussisse a se marquer par un énorme coup de chance. Qui se répétât Neuf fois. Alors qu'Undred commencer a s'épuiser, Chazz et son équipe passerez a l'attaque, Furax eut la mauvaise idée de tenter de retiré l'exploit d'un coup dans le bas-ventre.

Se qui lui valut un brutal enfoncer d'un gantelet énergétique dans la figure. Undred sauta pour attraper la balle, que le sbire passa à Chazz et commença un jeu de chat et de souris improblable. Undred commença à se fatiguer. Tandis qu'as la fin du compte a rebours, l'arbitre tonna :
- «  L'équipe 47 gagne le match, en misant sur une stratégie d'Usure, alors que le mou du genoux Undred, avait miser sur la même stratégie... »

L'affichage voxterm montra le score :
http://img822.imageshack.us/img822/1971/marsballdefense2.jpg

L'Ex-Gardien grinça des dents. Il se releva, furieux, tandis que son Sbire se faisait soigner et lui dit :
-« Nous allons attaquer. »

Son sbires ouvrit grands les yeux :
-«  Hein ? Mais tu es secouer ? Ils nous ont laminé comme si on était des têtards ! »
-« Je m'en fou ! Je veux rien savoir ! On vas les laminer avec une stratégie de brutalité.» 

Le sbire soupira et termina les soins, puis se remit en place. Le match en brutalité fut de courte durée et extrêmement... brutale. Ils endommagerais quelque équipements parmi les plus faibles de l'équipe adverse. Mais c'est tout. Lorsque le coup final sonnait. Le voxterm annonçait : 7 à 92.

http://img840.imageshack.us/img840/2008/marsballdefense.jpg

Undred et Furax repartir, la rage au cœur et un désir de vengeance.



Bonne lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absurd_Jedi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1340
Age : 33
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Lun 27 Sep - 12:31

undred a écrit:
Mais parfois, là où une victoire est possible, d'autres fois, seule la défaite nous attend. C'est ce que se disait Undred quand il regarda l'équipe adverse. Un jeu sans casque, sans artéfact. La partie serait dure à gagner. Il regarda le capitaine adverse. Tandis que son sbire prenait place au centre. Il n'était pas rassuré par la stature du sbire adverse. Il triturait son médaillon à la gloire de Psychobob, Undred ne put se dire :
- « Je le sens pas ce match, je le sens pas. »

Chazz, car c'était le pianiste de La Casse, lui lança un regard qui lui donna l'impression d'être un têtard dans un bocal. Il avala sa salive difficilement. Le match ne durerait pas longtemps si il faisait une erreur. Il se remémora le principe de stratégie et s'efforça de calmer son battement cardiaque ["les battements de son coeur" plutôt que "son battement cardiaque" ou "son rythme cardiaque", aussi]... Il devait épuiser son adversaire, ce qui était plus facile à dire qu'à faire. Deux équipes qui jouaient en usure. Rien qu'à regarder son puissant adversaire, si un des adversaires choper la balle, il serait quasiment impossible de les arrêter si on [n']avait pas un Gros Stunkk façon El Chupa, le haut parleur tonna : *
- « Tenez vous prêts... 3... 2... 1... GO ! »

Les premières minutes furent des plus violentes. Furax, son marsballeur au centre roula dans la poussières, la grille enfoncée par un coup de poing de son adversaire, qui s'empara de la balle. Undred réagit trop tard, ébahi par la brutalité de son adversaire et essaya de lui mettre un coup de poing dans la tête. Le sbire esquiva le coup de poing et d'un coup de pied bien placé, lui faucha la jambe. Undred tomba violemment au sol, tandis que les adversaires marquaient. L'arbitre tonna :
- « Et l'équipe 47 marque un point. »

Undred abattit son poing sur le sable tandis que tonnait à nouveau le score. Undred se relève et se remet en place. Le coup d'envoi suivant, donne un peu d'espoir. Furax attend que le Sbire de Chazz saute, pour lui coller un coup dans l'entrejambe, ce qui lui fait lâcher la balle. Undred et se son sbires réussissent à se marquer par un énorme coup de chance. [cohérence des temps : on passe dans ces phrases tout d'un coup du passé, qui était le temps utilisé depuis le début du récit, au présent, pour repartir ensuite au passé... C'est déroutant : il vaut mieux soit tout mettre au passé, soit tout mettre au présent, mais pas mélanger le tout] Qui se répéta neuf fois. Alors qu'Undred commençait à s'épuiser, Chazz et son équipe passerent à l'attaque, Furax eut la mauvaise idée de tenter de réitérer l'exploit d'un coup dans le bas-ventre.

Ce qui lui valut un brutal enfoncé d'un gantelet énergétique dans la figure. Undred sauta pour attraper la balle, que le sbire passa à Chazz et commença un jeu de chat et de souris improblable. Undred commença à se fatiguer. Tandis qu'à la fin du compte à rebours, l'arbitre tonna :
- « L'équipe 47 gagne le match, en misant sur une stratégie d'Usure, alors que le mou du genou Undred, avait misé sur la même stratégie... »

L'affichage voxterm montra le score :
http://img822.imageshack.us/img822/1971/marsballdefense2.jpg

L'Ex-Gardien grinça des dents. Il se releva, furieux, tandis que son Sbire se faisait soigner et lui dit :
-« Nous allons attaquer. »

Son sbire ouvrit grands les yeux :
-« Hein ? Mais tu es secoué ? Ils nous ont laminé comme si on était des têtards ! »
-« Je m'en fous ! Je veux rien savoir ! On va les laminer avec une stratégie de brutalité.»

Le sbire soupira et termina les soins, puis se remit en place. Le match en brutalité fut de courte durée et extrêmement... brutal. Ils endommagèrent quelque équipements parmi les plus faibles de l'équipe adverse. Mais c'est tout. Lorsque le coup final sonna. Le voxterm annonçait : 7 à 92.

http://img840.imageshack.us/img840/2008/marsballdefense.jpg

Undred et Furax repartirent, la rage au cœur et un désir de vengeance.[il manque quelque chose, là... le "et un désir de vengeance" devrait être accompagné de quelque chose, la phrase parait incomplète]

Première relecture.

A revoir : l'usage des temps, notamment imparfait et passé simple. Les terminaisons du passé simple sont à revoir également. Et la différence entre inifinitif et participe passé des verbes du premier groupe, ainsi que la distinction "ce / se" aussi.

Et sinon, y'aurait du boulot à faire au niveau de la ponctuation : les virgules sont saupoudrées sur le texte un peu n'importe comment, on ne comprend pas trop ce qu'elles viennent faire à certains endroits. Si un correcteur peut se pencher dessus maintenant que la première partie du travail est faite, ce serait pas du luxe. Sinon j'essaierai d'y revenir si j'ai le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
undred

avatar

Nombre de messages : 182
Localisation : En ZDV 1
Date d'inscription : 13/08/2010

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Jeu 30 Sep - 16:20

A cause des screens. Comprendre qu'il faudrait que je retape certain passage, si je tarde encore, je poste en salon RP. Merci pour la correction.

Texte RP a corriger :

*Undred, au marché noir attendait que les badauds lui laisse un peu de place... Il s'approcha de Lulu l'embrouille lors d'une accalmie et demanda au vendeur : *
-"Salut Lulu, tu pourrais-
-"Hééé mais ca serait y pas Undred le branleur qui tape mon stand? "

*Soudain mal à l'aise, l'ex gardien lui rétorqua : *
-"Peut être bien, je voudrais savoir si tu possède des enregistrement des Matchs de Psychobob ?

*La main de Lulu s'abaissa vers la crosse de son étrange arme : *
-" Casse-toi vite avant que je t’envoie mes z’amis pour te pêter ta tête ! "
-" Dus calme Lulu.. Je peux-

*La main se referma : *
-"Tu peux dégager vite surtout ! Allez, casse-toi... "

*Undred recula en marmonnant des injures à ce vendeur... Puis il réemprunta le chemin de son bunker.... *

(Attention a pas corriger le dialecte de Lulu l'embrouille. Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absurd_Jedi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1340
Age : 33
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Ven 1 Oct - 10:53

undred a écrit:
*Undred, au marché noir, attendait que les badauds lui laissent un peu de place... Il s'approcha de Lulu l'embrouille lors d'une accalmie et demanda au vendeur : *
-"Salut Lulu, tu pourrais-
-"Hééé mais ca serait y pas Undred le branleur qui tape mon stand? "

*Soudain mal à l'aise, l'ex gardien lui rétorqua : *
-"Peut être bien, je voudrais savoir si tu possèdes des enregistrements des Matchs de Psychobob ?

*La main de Lulu s'abaissa vers la crosse de son étrange arme : *
-" Casse-toi vite avant que je t’envoie mes z’amis pour te pêter ta tête ! "
-" Du calme Lulu.. Je peux-

*La main se referma : *
-"Tu peux dégager vite surtout ! Allez, casse-toi... "

*Undred recula en marmonnant des injures à ce vendeur... Puis il réemprunta le chemin de son bunker.... *

Undred a écrit:
A cause des screens. Comprendre qu'il faudrait que je retape certain passage, si je tarde encore, je poste en salon RP. Merci pour la correction.

Euh, là j'ai rien compris.

Qu'est-ce que viennent faire des screens dans l'affaire ? "Retaper certains passages", tu entends quoi exactement par là ? Enfin, le "si je tarde encore, je poste en salon RP" me parait pour le moins cryptique.

Tout ça pour dire que sur ce coup, j'ai complètement, totalement rien capté. Tu voulais dire quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
undred

avatar

Nombre de messages : 182
Localisation : En ZDV 1
Date d'inscription : 13/08/2010

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Ven 1 Oct - 13:30

Si je tarde encore =

Les screenshot seront trop vieille et se seras une rediffusion.

Ou je vais devoir refaire les matchs, c'est à dire refaire les screens, refaire les scores.

C'est un peu plus compréhensif ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absurd_Jedi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1340
Age : 33
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Ven 1 Oct - 14:38

Ah... Ouais, c'est un peu plus clair en effet. Donc pour résumer :

Undred a écrit:
A cause des screens. Comprendre qu'il faudrait que je retape certain passage, si je tarde encore, je poste en salon RP.

Ce serait traduit par :

Undred a écrit:
Je poste en salon RP, si je tarde encore il faudrait que je retape certains passages, à cause des screens.

Tout y était mais un peu emmêlé.

Pas facile de comprendre. Quelqu'un qui comme Yoda parle. :aga:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
undred

avatar

Nombre de messages : 182
Localisation : En ZDV 1
Date d'inscription : 13/08/2010

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Ven 1 Oct - 17:42

Autre RP infâme :

*Même scène qu'hier, Undred, en revenant du Marsball, alors que le zéphyr soufflait, s'approcha de Lulu et dit : *
-"Salut Lulu, tu-"
-"Encore toi ? Casse toi ! Sérieux, tu tape mon stand, je vais pas te vendre un truc, allez, casse toi ! "

*Undred tapa son poing sur le bord du stand : *
-"Allons Lulu, je suis sur-"

*Le coup partit tout seul, la poêle de Lulu frappa Undred en pleine tête qui recula, sonner, celui ci marmonna : *
-"La belle Poêle à Lulu ! Qui peut faire taire un connard trop emmerdant... "

*Les badauds s'approchèrent et Undred recula en titubant, sous le regard jubilant de Lulu : *
-"Elle sont de bonne qualité mes poêles ! "

*Undred tourna les talons et partis dans son bunker... *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elien

avatar

Nombre de messages : 342
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Ven 1 Oct - 18:05

undred a écrit:
Même scène qu'hier, : Undred revenant du Marsball, alors que le zéphyr soufflait, s'approcha de Lulu et dit :
"Salut Lulu, tu-"
"Encore toi ? Casse-toi ! Sérieux, tu tapes mon stand, je vais pas te vendre un truc ! Allez, casse-toi ! "

Undred tapa son poing sur le bord du stand :
"Allons Lulu, je suis sûr-"

Le coup partit tout seul : la poêle de Lulu frappa Undred en pleine tête qui recula, sonné. Lulu marmonna ["marmonner" c'est à voix très basse... tu es sûr que tu ne veux pas dire "crier" ?] :
-"La belle Poêle à Lulu ! Qui peut faire taire un connard trop emmerdant... "

Les badauds s'approchèrent et Undred recula en titubant sous le regard jubilant de Lulu :
-"Elle sont de bonne qualité mes poêles ! "

Undred tourna les talons et partis dans son bunker...

Comme déjà dit : inutle de mélanger les [* "" -]. Si tu mets des *, pas la peine de mettre les autres. Tu mets en relief les paroles (car elles n'ont pas de signe) et les * désignent tes gestes. Seulement la manière dont tu écris appelle plutôt les "" ou les -. Le truc, c'est qu'on ne met pas à la fois des guillemets "" et un tiret. C'est l'un ou l'autre, pas les deux.
J'ai largement revu le découpage de tes phrases. Il serait utile que tu relises les deux versions pour que tu compares. Seule moyen de progresser. Quelques fautes à droite à gauche, sinon, mais ça va.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
undred

avatar

Nombre de messages : 182
Localisation : En ZDV 1
Date d'inscription : 13/08/2010

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Ven 1 Oct - 18:11

Comme sa ?

Même scène qu'hier, : Undred revenant du Marsball, alors que le zéphyr soufflait, s'approcha de Lulu et dit :
"Salut Lulu, tu-"
"Encore toi ? Casse-toi ! Sérieux, tu tapes mon stand, je vais pas te vendre un truc ! Allez, casse-toi ! "

Undred tapa son poing sur le bord du stand :
"Allons Lulu, je suis sûr-"

Le coup partit tout seul : la poêle de Lulu frappa Undred en pleine tête qui recula, sonné. Lulu cria :
-"La belle Poêle à Lulu ! Qui peut faire taire un connard trop emmerdant... "

Les badauds s'approchèrent et Undred recula en titubant sous le regard jubilant de Lulu :
-"Elle sont de bonne qualité mes poêles ! "

Undred tourna les talons et partis dans son bunker...

( Merci pour les corrections, sinon ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elien

avatar

Nombre de messages : 342
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Sam 2 Oct - 9:41

undred a écrit:
Comme ça ?

Même scène qu'hier, : Undred revenant du Marsball, alors que le zéphyr soufflait, s'approcha de Lulu et dit :
"Salut Lulu, tu-"
"Encore toi ? Casse-toi ! Sérieux, tu tapes mon stand, je vais pas te vendre un truc ! Allez, casse-toi ! "

Undred tapa son poing sur le bord du stand :
"Allons Lulu, je suis sûr-"

Le coup partit tout seul : la poêle de Lulu frappa Undred en pleine tête qui recula, sonné. Lulu cria :
"La belle Poêle à Lulu ! Qui peut faire taire un connard trop emmerdant... "

Les badauds s'approchèrent et Undred recula en titubant sous le regard jubilant de Lulu :
"Elle sont de bonne qualité mes poêles ! "

Undred tourna les talons et partis dans son bunker...

( Merci pour les corrections, sinon ).
J'ai oublié d'enlever 2 tirets ( - ).
Comme ça c'est Ok.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
undred

avatar

Nombre de messages : 182
Localisation : En ZDV 1
Date d'inscription : 13/08/2010

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Lun 4 Oct - 22:23

Chose promis, chose du.

Un autre RP immonde a corriger.

Loin de l'infirmerie, Undred se trouvait au temple, immobile devant l'autel, un cierge allumé devant lui, tandis qu'il réfléchissait a sa vie passé, terrienne, ou ce qui y ressemblait, sa vie martienne, ses erreurs, ses errances, son absences de regrets. Il avait du sang sur les mains, beaucoup trop pour que se soit sans conséquence moral est physiques.

Le cierge se consume lentement, le temple était glacer est très bien entretenu, pas un gramme de poussière... pas de sable. La radioactivité était légère, même pour un scaphandre. Un regard au alentour, personne... il pouvait bien prolonger un peu cette méditation légère :

"Ma plus grande erreur ? Hum... peut être la paladine azurée du Martellus.. pourquoi je parle tout seul ?"

Des souvenirs remonter, comme de l'eau souillé d'une vieille fontaine. Sa quasi folie. Ses meurtres est ses... dépravation. Jamais arrêter, juste retenu, l'espoir vain d'avoir un coeur qui ne connaissait pas l'amour. Après avoir longtemps souffert, la vie lui avait montrer le degré de Sadisme, qu'elle pouvait lui montrer. Il avait connus l'amour, l'amitié, la guerre, le sang, les tortures qu'il avait infligé, les tentatives louper de suicide, beaucoup de souffrance inutile...
"Hum... je suis un idiot."

Il remit un cierge est l'alluma, qu'elle prière avait sa place dans se moment ? Aucune ne lui venait a l'esprit... il laissa ces penser vagabonder...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absurd_Jedi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1340
Age : 33
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Mar 5 Oct - 10:20

undred a écrit:
Loin de l'infirmerie, Undred se trouvait au temple, immobile devant l'autel, un cierge allumé devant lui, tandis qu'il réfléchissait à sa vie passée, terrienne, ou ce qui y ressemblait, sa vie martienne, ses erreurs, ses errances, son absence de regrets. Il avait du sang sur les mains, beaucoup trop pour que ce soit sans conséquence morale et physique.

Le cierge se consumait lentement, le temple était glacé et très bien entretenu, pas un gramme de poussière... pas de sable. La radioactivité était légère, même pour un scaphandre. Un regard aux alentours, personne... il pouvait bien prolonger un peu cette méditation légère :

"Ma plus grande erreur ? Hum... peut être la paladine azurée du Martellus.. pourquoi je parle tout seul ?"

Des souvenirs remontaient, comme de l'eau souillée d'une vieille fontaine. Sa quasi folie. Ses meurtres et ses... dépravation. Jamais arrêté, juste retenu, l'espoir vain d'avoir un coeur qui ne connaissait pas l'amour. Après avoir longtemps souffert, la vie lui avait montré le degré de Sadisme, qu'elle pouvait lui montrer [Répétition de "montrer", peut être remplacer le deuxième par "qu'elle pouvait lui infliger"]. Il avait connu l'amour, l'amitié, la guerre, le sang, les tortures qu'il avait infligé, les tentatives loupées de suicide, beaucoup de souffrance inutile...
"Hum... je suis un idiot."

Il remit un cierge et l'alluma, quelle prière avait sa place dans ce moment ? Aucune ne lui venait à l'esprit... il laissa ses pensées vagabonder...

Outre les points maintenant habituels, il faut faire attention à la distinction entre "et" (conjonction de coordination) et "est" (forme conjuguée du verbe "être"). Pour savoir qui est quoi, il suffit de tenter d'accorder le verbe à une autre personne.

Par exemple dans "Ses meurtres est ses... dépravation." : en conjuguant "est" à une autre personne, ou à un autre temps, on obtiendrait : "Ses meurtres suis ses... dépravation.", ou "Ses meurtres sommes ses... dépravation.", on se rend bien compte qu'il y a un truc qui cloche. C'est parce qu'il convient d'utiliser "et" la conjonction de coordination.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
undred

avatar

Nombre de messages : 182
Localisation : En ZDV 1
Date d'inscription : 13/08/2010

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Mar 5 Oct - 17:38

Merci.

J'essayerais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
undred

avatar

Nombre de messages : 182
Localisation : En ZDV 1
Date d'inscription : 13/08/2010

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Sam 9 Oct - 18:42

Un paver immonde...

Qui-suis-je ? Je suis Undred, bien que se sois un pseudo, mon nom a était oublié, effacer, mon passé a conditionner mon présent, j'ai 20 ans, bientôt 21.

Peut être que tout ceux que je me souviens est le fruits d'une peur mécanique trop abrasif, qui à modeler mes souvenirs. Peut être que j'ai inventer tout ceux-ci. Peut être que se que je crois n'est que mensonge... qu'importe, les souvenirs le sont est le resterons.

Je me souviens que j'avais une famille aimante, un père fière de moi, une mère proche, une petite copine amoureuse... j'avais 15 ans... c'est la que tout à commencer, le début de la fin. Le sang recouvre mon passer, celui de mes proches, celui de mon père, de ma mère. Le ciel Terrien... bleu, moi, je le voyais rouge... sang, car mon visage en était maculer, dans ma main gauche se trouvait une barre à mine, dans la droite, un couteau de cuisine. Le corps de mes proches était au sol, tandis que leurs sang couvrait les meubles... Mon premier massacre, aucun regret. J'ai foncer dehors, au passage, j'ai pus me voir dans un miroir, assez grand pour mon age, assez baraque... les cheveux décoiffer, la mine sombre et la face barbouiller d'hémoglobine. J'ouvrais la porte, sortis en courant pour traverser le jardin et rejoindre la rue.

Dehors, le premiers passant qui s'approchait pour voir si j'allais bien se pris un coup de barre dans la figure qui le fit tomber en arrière, un deuxième essayant de me désarmer, le couteau lui perfora la cuisse. Soudain, je vis quelqu'un qui passait un coup de fil, dans mon cerveau, se fit la liaison :
Coup de fil> police> arrestation>prison.

Je courais vers la personne, mais la victime avec la cuisse perforé me pris le pied est me fit tomber, se qui lui valut que mon pied, chaussé de chaussures de randonné, lui percuta là tête est le mis KO. Je me relevais d'un bond, est fonça vers la victime qui entrepris de s'enfuir, a peine 50 mètre, c'est le nombre de mètre que je fis avant de rencontrer une patrouille de police, alertais par l'appel téléphonique, se gara est deux agent des forces de l'ordre en sortir, bien décidait à m'arrêter. L'un deux sortis un pistolet et l'autre sa matraque :
« Pose tes armes ! »

Je m'arrêta un bref moment, indécis, puis, sachant que si je reculais ou avançais, j'était cuit. Je courus vers le policier. A peine trois pas, c'est tout ce que je pus faire avant que le tireur m'envoya une balle dans le ventre. Je m'effondrais au sol, en lâchant mes armes, tandis que la douleur, cuisante, me torturait, j'hurlais de douleur et de dépit. Mais avec la rage au coeur, ma main essaya d'attraper la barre à mine, alors que mes doigts allait se refermer dessus, un pied m'écrasa la main, ruinant mes espoirs d'ajouter une victime, je levais les yeux, l'un des policiers me regardait et m'envoya son poing dans la figure.

Le noir se fit dans mon esprit.

On peut deviner la suite. Hospitalisation, jugement, maison d'arrêt, prison pour jeune. D'après les quelque souvenir que j'ai... je ne devais plus revoir le soleil est la vie avant très très longtemps. Mais....

Un jour, alors que je fêtais mes 18 ans en cellule, attendant avec patience est résignation mon incarcération dans une prison haute surveillance. On me tira de ma cellule... trois gardien de la paix me regardait sans émotion, trop habitué a leurs boulot pour ressentir quoique que se sois. Ils me sortir de la cellule, sans ménagement et je passais devant ceux de mes ''camarade'', j'avais acquis une espèce de réputation dans ce milieu, la plupart était ici pour des faits allant du viols, au vol de voiture, rares étais ceux qui avait tuer, rares était ceux qui le ferais. On ne m'aimait pas, mais on savait qu'il valait mieux ne pas me chercher.
Je me disais que c'était bon, allait simple pour la prison de haute sécurité, mais non... je me trompais. On me fit entrer dans une salle d'interrogatoire. Ceux qui éveillait ma curiosité était le pourquoi ? Je m'asseyais est me résignât a attendre... 20 minute plus tard. Un homme entra, un sourire au lèvres. Je le dévisageait, sans sentiment, me demandant a quelle jeu jouait les Gardiens de la paix.

L'homme était un noir, vêtu d'un espèce de costume chic a trois pièce qui devait valoir très chère. Ses yeux était caché par des lunettes de soleil noir, il me dit d'une voix subjuguant, avec un sourire qui dévoilait des dents régulières et blanche :
« Et bien, vous voilà dans de beau drap, si je peux dire. »

Il s'asseya en face de moi. Et sortis un dossier, que je devinait être mon casier judiciaire, je lui demanda, piqué au vif :
« Vous êtes qui ? »

Il me souris, toujours cette éternel sourire :
« Je suis Boris Slavomir, D.R.H du Projet T.E.M. Vous avez sans doute entendu parler de ce grand projet de Terraformation de Mars... »

Je le regardait avec ahurissant, persuader qu'il se payait ma tête. C'est alors, qu'il me tendit un papier est me dit :
« Nous pouvons annuler les charges retenues contre vous, faire de vous un homme libre, si vous signer se papier... »

Je lisait rapidement le contrat... Un programme bien juteux, qui prévoyait plusieurs chose : La libération, un payement, contre ma participation au projet T.E.M. Se dernier point restait vague... Je pris le stylo, sans plus réfléchir au conséquence, je signas.

Boris me sourit :
« Vous avez fait le bon choix... à bientôt. »

Il se leva et sortis, me laissant seul... mes geôliers me ramenaire en cellule. Deux jours après, je fus transférer...

A partir de la, aucun souvenir, jusqu'à se que je me réveillât sur Mars. Comme tout le monde.

La suite, appartiens a l'histoire de Mars.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absurd_Jedi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1340
Age : 33
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Lun 11 Oct - 12:33

undred a écrit:
Qui-suis-je ? Je suis Undred, bien que ce soit un pseudo, mon nom a été oublié, effacé, mon passé a conditionné mon présent, j'ai 20 ans, bientôt 21.

Peut-être que tous ceux que dont je me souviens sont le fruit d'une peur mécanique trop abrasive, qui a modelé mes souvenirs. Peut-être que j'ai inventé tous ceux-ci. Peut-être que ce que je crois n'est que mensonge... qu'importe, les souvenirs le sont et le resteront.

Je me souviens que j'avais une famille aimante, un père fier de moi, une mère proche, une petite copine amoureuse... j'avais 15 ans... c'est là que tout a commencé, le début de la fin. Le sang recouvre mon passé, celui de mes proches, celui de mon père, de ma mère. Le ciel Terrien... bleu, moi, je le voyais rouge... sang, car mon visage en était maculé, dans ma main gauche se trouvait une barre à mine, dans la droite, un couteau de cuisine. Les corps de mes proches étaient au sol, tandis que leur sang couvrait les meubles... Mon premier massacre, aucun regret. J'ai foncé dehors, au passage, j'ai pu me voir dans un miroir, assez grand pour mon âge, assez baraque... les cheveux décoiffés, la mine sombre et la face barbouillée d'hémoglobine. J'ouvris la porte, sortis en courant pour traverser le jardin et rejoindre la rue.

Dehors, le premier passant qui s'approchait pour voir si j'allais bien se prit un coup de barre dans la figure qui le fit tomber en arrière, un deuxième essayant de me désarmer, le couteau lui perfora la cuisse. Soudain, je vis quelqu'un qui passait un coup de fil, dans mon cerveau, se fit la liaison :
Coup de fil> police> arrestation>prison.

Je courais vers la personne, mais la victime avec la cuisse perforée me prit le pied et me fit tomber, ce qui lui valut que mon pied, chaussé de chaussures de randonné, lui percuta là tête et le mit KO. Je me relevais d'un bond, et fonçai vers la victime qui entrepris de s'enfuir, à peine cinquante mètres, c'est le nombre de mètres [remplacer par "la distance" pour éviter la répétition de "mètre"] que je fis [remplacer par "parcourus" ?] avant de rencontrer une patrouille de police, alertée par l'appel téléphonique, se gara et deux agents des forces de l'ordre en sortirent, bien décidés à m'arrêter. L'un d'eux sortit un pistolet et l'autre sa matraque :
« Pose tes armes ! »

Je m'arrêtai un bref moment, indécis, puis, sachant que si je reculais ou avançais, j'étais cuit. Je courus vers le policier. A peine trois pas, c'est tout ce que je pu faire avant que le tireur m'envoie une balle dans le ventre. Je m'effondrai au sol, en lâchant mes armes, tandis que la douleur, cuisante, me torturait, j'hurlai de douleur et de dépit. Mais avec la rage au coeur, ma main essaya d'attraper la barre à mine, alors que mes doigts allaient se refermer dessus, un pied m'écrasa la main, ruinant mes espoirs d'ajouter une victime, je levais les yeux, l'un des policiers me regardait et m'envoya son poing dans la figure.

Le noir se fit dans mon esprit.

On peut deviner la suite. Hospitalisation, jugement, maison d'arrêt, prison pour jeune. D'après les quelques souvenirs que j'ai... je ne devais plus revoir le soleil et la vie avant très très longtemps. Mais....

Un jour, alors que je fêtais mes 18 ans en cellule, attendant avec patience est résignation mon incarcération dans une prison haute surveillance. On me tira de ma cellule... trois gardiens de la paix me regardaient sans émotion, trop habitués à leur boulot pour ressentir quoi que ce soit. Ils me sortirent de la cellule, sans ménagement et je passais devant ceux de mes "camarades", j'avais acquis une espèce de réputation dans ce milieu, la plupart étaient ici pour des faits allant du viol, au vol de voiture, rares étaient ceux qui avaient tué, rares étaient ceux qui le feraient. On ne m'aimait pas, mais on savait qu'il valait mieux ne pas me chercher.
Je me disais que c'était bon, aller simple pour la prison de haute sécurité, mais non... je me trompais. On me fit entrer dans une salle d'interrogatoire. Ce qui éveillait ma curiosité était le pourquoi ? Je m'assis et me résignai à attendre... Vingt minutes plus tard. Un homme entra, un sourire aux lèvres. Je le dévisageai, sans sentiment, me demandant à quel jeu jouaient les Gardiens de la paix.

L'homme était un noir, vêtu d'un espèce de costume chic à trois pièces qui devait valoir très cher. Ses yeux étaient cachés par des lunettes de soleil noir, il me dit d'une voix subjuguante, avec un sourire qui dévoilait des dents régulières et blanches :
« Et bien, vous voilà dans de beaux draps, si je peux dire. »

Il s'assit en face de moi. Et sortit un dossier, que je devinais être mon casier judiciaire, je lui demandai, piqué au vif :
« Vous êtes qui ? »

Il me sourit, toujours cet éternel sourire :
« Je suis Boris Slavomir, D.R.H du Projet T.E.M. Vous avez sans doute entendu parler de ce grand projet de Terraformation de Mars... »

Je le regardai avec ahurissement, persuadé qu'il se payait ma tête. C'est alors, qu'il me tendit un papier et me dit :
« Nous pouvons annuler les charges retenues contre vous, faire de vous un homme libre, si vous signez ce papier... »

Je lus rapidement le contrat... Un programme bien juteux, qui prévoyait plusieurs chose : La libération, un payement, contre ma participation au projet T.E.M. Ce dernier point restait vague... Je pris le stylo, sans plus réfléchir aux conséquences, je signai.

Boris me sourit :
« Vous avez fait le bon choix... à bientôt. »

Il se leva et sortit, me laissant seul... Mes geôliers me ramenèrent en cellule. Deux jours après, je fus transféré...

A partir de la, aucun souvenir, jusqu'à ce que je me réveille sur Mars. Comme tout le monde.

La suite, appartient à l'histoire de Mars.

Première relecture. Il va vraiment faire attention aux accords (verbes, adjectifs et noms) : la prochaine fois que tu écris des textes, relis-les soigneusement en te posant pour chaque verbe, chaque nom, chaque adjectif, la question de savoir avec quel autre mot il s'accorde, s'il convient ou non d'utiliser un pluriel, s'il est au masculin ou au féminin, etc.

On te l'a déjà dit, mais il faut que tu fasses attention aussi à la différence entre "ce" et "se", ainsi qu'entre "et" et "est". Il est important que tu te relises attentivement après avoir écrit, en te posant systématiquement la question du choix, en tentant de remplacer par un équivalent ("cela" pour "ce", une forme conjuguée du verbe être pour "et" et "est", etc.) mentalement pour voir si ça colle et ainsi te permettre de choisir la forme correcte.

C'est très important : d'une part pour toi, car ça t'évitera à l'avenir de faire ce genre d'erreurs, et d'autre part pour nous, car ça nous permettra de nous concentrer sur d'autres points afin d'améliorer encore la qualité de tes textes. Par exemple, la suite ça sera faire la différence entre participe passé et infinitif des verbes du 1er groupe. Et aussi l'usage des différents temps et modes pour les verbes, un peu.

Le but étant qu'après on puisse par exemple se concentrer sur des sujets un peu plus "annexes", par exemple la place de la ponctuation dans tes écrits : actuellement tu saupoudres ton texte de virgules et de points en les plaçant n'importe où (parfois tu vas jusqu'à casser le rythme narratif, ce faisant). Mais tant qu'il restera un si grand nombre de fautes basiques (ce/se, accords, et/est, participe passé / infinitif...), on ne peut pas vraiment s'en occuper : il faut respecter les priorités.

Tu as donc un gros travail à effectuer en relectures : n'hésite pas à prendre du temps pour te relire, au moins un tiers du temps que tu mets à écrire pour cela, voire plus si nécessaire. Au début ce sera long mais petit à petit tu prendras l'habitude et ça ira plus vite. Pour t'aider, n'hésite pas à regarder les corrections qu'on a effectuées ici, pour voir sur quels points tu fais régulièrement des erreurs et ainsi savoir sur quoi tu dois te concentrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
undred

avatar

Nombre de messages : 182
Localisation : En ZDV 1
Date d'inscription : 13/08/2010

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Lun 11 Oct - 18:40

J'ai essayer, bah. Qu'importe, je retenterais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elien

avatar

Nombre de messages : 342
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Lun 11 Oct - 20:09

undred a écrit:
J'ai essayé, bah. Qu'importe, je retenterai [sans "s" : c'est du futur].
Ce que dit Abs, c'est qu'il faut que tu prennes le temps de te relire en repensant aux trucs qu'on te donne.
Tu te dis "bon, les "ce" et les "se", je me plante toujours, alors je relis, mais en remplaçant tous les "se/ce" par "cela". Si ça passe, c'est "ce" et si ça veut rien dire, c'est "se". Et tu fais la même chose avec "et" et "est" : chaque fois que tu lis l'un ou l'autre, tu t'arrêtes et tu remplace par "était"...

C'est ch**** au début, et ça fait un peu gamin, mais mais si tu le fais, ça va devenir un automatisme.
Crois-moi : 3è année de doctorat et je continue à vérifier ma grammaire et ma conjugaison à coup de "trucs" que mon instit m'a enseigné en primaire. Je ne me plante que quand je suis fatigué ou pressé. ^^

=> désolé pour la correction, j'ai pas trop le temps en ce moment. J'essaierai de voir ça demain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
undred

avatar

Nombre de messages : 182
Localisation : En ZDV 1
Date d'inscription : 13/08/2010

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Jeu 14 Oct - 22:59

Toute la correction a était effectué ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elien

avatar

Nombre de messages : 342
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Ven 15 Oct - 5:33

J'ai pas le temps... J'ai lu rapidement la correction d'Abs et je n'ai pas vu de fautes qui lui auraient échappées. En revanche la ponctuation mériterait d'être revue en un ou deux points. Si c'est pressé, je pense que c'est présentable.
Sinon, essaye d'attendre un peu que je puisse me pencher dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
undred

avatar

Nombre de messages : 182
Localisation : En ZDV 1
Date d'inscription : 13/08/2010

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Ven 15 Oct - 21:52

Il est possible de l'avoir avant la fin du Week end ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elien

avatar

Nombre de messages : 342
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   Sam 16 Oct - 6:49

[quote="Absurd_Jedi"]
undred a écrit:
Qui-suis-je ? Je suis Undred. Bien que ce soit un pseudo, mon nom a été oublié, effacé, mon passé a conditionné mon présent. J'ai 20 ans, bientôt 21.

Peut-être que tous ceux que dont je me souviens sont le fruit d'une peur mécanique trop abrasive qui a modelé mes souvenirs. Peut-être que j'ai inventé tous ceux-ci. Peut-être que ce que je crois n'est que mensonge... qu'importe, les souvenirs le sont et le resteront.

Je me souviens que j'avais une famille aimante, un père fier de moi, une mère proche, une petite copine amoureuse... j'avais 15 ans... c'est là que tout a commencé : le début de la fin. Le sang recouvre mon passé : celui de mes proches, celui de mon père, de ma mère. Le ciel Terrien... bleu, moi, je le voyais rouge... sang, car mon visage en était maculé. Dans ma main gauche se trouvait une barre à mine. Dans la droite, un couteau de cuisine. Les corps de mes proches étaient au sol et leur sang couvrait les meubles... Mon premier massacre, aucun regret. J'ai foncé dehors, au passage, j'ai pu me voir dans un miroir, assez grand pour mon âge, assez baraqué... les cheveux décoiffés, la mine sombre et la face barbouillée d'hémoglobine. J'ouvris la porte et sortis en courant pour traverser le jardin et rejoindre la rue.

Dehors, le premier passant qui s'approcha pour voir si j'allais bien se prit un coup de barre dans la figure qui le fit tomber en arrière. Un deuxième essaya de me désarmer, le couteau lui perfora la cuisse. Soudain, je vis quelqu'un qui passait un coup de fil et dans mon cerveau se fit la liaison :
Coup de fil> police> arrestation>prison.

Je voulu courir vers la personne, mais la victime avec la cuisse perforée me prit le pied et me fit tomber, ce qui lui valut que mon pied, chaussé de chaussures de randonné, lui percuta là tête et le mit KO. Je me relevai d'un bond, et fonçai vers la victime qui entreprit de s'enfuir. A peine cinquante mètres, c'est le nombre de mètres [remplacer par "la distance" pour éviter la répétition de "mètre"] que je fis [remplacer par "parcourus" ?] avant de rencontrer une patrouille de police, alertée par l'appel téléphonique. ["Elle" / "Le véhicule"] se gara et deux agents des forces de l'ordre en sortirent, bien décidés à m'arrêter. L'un d'eux dégaina [répétition de "sortir"] un pistolet et l'autre sa matraque :
« Pose tes armes ! »

Je m'arrêtai un bref moment, indécis, puis, sachant que si je reculais ou avançais, j'étais cuit. Je courus vers le policier. A peine trois pas, c'est tout ce que je pu faire avant que le tireur m'envoie une balle dans le ventre. Je m'effondrai au sol, en lâchant mes armes, tandis que la douleur, cuisante, me torturait, je hurlai de douleur et de dépit. Mais avec la rage au cœur, ma main essaya d'attraper la barre à mine, et alors que mes doigts allaient se refermer dessus, un pied m'écrasa la main, ruinant mes espoirs d'ajouter une nouvelle victimeà la liste. Je levais les yeux, l'un des policiers me regardait et m'envoya son poing dans la figure.

Le noir se fit dans mon esprit.

On peut deviner la suite : hospitalisation, jugement, maison d'arrêt, prison pour jeune. D'après les quelques souvenirs que j'ai... je ne devais plus revoir le soleil et la vie avant très très longtemps. Mais....

Un jour, alors que je fêtais mes 18 ans en cellule, attendant avec patience est résignation mon incarcération dans une prison haute surveillance, on me tira de ma cellule. Trois gardiens de la paix me regardaient sans émotion, trop habitués à leur boulot pour ressentir quoi que ce soit. Ils me sortirent de la cellule, sans ménagement et je passais devant ceux de mes "camarades". J'avais acquis une espèce de réputation dans ce milieu. La plupart étaient ici pour des faits allant du viol, au vol de voiture. Rares étaient ceux qui avaient tué, rares étaient ceux qui le feraient. On ne m'aimait pas mais on savait qu'il valait mieux ne pas me chercher.
Je me disais que c'était bon, aller simple pour la prison de haute sécurité, mais non... je me trompais. On me fit entrer dans une salle d'interrogatoire. Ce qui éveillait ma curiosité était le pourquoi ? Je m'assis et me résignai à attendre... Vingt minutes plus tard, un homme entra, un sourire aux lèvres. Je le dévisageai, sans sentiment, me demandant à quel jeu jouaient les Gardiens de la paix.

L'homme était un noir, vêtu d'un espèce de costume chic à trois pièces qui devait valoir très cher. Ses yeux étaient cachés par des lunettes de soleil noires, il me dit d'une voix subjuguante, avec un sourire qui dévoilait des dents régulières et blanches :
« Et bien, vous voilà dans de beaux draps, si je peux dire. »

Il s'assit en face de moi et sortit un dossier, que je devinais être mon casier judiciaire. je lui demandai, piqué au vif :
« Vous êtes qui ? »

Il me sourit, toujours cet éternel sourire :
« Je suis Boris Slavomir, D.R.H du Projet T.E.M. Vous avez sans doute entendu parler de ce grand projet de Terraformation de Mars... »

Je le regardai avec ahurissement, persuadé qu'il se payait ma tête. C'est alors, qu'il me tendit un papier et me dit :
« Nous pouvons annuler les charges retenues contre vous, faire de vous un homme libre, si vous signez ce papier... »

Je lus rapidement le contrat... Un programme bien juteux, qui prévoyait plusieurs chose : La libération, un payement, contre ma participation au projet T.E.M. Ce dernier point restait vague... Je pris le stylo et, sans plus réfléchir aux conséquences, je signai.

Boris me sourit :
« Vous avez fait le bon choix... à bientôt. »

Il se leva et sortit, me laissant seul... Mes geôliers me ramenèrent en cellule. Deux jours après, je fus transféré...

A partir de là, aucun souvenir jusqu'à ce que je me réveille sur Mars. Comme tout le monde.

La suite, appartient à l'histoire de Mars.
J'ai fait au mieux.
AAAAAAAAAArrrrrrrrghhhh !
Je suis en retard...
^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RP Undred, gros pavay dans la mare.   

Revenir en haut Aller en bas
 
RP Undred, gros pavay dans la mare.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Problème de lag dans les menus.
» [résolu] Configuration Pidgin
» Filezilla et Free
» Liens inactifs dans Outlook Express
» [Résolu] Affichage images dans un mail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Correctifs :: Corrections-
Sauter vers: