Partagez | 
 

 rp

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mrpingui
Invité



MessageSujet: rp   Sam 27 Juin - 3:39

je vous remet un RP, j'espère ne pas avoir laissé trop de fautes
je vous remercie d'avance
Encore ces satanés vertiges, à chaque fois c'est la même chose, l'équipe médicale passe et vous vous retrouvé dans les vapes avec son lot de migraine qui va avec. Cette fois il ne m'avait pas raté.
Ma réttissance m'avait valu un coup de jambière bien placé et mon bunker avait été fouillé au peigne fin.
Cette énième visite c'était finalement bien passé, ils n'avaient rien trouvé.
Après que ma vue soit redevenue claire et que ces charmants infirmiers soient partis jouer de l'aiguille sur un autre terras je m'ouvris une Psychobeer et me dirigeas dans mon garage pour admirer encore une fois ma précieuse découverte lors de ma dernière sortie en bétra. Une minuscule pièce de monnaie frappé d'un phénix au verso et du chiffre 2 romain au recto. Si je n'avais pas remarqué son reflet brillant lorsque je roulais je ne me serais jamais arrêté.
Jamais je n'avais entendu parler de ce genre d'objet sur la rouge, de plus de part ma récente arrivée on ne me disait les choses que de façon distillé. L'envie d'en savoir plus naissais en moi.
C'était décidé une fois que la tempête à l'extérieur se serait calmé je retourne sur les lieux pour espérer en savoir un peu plus.


c'est après quelques kilomètres sur ce sol martien en bétra, et un dos en compote,comme si el chupa m'avait massé avec attention, que je me retrouvais aux alentours du lieu de ma découverte. Les derniers vents passés avaient balayé roches et poussières. les yeux rivés sur cette terre hostile je ne mis pas longtemps avant de remarquer que je n'étais pas seul, un bel humerus m'attendais sagement à demi déterré. En le retirant il était accompagné de plusieurs de ces congénères, sinistre restes d'un humain qui aura tôt fait de me rendre un peu plus riche. Certains os avaient pas mal morflés j'en notai un qui faisait un angle étrange , c'est sûr le gars avait salement dégusté avant de se retrouver là et vu son état il avait dû faire une mauvaise rencontre et peut être même avait-il tenté d'échapper à ses camarades de jeu. En tout cas il y avait de fortes chances que je venais de mettre la main sur l'ancien proprio de cette piéce et malheureusement il ne sera pas du genre bavard sur le sujet.

Alors que je finissais ma triste tâche; j'aperçus une légère envolé de poussières rouges devant moi, puis une autres plus proche et encore une autre plus prés encore, je lève la tête. Un véhicule.Il fonce sur moi avec à son bord deux gusses dont un qui à décidé de me prendre pour cible.
Passé la surprise je saute dans mon bétra, le démarre et reste pied au plancher, pas de doute je suis trop lent, il me rattrape, et il continue de m'arroser gracieusement .

Je fonce vers cette colline avoisinante aux rochers acérés, sort en vitesse et grimpe me planquer derrière l'un d'eux.
j'aperçois les deux occupants s'arrêter près de mon bétra et en creuver les pneus, au prix qu'ils sont sur le marché ils vont me les payer TTC.Toujours bien camouflé je vois le premier monté à ma recherche tandis que le conducteur fais le tour de la colline.
il monte et s'approche de moi, à la même vitesse mon cerveau ralentie et mon instinct prend le dessus, encore un instant et il me tournera le dos.
c'est le moment de se rappeler les entraînements de marsball, mon épaule en avant je me jette sur l'individu, lui broie la colonne vertébrale de toutes mes forces. Une fois au sol je n'ai en tête que l'idée qu'il ne se réléve plus, et arrête mon offensive qu'après avoir entendu le craquement de son rachis. Encore tremblant je me redresse laissant mon adversaire derrière moi, maintenant faut que je foute le camp.
Plus de bétra, qu'importe, je prendrai le leur.
L'autre est en bas, il attend au volant de l'autre côté. J'arriverai certainement à m'approcher suffisamment sans me faire remarquer.
ce n'est qu'une fois au niveau de sa portière que je me mis à prier les grands anciens qu'il ne me voit pas dans le rétroviseur,un leger sifflement le fit tourner la tête vers moi et j'utilisai la bonne vieille technique dites de "mon front dans tes dents" pour le mettre knock out .
Une fois au volant de leur bétra ma tension nerveuse commença à reprendre un rythme normal pendant que je retournais à mon bunker. Machinalement je fouillai les endroits accessibles depuis le cockpit, je ne mis pas longtemps avant de tomber sur cette note :
niveau d'alerte 4
avis aux escadrons retouvé le fuyard nommé éridan
sujet blessé
Revenir en haut Aller en bas
Elien

avatar

Nombre de messages : 342
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: rp   Dim 5 Juil - 13:37

Après discussion, je le poste quand même. study

Citation :
Bien que pas encore correcteur assermenté, je me permets un premier passage. Mes corrections seront en bleu, mes remarques/suggestions éventuelles entre crochets, ainsi qu’à la fin du texte.

Citation :
Encore ces satanés vertiges. A chaque fois c'est la même chose : l'équipe médicale passe, et vous vous retrouvez dans les vapes avec le lot de migraine[s?] qui va avec. Cette fois ils ne m'avaient pas raté. ["ils" au pluriel pour désigner les gens de l'équipe médicale ? ou "elle" pour "l'équipe médicale" ?]
Ma réticence [réticence ou résistance ?] m'avait valu un coup de jambière bien placé et mon bunker avait été fouillé au peigne fin.
Cette énième visite c'était finalement bien passé, ils n'avaient rien trouvé.
Après que ma vue soit [est*] redevenue claire et que ces charmants infirmiers soient [sont] partis jouer de l'aiguille sur un autre terra je m'ouvris une Psychobeer et me dirigeai dans mon garage pour admirer encore une fois la précieuse découverte que j'avais faite lors de ma dernière sortie en bétra. Une minuscule pièce de monnaie frappée d'un phénix au verso et du chiffre 2 romain au recto. Si je n'avais pas remarqué son reflet brillant lorsque je roulais je ne me serais jamais arrêté.
Jamais je n'avais entendu parler de ce genre d'objet sur la rouge. De plus de part ma récente arrivée, on ne me disait les choses que de façon distillée [qu'au compte-gouttes]. L'envie d'en savoir plus naissait en moi.
C'était décidé. Une fois que la tempête [qui se déchainait / qui rugissait (ou autre)] à l'extérieur se serait calmée, je retournerai sur les lieux pour espérer en savoir un peu plus.


C'est après quelques kilomètres en bétra [*déplacé*] sur ce sol martien, et un dos en compote comme si El Chupa m'avait massé avec attention, que je me retrouvais aux alentours du lieu de ma découverte. Les derniers vents passés avaient balayé roches et poussières. Les yeux rivés sur cette terre hostile je ne mis pas longtemps avant de remarquer que je n'étais pas seul. Un bel humérus m'attendait sagement à demi déterré. En le retirant, [je vis qu' / je m'aperçus qu' / il s'avéra qu'] il était accompagné de plusieurs de ses congénères, sinistre restes d'un humain qui aura tôt fait de me rendre un peu plus riche. Certains os avaient pas mal morflés, j'en notai un qui faisait un angle étrange. C'est sûr le gars avait salement dégusté avant de se retrouver là et au vu de son état il avait dû faire une mauvaise rencontre. Peut être même avait-il tenté d'échapper à ses camarades de jeu. En tout cas il y avait de fortes chances que je venais de mettre la main sur l'ancien proprio de cette pièce et malheureusement il ne sera pas du genre bavard sur le sujet.

Alors que je finissais ma triste tâche, j'aperçus une légère envolée [un léger nuage] de poussières rouges devant moi, puis une autres plus proche et encore une autre plus près encore. Je lève la tête. Un véhicule. Il fonce sur moi avec à son bord deux gusses dont un qui a décidé de me prendre pour cible.
Passé la surprise je saute dans mon bétra, le démarre et reste pied au plancher, pas de doute je suis trop lent, il me rattrape et il continue de m'arroser gracieusement.

Je fonce vers cette colline avoisinante aux rochers acérés, sort en vitesse et grimpe me planquer derrière l'un d'eux.
J'aperçois les deux occupants s'arrêter près de mon bétra et en crever les pneus. Au prix ils sont sur le marché, ils vont me les payer TTC. Toujours bien camouflé je vois le premier monter à ma recherche tandis que le conducteur fait le tour de la colline.
Il monte et s'approche de moi. A la même vitesse mon cerveau ralentit et mon instinct prend le dessus : encore un instant et il me tournera le dos.
C'est le moment de se rappeler les entraînements de marsball, mon épaule en avant je me jette sur l'individu, lui broie la colonne vertébrale de toutes mes forces. Une fois au sol je n'ai en tête que l'idée qu'il ne se relève plus, et arrête mon offensive qu'après avoir entendu le craquement de son rachis. Encore tremblant je me redresse laissant mon adversaire derrière moi. Maintenant faut que je foute le camp.
Plus de bétra ? Qu'importe, je prendrai le leur.
L'autre est en bas, il attend au volant de l'autre côté. J'arriverai certainement à m'approcher suffisamment sans me faire remarquer.
Ce n'est qu'une fois au niveau de sa portière que je me mis à prier les grands anciens qu'il ne me voit pas dans le rétroviseur. Un léger sifflement lui fit tourner la tête vers moi et j'utilisai la bonne vieille technique dite de "mon front dans tes dents" pour le mettre knock out .
Une fois au volant de leur bétra ma tension nerveuse commença à reprendre un rythme normal pendant que je retournais à mon bunker.[**] Machinalement je fouillai les endroits accessibles depuis le cockpit et je ne mis pas longtemps avant de tomber sur cette note :
niveau d'alerte 4
avis aux escadrons retrouvé le fuyard nommé Eridan
sujet blessé [une virgule ou autre séparateur serait bienvenu entre "escadrons" et "retrouvé" mais si c'est une note de service... c'est pas obligé]

Remarques :
*"après que" appelle normalement l'indicatif, mais du fait de l'habitude, le subjonctif est accepté de manière dérogatoire.
**Cette phrase me semble maladroite. Je te propose autre chose : "Je m'installais au volant de leur betrayal et démarrai en trombe, direction mon bunker. [Alors que le paysage martien défilait / Peu à peu] , ma tension nerveuse diminua / s'apaisa."

J'ai remplacé pas mal de virgules par des points. Je les ai marqués comme des fautes, en rouges, même si c'est plutôt de l'ordre de la suggestion. Bien utiliser les virgules et les points permet d'aérer un texte et de lui donner du souffle. Dans un texte d'action comme celui-là, faire attention à la hiérarchie point/virgule est primordiale. Néanmoins, il y a également une question de style personnel...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
roxelay

avatar

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: rp   Dim 5 Juil - 14:11

Elien a écrit:
Après discussion, je le poste quand même. study

Citation :
Bien que pas encore correcteur assermenté, je me permets un premier passage. Mes corrections seront en bleu, mes remarques/suggestions éventuelles entre crochets, ainsi qu’à la fin du texte.

Citation :
Encore ces satanés vertiges. A chaque fois c'est la même chose : l'équipe médicale passe, et vous vous retrouvez dans les vapes avec le lot de migraines qui va avec. Cette fois ils ne m'avaient pas raté. ["ils" au pluriel pour désigner les gens de l'équipe médicale ? ou "elle" pour "l'équipe médicale" ?]
Ma réticence [réticence ou résistance ?] [je dirai résistance aussi] m'avait valu un coup de jambière bien placé et mon bunker avait été fouillé au peigne fin.
Cette énième visite s'était finalement bien passée, ils n'avaient rien trouvé.
Après que ma vue soit [est*] redevenue claire et que ces charmants infirmiers soient [sont] partis jouer de l'aiguille sur un autre terra, je m'ouvris une Psychobeer et me dirigeai dans mon garage pour admirer encore une fois la précieuse découverte que j'avais faite lors de ma dernière sortie en bétra [préférer : "Betrayal" ? D'autant qu'il n'y a pas d'accent.]. Une minuscule pièce de monnaie frappée d'un phénix au verso et du chiffre 2 ["deux"] romain au recto. Si je n'avais pas remarqué son reflet brillant lorsque je roulais je ne me serais jamais arrêté.
Jamais [répétition] je n'avais entendu parler de ce genre d'objet sur la Rouge. De plus, de part ma récente arrivée, on ne me disait les choses que de façon distillée [qu'au compte-gouttes]. L'envie d'en savoir plus naissait [naquit ?] en moi.
C'était décidé. Une fois que la tempête [qui se déchainait / qui rugissait (ou autre)] à l'extérieur [superflu ?] se serait calmée [Une fois la tempête calmée], je retournerai sur les lieux pour espérer en savoir un peu plus.


C'est après quelques kilomètres en bétra [*déplacé*] [même remarque : "Betrayal" ?] sur ce sol martien, et un dos en compote comme si El Chupa m'avait massé avec attention, que je me retrouvais aux alentours du lieu de ma découverte. Les derniers vents passés avaient balayé roches et poussières. Les yeux rivés sur cette terre hostile je ne mis pas longtemps avant de remarquer que je n'étais pas seul. Un bel humérus m'attendait sagement à demi déterré. En le retirant, [je vis qu' / je m'aperçus qu' / il s'avéra qu'] il était accompagné de plusieurs de ses congénères, sinistre restes d'un humain qui aura tôt fait de me rendre un peu plus riche. Certains os avaient pas mal morflés, j'en notai un qui faisait un angle étrange. C'est sûr le gars avait salement dégusté avant de se retrouver là et au vu de son état il avait dû faire une mauvaise rencontre. Peut-être même avait-il tenté d'échapper à ses camarades de jeu. En tout cas il y avait de fortes chances que je venais [mal dit "que je vienne / vinsse / sois venu" ? Non vraiment je trouve pas... même en mettant "il eut de fortes chances"] de mettre la main sur l'ancien proprio de cette pièce et malheureusement il ne sera pas du genre bavard sur le sujet.

Alors que je finissais ma triste tâche, j'aperçus une légère envolée [un léger nuage] de poussières rouges devant moi, puis une autre plus proche et encore une autre plus près encore. Je lève [pourquoi passer au présent ? "leva"] la tête. Un véhicule. Il fonce [idem : fonçait] sur moi avec à son bord deux gusses dont un qui a [idem : avait ] décidé de me prendre pour cible.
Passée la surprise, je saute [idem : sautais] dans mon bétra [même remarque, cf. supra], le démarre [démarrais] et reste [restais] pied au plancher ; pas de doute je suis [j'étais] trop lent, il me rattrape [rattrapa] et il continue [continua] de m'arroser gracieusement.

Je fonce [fonçais] vers cette colline avoisinante aux rochers acérés, sort [sortis] en vitesse et grimpe [grimpa ; j'arrête les corrections de temps là si toute la suite est à "refaire" :aga: , bref y'a du travail à mon sens ] me planquer derrière l'un d'eux.
J'aperçois les deux occupants s'arrêter près de mon bétra [idem bétra <=> Betrayal ] et en crever les pneus. Au prix ils sont sur le marché, ils vont me les payer T.T.C. Toujours bien camouflé, je vois [je vis ; toujours les temps, le présent ne va pas du tout] le premier monter à ma recherche tandis que le conducteur fait le tour de la colline.
Il monte et s'approche de moi. A la même vitesse mon cerveau ralentit et mon instinct prend le dessus : encore un instant et il me tournera le dos.
C'est le moment de se rappeler les entraînements de marsball, mon épaule en avant je me jette sur l'individu, lui broie la colonne vertébrale de toutes mes forces. Une fois au sol je n'ai en tête que l'idée qu'il [style que... qu'il ; préférer "j'ai en tête uniquement l'idée qu'il"...] ne se relève plus, et arrête [mal dit... j'ai en tête... et arrête ; à mon sens gros soucis dans les temps] mon offensive qu'après avoir entendu le craquement de son rachis. Encore tremblant, je me redresse [redressais] laissant mon adversaire derrière moi. Maintenant faut que je foute le camp.
Plus de bétra [idem] ? Qu'importe, je prendrai le leur.
L'autre est en bas, il attend au volant de l'autre [répétition] côté. J'arriverai certainement à m'approcher suffisamment [trop d'adverbes] sans me faire remarquer.
Ce n'est qu'une fois au niveau de sa portière que je me mis à prier les Grands Anciens qu'il ne me voit pas dans le rétroviseur. Un léger sifflement lui fit tourner la tête vers moi et j'utilisai la bonne vieille technique dite de "mon front dans tes dents" pour le mettre knock out ["ko" tout simplement ou "knock out" mais ça fait étrange ?] .
Une fois au volant de leur bétra [idem] ma tension nerveuse commença à reprendre un rythme normal pendant que je retournais à mon bunker.[**] Machinalement je fouillai les endroits accessibles depuis le cockpit et je ne mis pas longtemps avant de tomber sur cette note :
niveau d'alerte 4
avis aux escadrons retrouvez le fuyard nommé Eridan
sujet blessé [une virgule ou autre séparateur serait bienvenu entre "escadrons" et "retrouvé" mais si c'est une note de service... c'est pas obligé]

Remarques :
*"après que" appelle normalement l'indicatif, mais du fait de l'habitude, le subjonctif est accepté de manière dérogatoire.
**Cette phrase me semble maladroite. Je te propose autre chose : "Je m'installais au volant de leur betrayal et démarrai en trombe, direction mon bunker. [Alors que le paysage martien défilait / Peu à peu] , ma tension nerveuse diminua / s'apaisa."

J'ai remplacé pas mal de virgules par des points. Je les ai marqués comme des fautes, en rouges, même si c'est plutôt de l'ordre de la suggestion. Bien utiliser les virgules et les points permet d'aérer un texte et de lui donner du souffle. Dans un texte d'action comme celui-là, faire attention à la hiérarchie point/virgule est primordiale. Néanmoins, il y a également une question de style personnel...


study Gros soucis dans les temps, le présent ne va pas du tout à mon sens, pour décrire tous ces passages d'action...

_________________
- Mes corrections sont en couleur rose - -= La vraie faute est celle que l'on ne corrige pas. =-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elien

avatar

Nombre de messages : 342
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: rp   Dim 5 Juil - 15:26

Citation :
C'est après quelques kilomètres en bétra [même remarque : "Betrayal" ?]
J'ai considéré pour ma part que "bétra" est une sorte d'argot. C'est son récit, il utilise les abréviations et mots argotiques qu'il veut, non ?

Après relecture, je m'aperçois du passage au présent, assez désastreux, en effet...
Par contre, Roxelay, tu as un problème avec les verbes du premier groupe à la première personne passé simple. (je leva => je levai / sautais => sautai / démarrais => démarrai / grimpa => grimpai

Citation :
En tout cas il y avait de fortes chances que je venais [mal dit "que je vienne / vinsse / sois venu" ? Non vraiment je trouve pas... même en mettant "il eut de fortes chances"] de mettre la main sur l'ancien proprio de cette pièce et malheureusement il ne sera pas du genre bavard sur le sujet.
Effectivement, j'ai aussi tiqué sur cette phrase. Je mettrai un "pour" après "fortes chances" et "vienne" :
Citation :
En tout cas il y avait de fortes chances pour que je vienne de mettre la main sur l'ancien proprio de cette pièce et malheureusement il ne sera pas du genre bavard sur le sujet.

Pour le message trouvé dans le betrayal à la fin... Si c'est un odre, alors il faut écrire "retrouvez". Mais si c'est une information type "nous avons retrouvé" mais avec ommission de "nous avons", alors c'est bien "retrouvé" (et c'est cette versoin que j'avais compris).

Je m'excuse, je n'ai plus le temps pour ce soir de reprendre le texte pour faire les modifications avec couleurs et tout. Je laisse mes remarques telles quelles et j'essayerai de repasser demain remettre tout ça au propre.

mrpingui, si tu pouvais nous dire ce que tu penses des quelques expressions qui nous chiffonnent, n'hésite pas !

study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
roxelay

avatar

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: rp   Dim 5 Juil - 17:25

y'a des fois j'aurais mis de l'imparfait plutôt que du passé simple (où il n'y a pas de "s" évidemment, je traîne assez sur le conjugueur.com pour le savoir , après l'utilisation exacte du passé simple est la suivante :

Citation :

- Le passé simple s’utilise dans le récit au passé pour des actions de premier plan : les actions importantes pour la progression du récit. "Il descendit furibond l’escalier de sa cave sombre et rouge."

- Des actions précises, délimitées dans le temps avec généralement un indicateur de temps.

Tandis que l'imparfait :

Citation :
L’imparfait s’utilise dans le récit au passé pour des actions de second plan : précision du cadre du récit principal, descriptions. Presque tout était gris.
- des actions qui se répètent. "Chaque jour, il mettait la tête à la fenêtre pour contempler le paysage."
- des actions non précises, non délimitées dans le temps, qui durent. "Le magicien circulait sur une bicyclette bleue."

Du coup peut-être me suis-je trompée mais dans tous les cas il faut revoir beaucoup de passages qui eux sont au présent...

_________________
- Mes corrections sont en couleur rose - -= La vraie faute est celle que l'on ne corrige pas. =-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mrpingou
Invité



MessageSujet: Re: rp   Dim 5 Juil - 22:54

tout d'abord merci à vous deux de vous m'avoir lu et d'avoir corrigé les nombreuses fautes d'orthographe (j'avais pris breton première langue Laughing )
j'ai pris note de la modification de la ponctuation qui font en effet accélérer le texte.
pour ce qui concerne le mot betra effectivement c'est de l'argot, et je l'ai préféré à betrayal le personnage a un language fleuri c'est pour cela que j'ai gardé knock out .
l'ordre à la fin du texte j'aurai du mettre, comme vous l'avez fait remarquer "retrouvez"
en ce qui concerne le présent,j'avoue avoir choisi ce temps volontairement à ce moment du texte pour renforcer l'aspect instinctif du personnage au moment où il le raconte .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: rp   

Revenir en haut Aller en bas
 
rp
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Correctifs :: Corrections-
Sauter vers: