Partagez | 
 

 Texte concours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kamahl
Invité



MessageSujet: Texte concours   Mer 15 Avr - 16:59

"Les lumières du Bunker de Belmira viennent de s'allumer, et elle ne va pas tarder à sortir (après avoir couché Fmarie) pour chasser du jouvenceau.

Ambactus se réveille doucement, et remarque les liens qui l'entravent ainsi que la substance gluante qui le souille. Après un rapide repérage, il en déduit qu'il est attaché devant un bunker de survie. Fier de son sens de l'observation (infaillible selon ses dires), il décide de se libérer. Alors qu'il donne des coups de boule dans les chaines, avec l'espoir secret de les briser, il voit une ombre passer devant l'une des fenêtre illuminée. Son sang ne fait qu'un tour. Qui est le maître des lieux? Pourquoi suis-je miellé et (at)taché?!

Une terraformeuse vêtue de façon provocatrice apparaît dans la baie vitrée du SAS de décompression et s'habille d'un scaphandre. Avant de mettre son heaume, Ambactus l'observe se tourner et crier « Chéri d'amour, je vais au chevet de ma pauvre mère malade! »
La porte s'ouvre. Ambactus pousse un hurlement, mais malheureusement, ses filtres obstrués reproduisent un « hummm » aguichant, qui appâte Belmira. Le regard carnâssier, elle fixe le tas de miel et s'approche en sautillant (enfin, ce qui ressemble à sautiller, avec un exosquelette de 400 kilos sur le dos). Le ligoté se prépare à une fin horrible, lorsque soudain, Cambronne débarque d'un pas chevaleresque. En effet, la farceuse était juste allée au cinquième sous-sol, chercher un peu de ragoût pour son goûter. Cete dernière aperçoit Belmira et Ambactus. Voyant la position délicate de l'acidulé, elle tente une négociation pour qu'elle lui en laisse au moins un bout. L'arn.. euh..l'affaire se met en place, partant du kilo tout frais haché de la surgelée, aussitôt augmentée par un lot de puissants artéfacts ésotériques B.O.S.S. par Ambactus, à la criée bien entendu. Belmira émet un grognement sauvage, que Cambronne prend pour un signe d'acceptation. Elle lui tend le cabbat et les babioles. La danseuse se saisit de la viande de noob (label qualité Aneesha), laissant choir les préciiieux d'Ambactus à ses pieds, et se rue vers son bunker, heureuse de pouvoir renforcer son subterfuge de visite maternelle, utilisé depuis bientôt 2 ans chaque soir. Elle hurle déjà avant d'entrer dans le SAS « Fmarie! Regarde ce que maman m'a donné p ...... ». La lourde porte se referme.

Le supporter de Psychobob est encore haletant quand Cambronne tranche ses chaînes et l'enfourne dans son Betrayal. Le pauvre tente de faire arrêter la morte froide pour récupérer les maigres dons de ses maîtres, mais trop tard... Le betrayal est déjà en route. Ambactus ne peut s'empêcher d'imaginer quels effroyables supplices la teigne rouquine allait lui faire subir pour la perte des objets.

Ambactus fixe sa conductrice et lui demande vers quel sombre et/ou rocambolesque endroit ils se dirigent. Celle-ci lui répond un évasif « Colossus » et développe ensuite que c'est le seul endroit oú il pourra voir son « documentaire », car le magnétoscope est certainement le matériel le plus high tech que les responsables d'effets spéciaux de la Firme possèdent.

Arrivé devant Colossus, Ambactus foule le sable de sa botte [absurde, n'est-ce pas? L'amour (de la vidéo) donne des ailes, parfois]. Et les deux aventuriers entrent dans le satellite, par un hublot, sinon oú serait l'aventure... La direction de la salle vidéo étant indiquée par des présentoirs en carton pointant du doigt le couloir à suivre, ils trouvent facilement la salle multimédia (habituellement réservée pour les retransmissions de Derrick de l'équipe de maintenance, le dimanche après-midi). Ambactus entre le premier, méfiant. Visiblement, il n'y a personne. Il s'engage un peu plus dans la pièce, et soudain, un gros type lui saute dessus en allumant la lumière. Il chipe la cassette et verrouille la porte, coinçant les deux malchanceux entre un mur d'acier et un mur de muscles, marqué de différents chiffres. Il attache Cambronne et son partenaire à l'aide de petites chaînes (faites main, comme il le clame sans cesse, en tentant de leur refourguer l'un ou l'autre de ses bricolage au passage) et se dirige vers le terminal vidéo. Ambactus peste, l'écran étant situé sur son côté, il ne pourra pas voir sa fameuse cassette. L'homme place la relique dans le magnétoscope et en lance la lecture... Dès la première seconde le visage du visionneur pâlit et le phénomène empire jusqu'à ce qu'il prenne la couleur d'un os nettoyé de toutes ses chairs. En état de choc, le musclé se frappe le crâne de toutes ses forces contre la console. L'intensité de l'impact crée un grave disfonctionnement dans les circuits de Colossus, qui occasionn une pluie d'events sans rapports sur le bar et enclenche au passage la chaîne hi-fi à plein volume ainsi que sa webcam. Il se relève lentement, complètement sonné, et voit qu'il est en ligne avec le bar du forage, devant des centaines de terraformeurs bavant dans leur verre. C'est alors qu'un réflexe (certainement dû à sa lobotomie) se manifeste: l'inconnu hurle tout ce qui lui passe par la tête à la caméra, ce qui suscite une vive interrogation entre les agitateurs de foules du Bar.

Profitant du chaos régnant dans la salle, Agarash, qui les avait suivis depuis le début (on ne se sépare pas si facilement d'une femme!), entre dans la salle et détache son compagnon de toujours. La confusion aidant, Ambactus récupère cupidement la cassette et donne un méchant coup dans la partie gonflée de leur bourreau, le front bien sûr. Ils sont prêts à partir quand Cambronne se manifeste, voulant elle aussi les suivre. Agarash sort sa clé à Diddy et lui assène un formidable coup dans les molaires, avant de s'éclipser. Camdronne en est toute retournée . Ses pensées sont floues et enneigées... Trantèss Seth, l'homme de la caméra (oui, c'est écrit sur son scaphandre, tout est plus simple quand on regarde depuis d'autres yeux que ceux d'Ambactus...), se retourne et fixe Camdronne, qui se jette sur le côté pour que sa bobine n'apparaisse pas sur le bar, cependant, trop tard... Elle se fait donc afficher sur l'écran Voxterm avec son maquillage brouillon! Faire tache devant tout ce monde...

Agarash et Ambactus montent dans leur Betrayal et se dirigent vers le bunker conjugal. Le dernier neurone du mâle montant l'engin ordonne un dialogue, pour rassurer sa femelle. Il tente un « T'en fais pas, c'est pas si important le grand écran, on le regardera sur notre lecteur, tranquille, entre nous, hein? ». Agarash bronche la tête en signe de dépit. En effet, l'architecte préfère Ambactus pour ses qualités de leader, au corps à corps donc, que ses capacités cognitives. Mais en regardant dans son rétroviseur, elle voit Bloodyman qui les poursuit. En effet, ce dernier, jaloux, les avait suivis dès le début (on ne se sépare pas si facilement d'un homme!). Lisant l'inquiétude, du mieux qu'il le peut sur le visage de sa (douce?) compagne, le vidéophile remarque vite le Bizarre. Il propose de se cacher, en mettant sa capuche, chose qu'il démontre de suite avec un « tu m'vois, tu m'vois plus » de haut vol, digne du maître des maîtres en matière d'espionnage: Alphasoldier!

Agarash dit qu'ils n'ont plus le choix et qu'il doit sauter, pour se protéger, en espérant que leur poursuivant ne remarque rien. Et c'est là que les violons s'emballent! Dans un élan de romantisme d'amour et de désir de vie, le même qui fait pousser la végétation luxuriante (que nous connaissons tous) sur Mars à chaque printemps, Ambactus et Agarash ferment à demi leurs yeux (mi-clos, donc) et se rapprochent lentement... Le moment du baiser, le vrai baiser de l'aventurier-qui-part-pour-toute-la-vie est presque arrivé! Un « KLONK » retentit soudain dans le Betrayal. Non, les designers des scaphandres de la Firme ne sont pas romantiques. L'impact des deux casques propulse l'amant hors du betrayal et l'envoie rouler sur le sable. Bloodyman ne se laissa pas berner et braqua son Betrayal et son shotgun sur Ambactus. En effet, l'étrange était habitué aux ruses que les femmes qu'il harcèle constamment tentent pour échapper à son charme...disons discutable. Voyant le jaloux lui arriver dessus, le leader court vers le bâtiment le plus proche: le Bar du Forage. La phase de décompression en cours, il s'acharne sur le bouton d'ouverture vers le Bar, car dehors, le bruits des santiags à éperons de son rival approchant résonnent dans la structure

Enfin, la lourde porte s'ouvre. Dans son empressement, Ambactus se prend les bottes dans le seuil et s'étale à plat ventre sur le carrelage crasseux, laissant la cassette lui échapper des mains. La bande vidéo glisse jusqu'au centre d'un espace dégagé du bar. Les regards de tout les terraformeurs présents convergent à l'objet, dont les secrets demeurrent intacts. Dès que le premier se jète sur la cassette, un autre, puis un autre, etc. se jettent sur lui, jusqu'à former un gigantesque Mikado humain au millieu du Bar. Ambactus, n'écoutant que son courage (à défaut de cerveau), se lance dans la mêlée en poussant un incroyable cri guttural digne de Watcheur en pleine prose, la rime en plus.

La bataille fait rage, les coups de coudes et les coups de pouces sont nombreux. Personne ne fera dans la dentelle pour cet objet.
Mais qui ressortira avec ce mystérieux documentaire? "

Il doit rester quelques fôtte

Merci d'avance!
Kamahl
Revenir en haut Aller en bas
DeepBlue



Nombre de messages : 557
Age : 51
Localisation : BE
Date d'inscription : 28/02/2008

MessageSujet: Re: Texte concours   Mer 15 Avr - 20:11

Kamahl a écrit:
"Les lumières du bunker de Belmira viennent de s'allumer, et elle ne va pas tarder à sortir (après avoir couché Fmarie) pour chasser du jouvenceau.

Ambactus se réveille doucement, et remarque les liens qui l'entravent ainsi que la substance gluante qui le souille. Après un rapide repérage, il en déduit qu'il est attaché devant un bunker de survie. Fier de son sens de l'observation (infaillible selon ses dires), il décide de se libérer. Alors qu'il donne des coups de boule dans les chaînes, avec l'espoir secret de les briser, il voit une ombre passer devant l'une des fenêtres illuminées. Son sang ne fait qu'un tour. Qui est le maître des lieux ? Pourquoi suis-je miellé et (at)taché ?!

Une terraformeuse vêtue de façon provocatrice apparaît dans (devant ou derrière) la baie vitrée du sas de décompression et s'habille d'un scaphandre. Avant de mettre son heaume, Ambactus l'observe se tourner et crier « Chéri d'amour, je vais au chevet de ma pauvre mère malade ! »
La porte s'ouvre. Ambactus pousse un hurlement, mais malheureusement, ses filtres obstrués reproduisent un « hummm » aguichant, qui appâte Belmira. Le regard carnassier, elle fixe le tas de miel et s'approche en sautillant (enfin, ce qui ressemble à sautiller, avec un exosquelette de 400 kilos sur le dos). Le ligoté se prépare à une fin horrible, lorsque soudain, Cambronne débarque d'un pas chevaleresque. En effet, la farceuse était juste allée au cinquième sous-sol, chercher un peu de ragoût pour son goûter. Cette dernière aperçoit Belmira et Ambactus. Voyant la position délicate de l'acidulé, elle tente une négociation pour qu'elle lui en laisse au moins un bout. L'arn.. euh... l'affaire se met en place, partant du kilo tout frais haché de la surgelée, aussitôt augmentée par un lot de puissants artéfacts ésotériques B.O.S.S. par Ambactus, à la criée bien entendu. Belmira émet un grognement sauvage, que Cambronne prend pour un signe d'acceptation. Elle lui tend le cabbat et les babioles. La danseuse se saisit de la viande de noob (label qualité Aneesha), laissant choir les préciiieux (les trois i sont-ils voulus ?) d'Ambactus à ses pieds, et se rue vers son bunker, heureuse de pouvoir renforcer son subterfuge de visite maternelle, utilisé depuis bientôt 2 deux ans chaque soir. Elle hurle déjà avant d'entrer dans le sas « Fmarie ! Regarde ce que maman m'a donné p...... ». La lourde porte se referme.

Le supporter de Psychobob est encore haletant quand Cambronne tranche ses chaînes et l'enfourne dans son Betrayal. Le pauvre tente de faire arrêter la morte froide pour récupérer les maigres dons de ses maîtres, mais trop tard... Le Betrayal est déjà en route. Ambactus ne peut s'empêcher d'imaginer quels effroyables supplices la teigne rouquine allait lui faire subir pour la perte des objets.

Ambactus fixe sa conductrice et lui demande vers quel sombre et/ou rocambolesque endroit ils se dirigent. Celle-ci lui répond un évasif « Colossus » et développe ensuite que c'est le seul endroit où il pourra voir son « documentaire », car le magnétoscope est certainement le matériel le plus high-tech que les responsables d'effets spéciaux de La Firme possèdent.

Arrivé devant Colossus, Ambactus foule le sable de sa botte [absurde, n'est-ce pas ? L'amour (de la vidéo) donne des ailes, parfois]. Et les deux aventuriers entrent dans le satellite, par un hublot, sinon où serait l'aventure... La direction de la salle vidéo étant indiquée par des présentoirs en carton pointant du doigt le couloir à suivre, ils trouvent facilement la salle multimédia (habituellement réservée pour les retransmissions de Derrick de l'équipe de maintenance, le dimanche après-midi). Ambactus entre le premier, méfiant. Visiblement, il n'y a personne. Il s'engage un peu plus dans la pièce, et soudain, un gros type lui saute dessus en allumant la lumière. Il chipe la cassette et verrouille la porte, coinçant les deux malchanceux entre un mur d'acier et un mur de muscles, marqué de différents chiffres. Il attache Cambronne et son partenaire à l'aide de petites chaînes (faites main, comme il le clame sans cesse, en tentant de leur refourguer l'un ou l'autre de ses bricolages au passage) et se dirige vers le terminal vidéo. Ambactus peste, l'écran étant situé sur son côté, il ne pourra pas voir sa fameuse cassette. L'homme place la relique dans le magnétoscope et en lance la lecture... Dès la première seconde le visage du visionneur pâlit et le phénomène empire jusqu'à ce qu'il prenne la couleur d'un os nettoyé de toutes ses chairs. En état de choc, le musclé se frappe le crâne de toutes ses forces contre la console. L'intensité de l'impact crée un grave disfonctionnement dans les circuits de Colossus, qui occasionne une pluie d'events sans rapports sur le Bar et enclenche au passage la chaîne hi-fi à plein volume ainsi que sa webcam. Il se relève lentement, complètement sonné, et voit qu'il est en ligne avec le Bar du Forage, devant des centaines de terraformeurs bavant dans leur verre. C'est alors qu'un réflexe (certainement dû à sa lobotomie) se manifeste : l'inconnu hurle tout ce qui lui passe par la tête à la caméra, ce qui suscite une vive interrogation entre les agitateurs de foules du Bar.

Profitant du chaos régnant dans la salle, Agarash, qui les avait suivi depuis le début (on ne se sépare pas si facilement d'une femme !), entre dans la salle et détache son compagnon de toujours. La confusion aidant, Ambactus récupère cupidement la cassette et donne un méchant coup dans la partie gonflée de leur bourreau, le front bien sûr. Ils sont prêts à partir quand Cambronne se manifeste, voulant elle aussi les suivre. Agarash sort sa clé à Diddy et lui assène un formidable coup dans les molaires, avant de s'éclipser. Camdronne (Plus haut tu écris 'Cambronne' ou alors c'est deux personnages et j'ai rien compris.) en est toute retournée . Ses pensées sont floues et enneigées... Trantèss Seth, l'homme de la caméra (oui, c'est écrit sur son scaphandre, tout est plus simple quand on regarde depuis d'autres yeux que ceux d'Ambactus...), se retourne et fixe Camdronne, (idem) qui se jette sur le côté pour que sa bobine n'apparaisse pas sur le Bar, cependant, trop tard... Elle se fait donc afficher sur l'écran Voxterm avec son maquillage brouillon ! Faire tache devant tout ce monde...

Agarash et Ambactus montent dans leur Betrayal et se dirigent vers le bunker conjugal. Le dernier neurone du mâle montant l'engin ordonne un dialogue, pour rassurer sa femelle. Il tente un « T'en fais pas, c'est pas si important le grand écran, on le regardera sur notre lecteur, tranquille, entre nous, hein ? ». Agarash bronche la tête en signe de dépit. En effet, l'architecte préfère Ambactus pour ses qualités de leader, au corps à corps donc, que ses capacités cognitives. Mais en regardant dans son rétroviseur, elle voit Bloodyman qui les poursuit. En effet, ce dernier, jaloux, les avait suivis dès le début (on ne se sépare pas si facilement d'un homme !). Lisant l'inquiétude, du mieux qu'il le peut sur le visage de sa (douce ?) compagne, le vidéophile remarque vite le Bizarre. Il propose de se cacher, en mettant sa capuche, chose qu'il démontre de suite avec un « tu m'vois, tu m'vois plus » de haut vol, digne du maître des maîtres en matière d'espionnage : Alphasoldier !

Agarash dit qu'ils n'ont plus le choix et qu'il doit sauter, pour se protéger, en espérant que leur poursuivant ne remarque rien. Et c'est là que les violons s'emballent ! Dans un élan de romantisme d'amour et de désir de vie, le même qui fait pousser la végétation luxuriante (que nous connaissons tous) sur Mars à chaque printemps, Ambactus et Agarash ferment à demi leurs yeux (mi-clos, donc) et se rapprochent lentement... Le moment du baiser, le vrai baiser de l'aventurier-qui-part-pour-toute-la-vie est presque arrivé ! Un « KLONK » retentit soudain dans le Betrayal. Non, les designers des scaphandres de La Firme ne sont pas romantiques. L'impact des deux casques propulse l'amant hors du Betrayal et l'envoie rouler sur le sable. Bloodyman ne se laissa pas berner et braqua son Betrayal et son shotgun sur Ambactus. En effet, l'étrange était habitué aux ruses que les femmes qu'il harcèle constamment tentent pour échapper à son charme... disons discutable. Voyant le jaloux lui arriver dessus, le leader court vers le bâtiment le plus proche : le Bar du Forage. La phase de décompression en cours, il s'acharne sur le bouton d'ouverture vers le Bar, car dehors, le bruit des santiags à éperons de son rival approchant résonnent dans la structure.

Enfin, la lourde porte s'ouvre. Dans son empressement, Ambactus se prend les bottes dans sur le seuil et s'étale à plat ventre sur le carrelage crasseux, laissant la cassette lui échapper des mains. La bande vidéo glisse jusqu'au centre d'un espace dégagé du bar. Les regards de tous les terraformeurs présents convergent à vers l'objet, dont les secrets demeurent intacts. Dès que le premier se jette sur la cassette, un autre, puis un autre, etc. se jettent sur lui, jusqu'à former un gigantesque Mikado humain au milieu du Bar. Ambactus, n'écoutant que son courage (à défaut de cerveau), se lance dans la mêlée en poussant un incroyable cri guttural digne de Watcheur en pleine prose, la rime en plus.

La bataille fait rage, les coups de coudes et les coups de pouces sont nombreux. Personne ne fera dans la dentelle pour cet objet.
Mais qui ressortira avec ce mystérieux documentaire ?"
study Première lecture.
Seules les fautes d'orthographe sont corrigées ainsi que les mauvaises utilisations de certains mots ou expressions évidentes. Nous ne touchons pas aux constructions de phrases à ce niveau.


Dernière édition par DeepBlue le Jeu 16 Avr - 1:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamahl
Invité



MessageSujet: Re: Texte concours   Mer 15 Avr - 20:22

Citation :
l'une des fenêtres illuminées
Il s'agit d'UNE fenêtre parmi les autres.

Et pour les noms, les trois "iii", oui, c'est normal Wink

Merci pour la correction! (j'ai fait beaucoup de fautes d'étourderie..)
Revenir en haut Aller en bas
DeepBlue



Nombre de messages : 557
Age : 51
Localisation : BE
Date d'inscription : 28/02/2008

MessageSujet: Re: Texte concours   Mer 15 Avr - 22:32

Kamahl a écrit:
Citation :
l'une des fenêtres illuminées
Il s'agit d'UNE fenêtre parmi les autres.

une DES fenêtres, fenêtres prend donc un 's' puisqu'il y en a plusieurs.
On peut mettre ou ne pas mettre de 's' à illuminée, cela dépend s'il y a une ou plusieurs fenêtres illuminées. J'ai mis un 's' car la phrase telle qu'écrite me fait comprendre qu'il y avait plusieurs fenêtres illuminées, maintenant s'il n'y en a qu'une seule, soit tu enlève le 's' à illuminée soit tu écris un truc du genre 'la seule fenêtre illuminée'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absurd_Jedi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1340
Age : 33
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: Texte concours   Jeu 16 Avr - 0:45

DeepBlue a écrit:
"Les lumières du bunker de Belmira viennent de s'allumer, et elle ne va pas tarder à sortir (après avoir couché Fmarie) pour chasser du jouvenceau.

Ambactus se réveille doucement, et remarque les liens qui l'entravent ainsi que la substance gluante qui le souille. Après un rapide repérage, il en déduit qu'il est attaché devant un bunker de survie. Fier de son sens de l'observation (infaillible selon ses dires), il décide de se libérer. Alors qu'il donne des coups de boule dans les chaînes, avec l'espoir secret de les briser, il voit une ombre passer devant l'une des fenêtres illuminées. Son sang ne fait qu'un tour. Qui est le maître des lieux ? Pourquoi suis-je miellé et (at)taché ?!

Une terraformeuse vêtue de façon provocatrice apparaît dans (devant ou derrière) la baie vitrée du sas de décompression et s'habille d'un scaphandre. Avant de mettre son heaume, Ambactus l'observe se tourner et crier « Chéri d'amour, je vais au chevet de ma pauvre mère malade ! »
La porte s'ouvre. Ambactus pousse un hurlement, mais malheureusement, ses filtres obstrués reproduisent un « hummm » aguichant, qui appâte Belmira. Le regard carnassier, elle fixe le tas de miel et s'approche en sautillant (enfin, ce qui ressemble à sautiller, avec un exosquelette de 400 kilos sur le dos). Le ligoté se prépare à une fin horrible, lorsque soudain, Cambronne débarque d'un pas chevaleresque. En effet, la farceuse était juste allée au cinquième sous-sol, chercher un peu de ragoût pour son goûter. Cette dernière aperçoit Belmira et Ambactus. Voyant la position délicate de l'acidulé, elle tente une négociation pour qu'elle lui en laisse au moins un bout. L'arn.. euh... l'affaire se met en place, partant du kilo tout frais haché de la surgelée, aussitôt augmentée par un lot de puissants artéfacts ésotériques B.O.S.S. par Ambactus, à la criée bien entendu. Belmira émet un grognement sauvage, que Cambronne prend pour un signe d'acceptation. Elle lui tend le cabas et les babioles. La danseuse se saisit de la viande de noob (label qualité Aneesha), laissant choir les préciiieux (les trois i sont-ils voulus ?) d'Ambactus à ses pieds, et se rue vers son bunker, heureuse de pouvoir renforcer son subterfuge de visite maternelle, utilisé depuis bientôt 2 deux ans chaque soir. Elle hurle déjà avant d'entrer dans le sas « Fmarie ! Regarde ce que maman m'a donné p...... ». La lourde porte se referme.

Le supporter de Psychobob est encore haletant quand Cambronne tranche ses chaînes et l'enfourne dans son Betrayal. Le pauvre tente de faire arrêter la morte froide pour récupérer les maigres dons de ses maîtres, mais trop tard... Le Betrayal est déjà en route. Ambactus ne peut s'empêcher d'imaginer quels effroyables supplices la teigne rouquine allait lui faire subir pour la perte des objets.

Ambactus fixe sa conductrice et lui demande vers quel sombre et/ou rocambolesque endroit ils se dirigent. Celle-ci lui répond un évasif « Colossus » et développe ensuite que c'est le seul endroit où il pourra voir son « documentaire », car le magnétoscope est certainement le matériel le plus high-tech que les responsables d'effets spéciaux de La Firme possèdent.

Arrivé devant Colossus, Ambactus foule le sable de sa botte [absurde, n'est-ce pas ? L'amour (de la vidéo) donne des ailes, parfois]. Et les deux aventuriers entrent dans le satellite, par un hublot, sinon où serait l'aventure... La direction de la salle vidéo étant indiquée par des présentoirs en carton pointant du doigt le couloir à suivre, ils trouvent facilement la salle multimédia (habituellement réservée pour les retransmissions de Derrick de l'équipe de maintenance, le dimanche après-midi). Ambactus entre le premier, méfiant. Visiblement, il n'y a personne. Il s'engage un peu plus dans la pièce, et soudain, un gros type lui saute dessus en allumant la lumière. Il chipe la cassette et verrouille la porte, coinçant les deux malchanceux entre un mur d'acier et un mur de muscles, marqué de différents chiffres. Il attache Cambronne et son partenaire à l'aide de petites chaînes (faites main, comme il le clame sans cesse, en tentant de leur refourguer l'un ou l'autre de ses bricolages au passage) et se dirige vers le terminal vidéo. Ambactus peste, l'écran étant situé sur son côté, il ne pourra pas voir sa fameuse cassette. L'homme place la relique dans le magnétoscope et en lance la lecture... Dès la première seconde le visage du visionneur pâlit et le phénomène empire jusqu'à ce qu'il prenne la couleur d'un os nettoyé de toutes ses chairs. En état de choc, le musclé se frappe le crâne de toutes ses forces contre la console. L'intensité de l'impact crée un grave dysfonctionnement dans les circuits de Colossus, qui occasionne une pluie d'events sans rapports sur le Bar et enclenche au passage la chaîne hi-fi à plein volume ainsi que sa webcam. Il se relève lentement, complètement sonné, et voit qu'il est en ligne avec le Bar du Forage, devant des centaines de terraformeurs bavant dans leur verre. C'est alors qu'un réflexe (certainement dû à sa lobotomie) se manifeste : l'inconnu hurle tout ce qui lui passe par la tête à la caméra, ce qui suscite une vive interrogation entre les agitateurs de foules du Bar.

Profitant du chaos régnant dans la salle, Agarash, qui les avait suivi depuis le début (on ne se sépare pas si facilement d'une femme !), entre dans la salle et détache son compagnon de toujours. La confusion aidant, Ambactus récupère cupidement la cassette et donne un méchant coup dans la partie gonflée de leur bourreau, le front bien sûr. Ils sont prêts à partir quand Cambronne se manifeste, voulant elle aussi les suivre. Agarash sort sa clé à Diddy et lui assène un formidable coup dans les molaires, avant de s'éclipser. Camdronne (Plus haut tu écris 'Cambronne' ou alors c'est deux personnages et j'ai rien compris.) en est toute retournée . Ses pensées sont floues et enneigées... Trantèss Seth, l'homme de la caméra (oui, c'est écrit sur son scaphandre, tout est plus simple quand on regarde depuis d'autres yeux que ceux d'Ambactus...), se retourne et fixe Camdronne, (idem) qui se jette sur le côté pour que sa bobine n'apparaisse pas sur le Bar, cependant, trop tard... Elle se fait donc afficher sur l'écran Voxterm avec son maquillage brouillon ! Faire tache devant tout ce monde...

Agarash et Ambactus montent dans leur Betrayal et se dirigent vers le bunker conjugal. Le dernier neurone du mâle montant l'engin ordonne un dialogue, pour rassurer sa femelle. Il tente un « T'en fais pas, c'est pas si important le grand écran, on le regardera sur notre lecteur, tranquille, entre nous, hein ? ». Agarash bronche la tête en signe de dépit. En effet, l'architecte préfère Ambactus pour ses qualités de leader, au corps à corps donc, que ses capacités cognitives. Mais en regardant dans son rétroviseur, elle voit Bloodyman qui les poursuit. En effet, ce dernier, jaloux, les avait suivis dès le début (on ne se sépare pas si facilement d'un homme !). Lisant l'inquiétude, du mieux qu'il le peut sur le visage de sa (douce ?) compagne, le vidéophile remarque vite le Bizarre. Il propose de se cacher, en mettant sa capuche, chose qu'il démontre de suite avec un « tu m'vois, tu m'vois plus » de haut vol, digne du maître des maîtres en matière d'espionnage : Alphasoldier !

Agarash dit qu'ils n'ont plus le choix et qu'il doit sauter, pour se protéger, en espérant que leur poursuivant ne remarque rien. Et c'est là que les violons s'emballent ! Dans un élan de romantisme d'amour et de désir de vie, le même qui fait pousser la végétation luxuriante (que nous connaissons tous) sur Mars à chaque printemps, Ambactus et Agarash ferment à demi leurs yeux (mi-clos, donc) et se rapprochent lentement... Le moment du baiser, le vrai baiser de l'aventurier-qui-part-pour-toute-la-vie est presque arrivé ! Un « KLONK » retentit soudain dans le Betrayal. Non, les designers des scaphandres de La Firme ne sont pas romantiques. L'impact des deux casques propulse l'amant hors du Betrayal et l'envoie rouler sur le sable. Bloodyman ne se laissa pas berner et braqua son Betrayal et son shotgun sur Ambactus. En effet, l'étrange était habitué aux ruses que les femmes qu'il harcèle constamment tentent pour échapper à son charme... disons discutable. Voyant le jaloux lui arriver dessus, le leader court vers le bâtiment le plus proche : le Bar du Forage. La phase de décompression en cours, il s'acharne sur le bouton d'ouverture vers le Bar, car dehors, le bruit des santiags à éperons de son rival approchant résonnent dans la structure.

Enfin, la lourde porte s'ouvre. Dans son empressement, Ambactus se prend les bottes dans sur le seuil et s'étale à plat ventre sur le carrelage crasseux, laissant la cassette lui échapper des mains. La bande vidéo glisse jusqu'au centre d'un espace dégagé du bar. Les regards de tous les terraformeurs présents convergent à vers l'objet, dont les secrets demeurent intacts. Dès que le premier se jette sur la cassette, un autre, puis un autre, etc. se jettent sur lui, jusqu'à former un gigantesque Mikado humain au milieu du Bar. Ambactus, n'écoutant que son courage (à défaut de cerveau), se lance dans la mêlée en poussant un incroyable cri guttural digne de Watcheur en pleine prose, la rime en plus.

La bataille fait rage, les coups de coudes et les coups de pouces sont nombreux. Personne ne fera dans la dentelle pour cet objet.
Mais qui ressortira avec ce mystérieux documentaire ?"

study Deuxième relecture... Il restait encore deux ou trois p'tits trucs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamahl
Invité



MessageSujet: Re: Texte concours   Jeu 16 Avr - 0:51

Autant pour moi
*part se flageller*
Revenir en haut Aller en bas
Georjabitbol

avatar

Nombre de messages : 83
Age : 108
Localisation : Georjabitbol's building
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: Texte concours   Lun 20 Avr - 11:30

Merci pour ta participation

La Rédaction va se réunir pour voter, on vous tiens au courant Content2

_________________
Georjabitbol est l'homme le plus classe du monde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
roxelay

avatar

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Texte concours   Lun 20 Avr - 14:41

Au passage l'on dit disfonctionnement ou dysfonctionnement, les deux orthographes sont correctes Content2 [cela dépend de votre dictionnaire de référence en fait, tous ne l'indiquent pas].

_________________
- Mes corrections sont en couleur rose - -= La vraie faute est celle que l'on ne corrige pas. =-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Texte concours   

Revenir en haut Aller en bas
 
Texte concours
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Résolu] Texte impossible dans Outlook Express
» [résolu]Programmation - rotationde texte
» "Retenir un texte"
» texte défilant
» Texte flash + php

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Correctifs :: Concours PRPM-
Sauter vers: