Partagez | 
 

 RP renovatio a corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Wisecow

avatar

Nombre de messages : 145
Age : 34
Localisation : ZDV1 + ou - partout
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: RP renovatio a corriger   Ven 8 Aoû - 0:31

Absurd_Jedi a écrit:
Jankibus a écrit:
Je retournais pour la centième fois dans ma tête tous les éléments en ma possession. Une centième fois je n'aboutis qu'à plus de trouble sans arriver à élaborer une théorie ne remettant pas ma propre santé mentale en question. En fait, je n'osais plus rien penser depuis ce soir où Plisken m'appela pour aller "attraper un espion" qu'il avait repéré. Sur le moment, je réagis à mon habitude en essayant de masquer ma condescendance. Je me rendis donc de bonne grâce sur la colline pour attraper son fantôme. Comme il fallait s'y attendre, il n'y avait rien du tout. Je lui fis signe de loin qu'il n'y avait rien pour qu'il cesse de hurler dans l'intercom qu'"il" était derrière moi.

C'est en redescendant que ça se produisit. J'avais à peine fait trois pas et je voyais encore Plisken au loin se diriger vers le sas du centre métallurgique quand je fus irrépressiblement saisi du besoin de me retourner une dernière fois vers l'endroit où l'apparition était sensée avoir eu lieu. C'est sûrement quelque chose de ce genre que doivent ressentir les gens atteint de TOCs quand ils éprouvent le besoin impérieux de re-vérifier une énième fois que la porte est bien fermée. Je me retournai donc.

D'abord, je dus me concentrer pour distinguer autre chose que la masse fuyante de la poussière soulevée par une soudaine tempête. Elle semblait s'être déclarée au moment même où je fus happé par mon pseudo TOC. Je n'entendais plus qu'à peine les excuses que marmonait encore Plisken dans l'intercom entre deux "pourtant j'aurais juré..." tant cette tornade harcelait mon scaphandre de sa caresse abrasive. La vision fut fugace mais parfaitement nette. Au milieu de la tourmente de poussière et de son tumulte chaotique, tout d'abord une vague masse statique se dessina puis rapidement se précisa pour révéler, dressé à moins de dix mètres de moi, un terra dont le scaphandre, bien que me semblant familier, m'était inconnu. La tempête était presque tout à fait retombée. Pas assez cependant pour me permettre de distinguer le visage de mon apparition. Elle disparut d'ailleurs tout aussi vite comme aspirée par la dernière poussière se redéposant au sol. Le tout avait dû durer dix secondes. Mais, est-ce que ça avait vraiment eu lieu ?

J'étais tellement troublé par cette aventure que non seulement je n'en ai parlé à personne, mais qu'en plus je me surpris à railler sur Plisken et à ironiser sur ses hallucinations, sans doute pour me donner une contenance et me réaffirmer au moins à moi-même que je ne croyais pas à ces trucs là. Mais quand même... Pourquoi Plisken m'a-t-il envoyé à cet endroit précis ? Pourquoi cet appel si fort qu'il me fit faire demi-tour dans la seconde ? Pourquoi cette brusque tempête qui avait accompagné l'apparition du mystérieux terra dans une chorégraphie hypnotique ?

Je me rendis tout de même au poste de garde pour voir ce que donnait la vidéo-surveillance. Trouver une caméra où apparaissait la zone de l'évènement fut facile. Il ne me fut pas difficile non plus de constater que plus de dix minutes d'enregistrement avaient disparues, dix minutes dans lesquelles se trouvaient bien sûr les dix secondes qui m'intéressaient. Ce mystère me poussa à aller me confier à Euphorya.

C'est en m'approchant de lui qu'un détail de la nuit précédente me revint, aussi brutal qu'un calin de Francine. Le scaphandre, il m'était familier ! Il me faisait penser à quelqu'un et je ne trouvais pas à qui, et maintenant que je m'approchais d'Euphorya qui s'apprêtait à mettre son casque pour quitter le bunker, c'est lui qui me fit penser à mon apparition ! Je fis demi tour, feignant d'avoir oublié quelque chose dans mon bureau et je tente toujours maintenant de chasser cette aberration de mon esprit.

Est-ce que la paranoïa est contagieuse ?

study Tanaël

study J'ai trouvé la faute restante :aga: GG

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tripodempal



Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: RP renovatio a corriger   Lun 11 Aoû - 1:20

Bonjour a tous, La suite est un texte d'Euphorya.

Je soumets son travail a votre correction infaillible Wink


Depuis quelques jours déjà je n’avais plus vraiment le moral. Je passais mes journées dans mon bureau a scruter mes écrans de contrôle. La pièce était froide et humide. Elle refoulait la transpiration ainsi que l'odeur nauséabonde des verres d'alcool à la limite de la moisissure qui jonchaient mon bureau. Satanée ventilation, il faudra que je pense a dire à talath de venir réparer ça. Dans le noir, les pieds sur la table, fumant clope sur clope je me posais bon nombre de questions. Toujours les mêmes en sommes…et puis des questions stupides aussi….

De temps en temps je sortais faire une ronde pour combler les effectifs manquants. Ça ne m’enchantais guère en somme, je n'avais pas vraiment la tête à ça. Heureusement qu'aucun problème de sécurité n’était à signaler d'ailleurs, car je n'aurais sans doute pas été à la hauteur. Depuis la construction de l'enceinte extérieure, un mur de plus de 2 mètres de haut rehaussé de barbelés, nous n’avions plus eu de problèmes de grillages déchirés. Je m’entendais certes très bien avec mes collègues mais le cœur n'y était plus. Non pas que le projet dans son ensemble ne m’attrayait plus, non, c’était cette foutue histoire de châssis qui me bouffait de l’intérieur, j’avais à nouveau eu une *crise* comme je l’appelle.

Ça s’était passé en semaine de travail code 030. La fin d'après midi se déroulait bien, je surveillait les écrans vautré sur mon fauteuil simili noir au dossier ajustable, les pieds croisés sur la table. Je me surpris même à penser à ce terra que nous avions embauché chez fondation. Si jeune et si dude… Cratemius qu’il s’appelle et il se fait sa place ce petit.
Plisken était venu me voir comme à son habitude pour un petit apéro sauvage et il était reparti aux alentours des 18heures. J'avais joins ensuite mon vieil ami hercule xp52 par voxcam et nous avions discuter de notre condition de châssis. Nous cherchions tous deux des réponses mais nous n’avions qu’une vague piste de crânes de cristal à suivre. Les recherches étaient en cours. Je décidais même dans la soirée de contacter la firme pour avoir quelques infos mais je suis sans réponse pour l’instant. Une fois mon mail pour la firme envoyé, je me souviens m’être levé pour rejoindre la cafète, je suis sorti de mon bureau puis ….. Rien!
Je repris conscience vers 02 heures, assis dans mon fauteuil. Pris de tremblements de douleurs je m'effondrais sur le sol métallique et glacé reflétant mon visage livide et suant… Des milliers d’aiguillent me perçaient les orbites une à une tandis que mon cerveaux compressé dans ma boite crânienne palpitait comme pour jaillir de mes oreilles. Mon supplice dura quelques minutes, une éternité en somme, puis je pus me lever. Le mal avait totalement disparu…. J’en avais vu sur mars, mais cette expérience fut plus douloureuse que jamais. Je décidais de rentrer immédiatement à mon bunker. Dans les couloirs je croisais l’équipe de nuit, je donnais quelques instructions puis les saluais brièvement et quittais l’endroit le plus rapidement possible. Que s’était il encore passé, ou étais-je allé et pourquoi? Et cette douleur ?

Le lendemain je rejoignis le site comme si de rien n’était. Je me disais que cela ne regardait que moi pour l’instant. Et comme personne ne semblait avoir remarqué mon « absence » je décidais de garder le silence dans l'immédiat. Il ne servait a rien d'alarmer tout le monde. Ce matin là je fis une ronde aussi minutieuse que possible. Recherchant des indices, scrutant chaque centimètres de la base. Rien n’avait été abîmé ni détruit, tout semblait parfaitement normal sur le chantier. Je n’osais bien évidemment demander à personne s’il m’avait aperçu durant la nuit, ce qui ne m'aidait pas vraiment.
Je remarquais que quelqu'un était entré dans mon bureau durant mon absence et avait visionné les vidéos de la veille. Je devais tirer ça au claire.
Je croisais plisken un peu plus tard. Il me parla a nouveau de trucs étranges qu'il avait vu et me dit aussi que je devrais voir jan kibustair car celui-ci avait mené une petite enquête interne. La nouvelle ne me réjout guère car je me disais que peut-être était-ce lui qui avait pénétré mon bureau. Tsss … pauvre plisken… s'il savait ce qui était vraiment étrange ici…. Mais il avait vraiment l'air mal en point, affaibli, agar. Quelque chose doit clocher chez lui. Aussi j'essayais de le calmer en lui disant que c’était sûrement la fatigue et que tout irait mieux s'il prenait quelques jours de repos. C'est qu'avec le challenge de la firme et le boulo sur le chantier, notre résistance était mise à rude épreuve. Même que si j'étais parano, je soupçonnerai presque la firme d'avoir mis en œuvre ce concours pour ralentir notre chantier.

Je ne vis pas jan kibustair ce jour là, comme s'il cherchait à m’éviter. Savait-il quelque chose sur moi? Ou avait-il seulement peur que je l'accuse d’avoir effacé mes bandes? Je finirai bien par en avoir le cœur net. Un frisson parcouru mon dos, qu'allais-je faire si il m’avait vu durant mon « absence » faire quelque chose de terrible? Au moins j'aurai une réponse…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jan Kibu
Invité



MessageSujet: Re: RP renovatio a corriger   Lun 11 Aoû - 4:20

Merci à tous
Revenir en haut Aller en bas
Absurd_Jedi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1340
Age : 33
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: RP renovatio a corriger   Lun 11 Aoû - 7:30

tripodempal a écrit:
Depuis quelques jours déjà je n’avais plus vraiment le moral. Je passais mes journées dans mon bureau à scruter mes écrans de contrôle. La pièce était froide et humide. Elle refoulait la transpiration ainsi que l'odeur nauséabonde des verres d'alcool à la limite de la moisissure qui jonchaient mon bureau. Satanée ventilation, il faudra que je pense à dire à Talath de venir réparer ça. Dans le noir, les pieds sur la table, fumant clope sur clope je me posais bon nombre de questions. Toujours les mêmes en somme… et puis des questions stupides aussi

De temps en temps je sortais faire une ronde pour combler les effectifs manquants. Ça ne m’enchantais guère en somme, je n'avais pas vraiment la tête à ça. Heureusement qu'aucun problème de sécurité n’était à signaler d'ailleurs, car je n'aurais sans doute pas été à la hauteur. Depuis la construction de l'enceinte extérieure, un mur de plus de 2 mètres de haut rehaussé de barbelés, nous n’avions plus eu de problèmes de grillages déchirés. Je m’entendais certes très bien avec mes collègues mais le cœur n'y était plus. Non pas que le projet dans son ensemble ne m’attrayait plus, non, c’était cette foutue histoire de châssis qui me bouffait de l’intérieur, j’avais à nouveau eu une *crise* comme je l’appelle.

Ça s’était passé en semaine de travail code 030. La fin d'après midi se déroulait bien, je surveillais les écrans vautré sur mon fauteuil simili noir au dossier ajustable, les pieds croisés sur la table. Je me surpris même à penser à ce terra que nous avions embauché chez fondation. Si jeune et si dude… Cratemius qu’il s’appelle et il se fait sa place ce petit.
Plisken était venu me voir comme à son habitude pour un petit apéro sauvage et il était reparti aux alentours de 18 heures. J'avais joint ensuite mon vieil ami Hercule xp52 par voxcam et nous avions discuté de notre condition de châssis. Nous cherchions tous deux des réponses mais nous n’avions qu’une vague piste de crânes de cristal à suivre. Les recherches étaient en cours. Je décidais même dans la soirée de contacter la Firme pour avoir quelques infos mais je suis sans réponse pour l’instant. Une fois mon mail pour la Firme envoyé, je me souviens m’être levé pour rejoindre la cafète, je suis sorti de mon bureau puis Rien! Je repris conscience vers 02 heures, assis dans mon fauteuil. Pris de tremblements de douleurs je m'effondrais sur le sol métallique et glacé reflétant mon visage livide et suant… Des milliers d’aiguilles me perçaient les orbites une à une tandis que mon cerveaux compressé dans ma boite crânienne palpitait comme pour jaillir de mes oreilles. Mon supplice dura quelques minutes, une éternité en somme, puis je pus me lever. Le mal avait totalement disparu J’en avais vu sur Mars, mais cette expérience fut plus douloureuse que jamais. Je décidais de rentrer immédiatement à mon bunker. Dans les couloirs je croisais l’équipe de nuit, je donnais quelques instructions puis les saluais brièvement et quittais l’endroit le plus rapidement possible. Que s’était-il encore passé, où étais-je allé et pourquoi? Et cette douleur ?

Le lendemain je rejoignis le site comme si de rien n’était. Je me disais que cela ne regardait que moi pour l’instant. Et comme personne ne semblait avoir remarqué mon « absence » je décidais de garder le silence dans l'immédiat. Il ne servait à rien d'alarmer tout le monde. Ce matin là je fis une ronde aussi minutieuse que possible. Recherchant des indices, scrutant chaque centimètres de la base. Rien n’avait été abîmé ni détruit, tout semblait parfaitement normal sur le chantier. Je n’osais bien évidemment demander à personne s’il m’avait aperçu durant la nuit, ce qui ne m'aidait pas vraiment.
Je remarquais que quelqu'un était entré dans mon bureau durant mon absence et avait visionné les vidéos de la veille. Je devais tirer ça au clair.
Je croisais Plisken un peu plus tard. Il me parla à nouveau de trucs étranges qu'il avait vu et me dit aussi que je devrais voir Jan Kibustair car celui-ci avait mené une petite enquête interne. La nouvelle ne me réjouit guère car je me disais que peut-être était-ce lui qui avait pénétré mon bureau. Tsss … pauvre Plisken… s'il savait ce qui était vraiment étrange ici Mais il avait vraiment l'air mal en point, affaibli, hagard. Quelque chose doit clocher chez lui. Aussi j'essayais de le calmer en lui disant que c’était sûrement la fatigue et que tout irait mieux s'il prenait quelques jours de repos. C'est qu'avec le challenge de la Firme et le boulot sur le chantier, notre résistance était mise à rude épreuve. Même que si j'étais parano, je soupçonnerais presque la Firme d'avoir mis en œuvre ce concours pour ralentir notre chantier.

Je ne vis pas Jan Kibustair ce jour là, comme s'il cherchait à m’éviter. Savait-il quelque chose sur moi ? Ou avait-il seulement peur que je l'accuse d’avoir effacé mes bandes ? Je finirai bien par en avoir le cœur net. Un frisson parcourut mon dos, qu'allais-je faire si il m’avait vu durant mon « absence » faire quelque chose de terrible ? Au moins j'aurai une réponse…

study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wisecow

avatar

Nombre de messages : 145
Age : 34
Localisation : ZDV1 + ou - partout
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: RP renovatio a corriger   Lun 11 Aoû - 20:52

Absurd_Jedi a écrit:
tripodempal a écrit:
Depuis quelques jours déjà je n’avais plus vraiment le moral. Je passais mes journées dans mon bureau à scruter mes écrans de contrôle. La pièce était froide et humide. Elle refoulait la transpiration ainsi que l'odeur nauséabonde des verres d'alcool à la limite de la moisissure qui jonchaient mon bureau. Satanée ventilation, il faudra que je pense à dire à Talath de venir réparer ça. Dans le noir, les pieds sur la table, fumant clope sur clope je me posais bon nombre de questions. Toujours les mêmes en somme… et puis des questions stupides aussi

De temps en temps je sortais faire une ronde pour combler les effectifs manquants. Ça ne m’enchantait guère en somme, je n'avais pas vraiment la tête à ça. Heureusement qu'aucun problème de sécurité n’était à signaler d'ailleurs, car je n'aurais sans doute pas été à la hauteur. Depuis la construction de l'enceinte extérieure, un mur de plus de 2 mètres de haut rehaussé de barbelés, nous n’avions plus eu de problèmes de grillages déchirés. Je m’entendais certes très bien avec mes collègues mais le cœur n'y était plus. Non pas que le projet dans son ensemble ne m’attrayait plus, non, c’était cette foutue histoire de châssis qui me bouffait de l’intérieur, j’avais à nouveau eu une *crise* comme je l’appelle.

Ça s’était passé en semaine de travail code 030. La fin d'après midi se déroulait bien, je surveillais les écrans vautré sur mon fauteuil simili noir au dossier ajustable, les pieds croisés sur la table. Je me surpris même à penser à ce terra que nous avions embauché chez Fondation [si c'est bien le nom du syndicat, alors il faut la majuscule]. Si jeune et si dude… Cratemius qu’il s’appelle et il se fait sa place ce petit.
Plisken était venu me voir comme à son habitude pour un petit apéro sauvage et il était reparti aux alentours de 18 heures. J'avais joint ensuite mon vieil ami Hercule xp52 par voxcam et nous avions discuté de notre condition de châssis. Nous cherchions tous deux des réponses mais nous n’avions qu’une vague piste de crânes de cristal à suivre. Les recherches étaient en cours. Je décidais même dans la soirée de contacter La Firme pour avoir quelques infos mais je suis sans réponse pour l’instant. Une fois mon mail pour La Firme envoyé, je me souviens m’être levé pour rejoindre la cafète, je suis sorti de mon bureau puis Rien! Je repris conscience vers 02 heures, assis dans mon fauteuil. Pris de tremblements de douleurs je m'effondrais sur le sol métallique et glacé reflétant mon visage livide et suant… Des milliers d’aiguilles me perçaient les orbites une à une tandis que mon cerveaux compressé dans ma boite crânienne palpitait comme pour jaillir de mes oreilles. Mon supplice dura quelques minutes, une éternité en somme, puis je pus me lever. Le mal avait totalement disparu J’en avais vu sur Mars, mais cette expérience fut plus douloureuse que jamais. Je décidais de rentrer immédiatement à mon bunker. Dans les couloirs je croisais l’équipe de nuit, je donnais quelques instructions puis les saluais brièvement et quittais l’endroit le plus rapidement possible. Que s’était-il encore passé, où étais-je allé et pourquoi? Et cette douleur ?

Le lendemain je rejoignis le site comme si de rien n’était. Je me disais que cela ne regardait que moi pour l’instant. Et comme personne ne semblait avoir remarqué mon « absence » je décidais de garder le silence dans l'immédiat. Il ne servait à rien d'alarmer tout le monde. Ce matin là je fis une ronde aussi minutieuse que possible. Recherchant des indices, scrutant chaque centimètres de la base. Rien n’avait été abîmé ni détruit, tout semblait parfaitement normal sur le chantier. Je n’osais bien évidemment demander à personne s’il m’avait aperçu durant la nuit, ce qui ne m'aidait pas vraiment.
Je remarquais que quelqu'un était entré dans mon bureau durant mon absence et avait visionné les vidéos de la veille. Je devais tirer ça au clair.
Je croisais Plisken un peu plus tard. Il me parla à nouveau de trucs étranges qu'il avait vu et me dit aussi que je devrais voir Jan Kibustair car celui-ci avait mené une petite enquête interne. La nouvelle ne me réjouit guère car je me disais que peut-être était-ce lui qui avait pénétré mon bureau. Tsss … pauvre Plisken… s'il savait ce qui était vraiment étrange ici Mais il avait vraiment l'air mal en point, affaibli, hagard. Quelque chose doit clocher chez lui. Aussi j'essayais de le calmer en lui disant que c’était sûrement la fatigue et que tout irait mieux s'il prenait quelques jours de repos. C'est qu'avec le challenge de La Firme et le boulot sur le chantier, notre résistance était mise à rude épreuve. Même que si j'étais parano, je soupçonnerais presque La Firme d'avoir mis en œuvre ce concours pour ralentir notre chantier.

Je ne vis pas Jan Kibustair ce jour là, comme s'il cherchait à m’éviter. Savait-il quelque chose sur moi ? Ou avait-il seulement peur que je l'accuse d’avoir effacé mes bandes ? Je finirai bien par en avoir le cœur net. Un frisson parcourut mon dos, qu'allais-je faire si il m’avait vu durant mon « absence » faire quelque chose de terrible ? Au moins j'aurai une réponse…

study

study

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanael

avatar

Nombre de messages : 119
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: RP renovatio a corriger   Mer 13 Aoû - 13:59

Wisecow a écrit:
Absurd_Jedi a écrit:
tripodempal a écrit:
Depuis quelques jours déjà je n’avais plus vraiment le moral. Je passais mes journées dans mon bureau à scruter mes écrans de contrôle. La pièce était froide et humide. Elle refoulait la transpiration ainsi que l'odeur nauséabonde des verres d'alcool à la limite de la moisissure qui jonchaient mon bureau. Satanée ventilation, il faudra que je pense à dire à Talath de venir réparer ça. Dans le noir, les pieds sur la table, fumant clope sur clope je me posais bon nombre de questions. Toujours les mêmes en somme… et puis des questions stupides aussi

De temps en temps je sortais faire une ronde pour combler les effectifs manquants. Ça ne m’enchantait guère en somme, je n'avais pas vraiment la tête à ça. Heureusement qu'aucun problème de sécurité n’était à signaler d'ailleurs, car je n'aurais sans doute pas été à la hauteur. Depuis la construction de l'enceinte extérieure, un mur de plus de 2 mètres de haut rehaussé de barbelés, nous n’avions plus eu de problèmes de grillages déchirés. Je m’entendais certes très bien avec mes collègues mais le cœur n'y était plus. Non pas que le projet dans son ensemble ne m’attrayait plus, non, c’était cette foutue histoire de châssis qui me bouffait de l’intérieur, j’avais à nouveau eu une *crise* comme je l’appelle. (les ?)

Ça s’était passé en semaine de travail code 030. La fin d'après midi se déroulait bien, je surveillais les écrans vautré sur mon fauteuil simili (imitation de noir ? ou "sur mon fauteuil noir en simili cuir" par exemple ?)noir au dossier ajustable, les pieds croisés sur la table. Je me surpris même à penser à ce terra que nous avions embauché chez Fondation [si c'est bien le nom du syndicat, alors il faut la majuscule]. Si jeune et si dude… Cratemius qu’il s’appelle et il se fait sa place ce petit.
Plisken était venu me voir comme à son habitude pour un petit apéro sauvage et il était reparti aux alentours de 18 heures. J'avais joint ensuite mon vieil ami Hercule xp52 par voxcam et nous avions discuté de notre condition de châssis. Nous cherchions tous deux des réponses mais nous n’avions qu’une vague piste de crânes de cristal à suivre. Les recherches étaient en cours. Je décidais même dans la soirée de contacter La Firme pour avoir quelques infos mais je suis sans réponse pour l’instant. Une fois mon mail pour La Firme envoyé (redite malhabile "Une fois mon courriel envoyé, "), je me souviens m’être levé pour rejoindre la cafeteria, je suis sorti de mon bureau puis Rien! Je repris conscience vers 02 heures, assis dans mon fauteuil. Pris de tremblements de douleurs je m'effondrais sur le sol métallique et glacé reflétant mon visage livide et suant… Des milliers d’aiguilles me perçaient les orbites une à une (sont-ce les orbites une à une ? dans ce cas là "tour à tour" ou les miliers d'aiguilles dans ce cas là " Des milliers d'aiguilles me perçaient une à une les orbites") tandis que mon cerveaux compressé dans ma boite crânienne palpitait comme pour jaillir de mes oreilles. Mon supplice dura quelques minutes, une éternité en somme, puis je pus me lever. Le mal avait totalement disparu J’en avais vu sur Mars, mais cette expérience fut plus douloureuse que jamais. Je décidais de rentrer immédiatement à mon bunker. Dans les couloirs je croisais l’équipe de nuit, je donnais quelques instructions puis les saluais brièvement et quittais l’endroit le plus rapidement possible. Que s’était-il encore passé ? Où étais-je allé et pourquoi? Et cette douleur ?

Le lendemain je rejoignis le site comme si de rien n’était. Je me disais que cela ne regardait que moi pour l’instant. Et comme personne ne semblait avoir remarqué mon « absence » je décidais de garder le silence dans l'immédiat. Il ne servait à rien d'alarmer tout le monde. Ce matin là je fis une ronde aussi minutieuse que possible. Recherchant des indices, scrutant chaque centimètres de la base. Rien n’avait été abîmé ni détruit, tout semblait parfaitement normal sur le chantier. Je n’osais bien évidemment demander à personne s’il m’avait aperçu durant la nuit, ce qui ne m'aidait pas vraiment.
Je remarquais que quelqu'un était entré dans mon bureau durant mon absence et avait visionné les vidéos de la veille. Je devais tirer ça au clair.
Je croisais Plisken un peu plus tard. Il me parla à nouveau de trucs étranges qu'il avait vu et me dit aussi que je devrais voir Jan Kibustair car celui-ci avait mené une petite enquête interne. La nouvelle ne me réjouit guère car je me disais que peut-être était-ce lui qui avait pénétré mon bureau. Tsss … pauvre Plisken… s'il savait ce qui était vraiment étrange ici Mais il avait vraiment l'air mal en point, affaibli, hagard. Quelque chose doit clocher chez lui. Aussi j'essayais de le calmer en lui disant que c’était sûrement la fatigue et que tout irait mieux s'il prenait quelques jours de repos. C'est qu'avec le challenge de La Firme et le boulot sur le chantier, notre résistance était mise à rude épreuve. Même que, si j'étais parano, je soupçonnerais presque La Firme d'avoir mis en œuvre ce concours pour ralentir notre chantier.

Je ne vis pas Jan Kibustair ce jour là, comme s'il cherchait à m’éviter. Savait-il quelque chose sur moi ? Ou avait-il seulement peur que je l'accuse d’avoir effacé mes bandes ? Je finirai bien par en avoir le cœur net. Un frisson parcourut mon dos, qu'allais-je faire si 'il m’avait vu durant mon « absence » faire quelque chose de terrible ? Au moins j'aurai une réponse…

study

study
study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gardiens-ludiques.spaces.live.com
tripodempal



Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: RP renovatio a corriger   Lun 2 Fév - 0:39

Bonjour les FOUs Wink
Ca fait un long moment que je n'etait pas venu vous voir mais nous nous sommes remis au travail apres une petite periode de flottement.

Je vous soumets donc notre nouveau texte pour relancer la machine.
Merci pour vos corrections et avis en tous genre Wink
C'est peut-etre un peu long, je vous laisse le decouper si c'est plus facile pour vous.
________________________________________________________

Douze semaines ....

Douze longues semaines se sont écoulées depuis que le résultat de l'audit auquel La Firme avait soumis le "projet Renovatio" était tombé.
Catastrophique ....
Le projet était en phase finale. Sur la zone Vauban, la trieuse, le synthétiseur et les cuves étaient opérationnelles. La chaine de fabrication des containers d'hydrogène et d'oxygène donnait égalemement entière satisfaction par rapport aux attentes du cahier des charges. L'électrolyseur quand a lui était quasiment opérationnel.

"... La Firme vous informe qu'elle a revu ses besoins et que les installations concernées sous l'appelation "projet Renovatio" ne satisfont plus à ses attentes. Aucune validation ni aucun accord de commercialisation ne sera délivrée pour ces produits.
Vous trouverez en annexe de ce document le nouveau cahier des charges pour l'appel d'offre sur l'exploitation du carburant hydrogène et de l'oxygène sur les ZDV sous controle de La Firne. Ces exploitations devront se faire par l'intermédiaire de stations autonaumes disposées a la surface des ZDV grace aux soins de l'exploitant. La maintenance sera également a la charge de l'exploitant .... "

La lecture de ce courrier en salle de briefing un matin fit l'effet d'un betrayal s'écrasant a pleine vitesse contre un mur. Un long moment suivit cette annonce. Le temps que chacun mesure l'impact de cette décision irrévocable.
L'équipe était abattue et démoralisée. La semaine qui suivit ne fut guerre productive puis nous avons mis en place un comité de réflexion sur le sujet.
La première quesiton fut vite traitée.
Abandonner ou poursuivre ?
Le premier choix n'était envisageable pour personne. Donc : poursuivre.
Mais sur quelles bases ? Une semaine de plus fut nécessaire pour étudier les différentes pistes et rassembler les données techniques a mettre en place.
L'équipe se replongeait donc dans un travail de recherches ardues mais ce revers de situation avait réveille de nouvelles forces en nous.
Avec ce nouveau revirement, notre tache nous aparaissait de plus en plus nécessaire a accomplir. Il fallait a tout prix, et au plus vite, briser ce monopole de La Firme qui nous mettait des batons dans les roues depuis trop longtemps. Cette perspective nous motivait tous plus qu'au premier jour et personne ne ménageait sa peine.
Dans son courrier, La Firme n'avait encore une fois donne aucune indication sur le planning d'application. Dans un premier temps, pour parrer a l'urgence, nous pensions remplir d'anciennes citernes reconditionnées pour transporter l'hydrogène et l'oxygène jusqu'aux sites de distribution. Biensur, le but final était d'optimiser la fabrication d'électrolyseurs a implanter en différents endroits avec leurs installations minimum pour les rendre autonomes.
Finalement, nous avions déjà traite une bonne partie du sujet. Notre equipe était déjà familiarisée dans ces installations et un premier électrolyseur fonctionnait deja. Nos techniciens avaient donc pour mission principale de rendre sa fabrication et son installation (voir meme son demontage et son déménagement) possible au moindre cout et sans nécessiter d'intervention lourde d'un specialiste.

Aujourd'hui, cela est en bonne voix. Comme la partie amont du traitement n'était pas un probleme, Le deuxieme prototype, construit est déjà beaucoup plus en accord avec le nouveau cahier des charges. Les derniers "détails" a régler concernent les vannes et les jonctions de sorties de l'électrolyseur qui sont devenues beaucoup plus fragiles avec le fait de pouvoir etre montées et demontées. Sans parler de la sensibilité au climat d'une telle installation qui se trouve aussi accentuées.
Un plan de maintenance régulier devra donc nécessairement etre mis en place pour garantir le fonctionnement des stations.

Nous n'avons pas encore planifié la scéance de test de ce modele de deuxieme génération mais cela devrait arriver dans les semaines qui suivent avec soit beaucoup d'espoir, soit a nouveau de grosses déceptions.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DeepBlue



Nombre de messages : 557
Age : 51
Localisation : BE
Date d'inscription : 28/02/2008

MessageSujet: Re: RP renovatio a corriger   Lun 2 Fév - 4:38

tripodempal a écrit:

Douze semaines...

Douze longues semaines se sont écoulées depuis que le résultat de l'audit auquel La Firme avait soumis le "projet Renovatio" était tombé.
Catastrophique...
Le projet était en phase finale. Sur la zone Vauban, la trieuse, le synthétiseur et les cuves étaient opérationnels. La chaîne de fabrication des containers d'hydrogène et d'oxygène donnait également entière satisfaction par rapport aux attentes du cahier des charges. L'électrolyseur quand à lui était quasiment opérationnel.

"... La Firme vous informe qu'elle a revu ses besoins et que les installations concernées sous l'appelation "projet Renovatio" ne satisfont plus à ses attentes. Aucune validation ni aucun accord de commercialisation ne sera délivré pour ces produits.
Vous trouverez en annexe de ce document le nouveau cahier des charges pour l'appel d'offres sur l'exploitation du carburant hydrogène et de l'oxygène sur les ZDV sous contrôle de La Firme. Ces exploitations devront se faire par l'intermédiaire de stations autonomes disposées à la surface des ZDV grâce aux soins de l'exploitant. La maintenance sera également à la charge de l'exploitant..."

La lecture de ce courrier en salle de briefing un matin fit l'effet d'un Betrayal s'écrasant à pleine vitesse contre un mur. Un long moment suivit cette annonce. Le temps que chacun mesure l'impact de cette décision irrévocable.
L'équipe était abattue et démoralisée. La semaine qui suivit ne fut guerre productive, puis nous avons mis en place un comité de réflexion sur le sujet.
La première question fut vite traitée.
Abandonner ou poursuivre ?
Le premier choix n'était envisageable pour personne. Donc : poursuivre.
Mais sur quelles bases ? Une semaine de plus fut nécessaire pour étudier les différentes pistes et rassembler les données techniques à mettre en place.
L'équipe se replongeait donc dans un travail de recherches ardues mais ce revers de situation avait réveillé de nouvelles forces en nous.
Avec ce nouveau revirement, notre tâche nous apparaissait de plus en plus nécessaire à accomplir. Il fallait à tout prix, et au plus vite, briser ce monopole de La Firme qui nous mettait des bâtons dans les roues depuis trop longtemps. Cette perspective nous motivait tous plus qu'au premier jour et personne ne ménageait sa peine.
Dans son courrier, La Firme n'avait encore une fois donné aucune indication sur le planning d'application. Dans un premier temps, pour parer à l'urgence, nous pensions remplir d'anciennes citernes reconditionnées pour transporter l'hydrogène et l'oxygène jusqu'aux sites de distribution. Bien sûr, le but final était d'optimiser la fabrication d'électrolyseurs à implanter en différents endroits avec leurs installations minimum pour les rendre autonomes.
Finalement, nous avions déjà traité une bonne partie du sujet. Notre équipe était déjà familiarisée dans (avec) ces installations et un premier électrolyseur fonctionnait déjà. Nos techniciens avaient donc pour mission principale de rendre sa fabrication et son installation (voir même son démontage et son déménagement) possibles au moindre coût et sans nécessiter d'intervention lourde d'un specialiste.

Aujourd'hui, cela est en bonne voie. Comme la partie en amont du traitement n'était pas un problème, le deuxième prototype construit est déjà beaucoup plus en accord avec le nouveau cahier des charges. Les derniers "détails" à régler concernent les vannes et les jonctions de sorties de l'électrolyseur qui sont devenues beaucoup plus fragiles avec le fait de pouvoir être montées et demontées. Sans parler de la sensibilité au climat d'une telle installation qui se trouve aussi accentuée.
Un plan de maintenance régulier devra donc nécessairement être mis en place pour garantir le fonctionnement des stations.

Nous n'avons pas encore planifié la scéance de tests (Je suppose qu'il n'y a pas qu'un seul test) de ce modèle de deuxième génération mais cela devrait arriver dans les semaines qui suivent avec soit beaucoup d'espoir, soit à nouveau de grosses déceptions...
study Première lecture. Apparemment un petit problème avec les accents. Vu l'heure tardive, je suis en mode passoire et te suggère donc d'attendre le passage d'un second correcteur avant de reprendre ton texte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tripodempal



Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: RP renovatio a corriger   Lun 2 Fév - 23:54

effectivement, c'est une mauvaise habitude que j'ai prise sur ma station Sun au boulot avec l'émulateur de traitement de texte qui gère pas les accents ... et à la maison, je sais pas pourquoi mais le clavier refuse les circonflexes

merci pour les corrections Wink

EDIT : RP diffusé Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RP renovatio a corriger   

Revenir en haut Aller en bas
 
RP renovatio a corriger
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» [Résolu] Problème d'envoi de mail (smtp)
» MAJ 3.10 pour corriger le bug qui met les Zumo 660 hors service
» Consulter uniquement ses messages
» iOS 6.1.3 disponible pour corriger la faille de déverrouillage des iPhone
» Samsung Galaxy S4 : un nouveau firmware pour corriger les problèmes de mémoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Correctifs :: Corrections-
Sauter vers: