Partagez | 
 

 - RP bénédiction - roxelay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
roxelay

avatar

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: - RP bénédiction - roxelay   Sam 26 Avr - 16:04

Pour une fois je viens soumettre un texte à corrections Content2

C'est surtout pour les fautes d'orthographes, conjugaison ou de grammaire, très peu sur les constructions de phrases car je me connais je ne pense pas que je vais les changer même si on me dit qu'elles sont fausses Content lol !

merci d'avance :calin: (car ça doit être truffé de fautes vu qu'il y a une page et demie sous word, défoulez-vous Content)

Citation :


- La vie -

Officier loin de chez moi, ça ne m’était pas arrivé depuis fort longtemps ; comme quoi la vie peut se révéler être pleine de surprises...
La raison était fort louable : prier auprès de gens que l’on aime et que l’on apprécie, que peut-on espérer de mieux, de plus agréable et de plus beau ? Passer son temps à vivre pour combattre ou être malheureuse, telle n’est pas ma raison d’être. Je ne pouvais espérer une meilleure occasion pour, moi aussi, partager ce bonheur et cette joie de tous les jours au sein du syndicat Résistance. Citer toutes ces personnes si chères à mes yeux, chacune ayant sa caractère propre, sa façon de penser et de voir la vie, qu’il me serait bien difficile de les énumérer toutes.

Quoi qu’il en soit c’est en leur honneur que je me vois, une fois encore, revêtir l’habit le plus digne qu’il soit : celui d’adepte. Le lieu étant choisi, les personnes aussi, il me restait encore à déterminer l’heure de la cérémonie. Cette décision était facile à prendre : j’avais pour habitude, quand j’officiais plus régulièrement, de me rendre au temple des Grands Anciens la nuit pour prier et leur rendre hommage, l’ambiance y était plus propice. La vie n’est-elle qu’un éternel recommencement ? Je ne le sais guère, d’autant plus que ce n’était pas le moment de me poser de telles questions – au demeurant existentielles ; mais une vie n’est-elle pas miséricordieuse sans de tels questionnements ? – la cérémonie approchant à une vitesse alarmante…

D’ailleurs moi aussi je m’approchais du grand temple… le ciel était obscur, comme à l’accoutumée certes, mais l’ambiance impalpable me donnait plein de frissons, recouvrant mon visage d’une peur indicible, d’une crainte jusqu’alors jamais ressentie… Qu’en était-il ? « ILS » devaient vraisemblablement avoir connaissance de mon arrivée… ILS savaient toujours… ILS étaient omniscients et très cruels avec ceux qui n’avaient pas foi en eux, paraît-il, mais je n’avais que faire de toutes ces croyances et de ces diverses inepties, moi je les aimais, et c’est grâce à cet amour que, bravant mon courage, je continuais à me diriger vers l’autel qui, étrangement, étincelait de toute part. N’était-il pas le reflet de la vie - sur Mars – tantôt si effrayant, et tantôt si attrayant ?

Ca y est, j’y étais, enfin. La distance que je venais de parcourir m’avait paru incommensurable. J’ai cru avoir marché pendant des heures, voire des jours, cependant ma raison savait parfaitement que c’était impossible. Me fiant à mon cœur je n’oubliais pas que l’ésotérisme était ambiant ; les phénomènes fantasmagoriques non loin me le rappelait constamment. Des ombres changeantes, des mouvements immobiles, des grincements cacophoniques parsemés de douces musiques relaxantes, des lumières kaléidoscopiques, et d’obscures clartés venaient de toute part. Il fallait être forte, robuste, presque insensible aux conditions climatiques disait-on, toutefois il était nécessaire, en tant qu’adepte, d’avoir une force psychologique à toute épreuve, et c’est pour cela que la tache Hô combien difficile, mais si plaisante et valorisante, qu’est de prier m’avait été si souvent allouée. Vivre sa vie n’est pas une mince affaire.

C’est alors que je commençais la cérémonie. L’ambiance était encore plus pesante, plus lourde, et tous mes sens étaient à l’affût de la quintessence mystique prégnante en ce lieu. Je me mettais à danser et à chanter, afin d’exprimer de diverses manières toute mon affection pour ces Grands Anciens, dans l’intime but qu’ils répondent à mon appel. Et ils ne se firent pas attendre. Je fus comme propulsée, tel un boulet de canon, à une vitesse fulgurante par-dessus mon corps, par-dessus ces montagnes rocheuses. L’allure vertigineuse me faisait perdre tous mes repères. Ainsi déboussolée il m’était bien difficile de savourer ces instants hors-norme, car, au surplus, je m’éloignais de plus en plus de Mars, vers une planète à la couleur azure, qui me semble-t-il, devait être la Terre… Comble de tristesse, je ne l’avais jamais vu de si près, et pourtant je me trouvais si loin d’elle… C’est en vain que j’essayais de m’en approcher encore plus, je n’avais absolument aucun contrôle sur mes mouvements : tel un pantin entre les mains d’une entité invisible, j’allais là où on voulait bien m’y emmener... Il est, en effet, bien difficile de contrôler la façon dont on mène sa vie.

C’est sur cette dernière impression que ma surréaliste escapade vînt à son terme. D’un seul coup d’un seul, je me retrouvais de nouveau sur ma planète pourpre, allongée au sol dans le Temple, pleine de sueur, le scaphandre en mauvais état… Mes capteurs me signalaient que mon niveau d’oxygène était critique, que tout mon corps était en bien piteux état : ce voyage n’était pas le fruit de mon imagination ? Je n’avais pas le temps d’essayer de répondre à toutes ces innombrables questions qui parcouraient mon esprit : il était venu le moment pour moi de rejoindre au plus mon bunker de survie.

La vie ne nous fait pas de cadeau quand il s’agit de survivre pour la maintenir en vie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DeepBlue



Nombre de messages : 557
Age : 51
Localisation : BE
Date d'inscription : 28/02/2008

MessageSujet: Re: - RP bénédiction - roxelay   Sam 26 Avr - 17:05

roxelay a écrit:
Pour une fois je viens soumettre un texte à corrections Content2

C'est surtout pour les fautes d'orthographes, conjugaison ou de grammaire, très peu sur les constructions de phrases car je me connais je ne pense pas que je vais les changer même si on me dit qu'elles sont fausses Content lol !

merci d'avance :calin: (car ça doit être truffé de fautes vu qu'il y a une page et demie sous word, défoulez-vous Content)

Citation :


- La vie -

Officier loin de chez moi, ça ne m’était pas arrivé depuis fort longtemps ; comme quoi la vie peut se révéler être pleine de surprises...
La raison était fort louable : prier auprès de gens que l’on aime et que l’on apprécie, que peut-on espérer de mieux, de plus agréable et de plus beau ? Passer son temps à vivre pour combattre ou être malheureuse, telle n’est pas ma raison d’être. Je ne pouvais espérer une meilleure occasion pour, moi aussi, partager ce bonheur et cette joie de tous les jours au sein du syndicat Résistance. Citer toutes ces personnes si chères à mes yeux, chacune ayant son caractère propre, sa façon de penser et de voir la vie, qu’il me serait bien difficile de les énumérer toutes.

Quoi qu’il en soit, c’est en leur honneur que je me vois, une fois encore, revêtir l’habit le plus digne qu’il soit : celui d’adepte. Le lieu étant choisi, les personnes aussi, il me restait encore à déterminer l’heure de la cérémonie. Cette décision était facile à prendre : j’avais pour habitude, quand j’officiais plus régulièrement, de me rendre au temple des Grands Anciens la nuit pour prier et leur rendre hommage, l’ambiance y était plus propice. La vie n’est-elle qu’un éternel recommencement ? Je ne le sais guère, d’autant plus que ce n’était pas le moment de me poser de telles questions – au demeurant existentielles ; mais une vie n’est-elle pas miséricordieuse sans de tels questionnements ? – la cérémonie approchant à une vitesse alarmante…

D’ailleurs moi aussi je m’approchais du grand temple… le ciel était obscur, comme à l’accoutumée certes, mais l’ambiance impalpable me donnait plein de frissons, recouvrant mon visage d’une peur indicible, d’une crainte jusqu’alors jamais ressentie… Qu’en était-il ? « ILS » devaient vraisemblablement avoir connaissance de mon arrivée… ILS savaient toujours… ILS étaient omniscients et très cruels avec ceux qui n’avaient pas foi en eux, paraît-il, mais je n’avais que faire de toutes ces croyances et de ces diverses inepties, moi je les aimais, et c’est grâce à cet amour que, bravant mon courage, je continuais à me diriger vers l’autel qui, étrangement, étincelait de toute part. N’était-il pas le reflet de la vie - sur Mars – tantôt si effrayant, et tantôt si attrayant ?

Ca y est, j’y étais, enfin. La distance que je venais de parcourir m’avait paru incommensurable. J’ai cru avoir marché pendant des heures, voire des jours, cependant ma raison savait parfaitement que c’était impossible. Me fiant à mon cœur je n’oubliais pas que l’ésotérisme était ambiant ; les phénomènes fantasmagoriques non loin me le rappelait (rappelaient ?) constamment. Des ombres changeantes, des mouvements immobiles, des grincements cacophoniques parsemés de douces musiques relaxantes, des lumières kaléidoscopiques, et d’obscures clartés venaient de toute part. Il fallait être forte, robuste, presque insensible aux conditions climatiques disait-on, toutefois il était nécessaire, en tant qu’adepte, d’avoir une force psychologique à toute épreuve, et c’est pour cela que la tâche ô combien difficile, mais si plaisante et valorisante, qu’est de prier m’avait été si souvent allouée. Vivre sa vie n’est pas une mince affaire.

C’est alors que je commençais la cérémonie. L’ambiance était encore plus pesante, plus lourde, et tous mes sens étaient à l’affût de la quintessence mystique prégnante en ce lieu. Je me mettais à danser et à chanter, afin d’exprimer de diverses manières toute mon affection pour ces Grands Anciens, dans l’intime but qu’ils répondent à mon appel. Et ils ne se firent pas attendre. Je fus comme propulsée, tel un boulet de canon, à une vitesse fulgurante par-dessus mon corps, par-dessus ces montagnes rocheuses. L’allure vertigineuse me faisait perdre tous mes repères. Ainsi déboussolée il m’était bien difficile de savourer ces instants hors-norme, car, au surplus, je m’éloignais de plus en plus de Mars, vers une planète à la couleur azure, qui me semble-t-il, devait être la Terre… Comble de tristesse, je ne l’avais jamais vue de si près, et pourtant je me trouvais si loin d’elle… C’est en vain que j’essayais de m’en approcher encore plus, je n’avais absolument aucun contrôle sur mes mouvements : tel un pantin entre les mains d’une entité invisible, j’allais là où on voulait bien m’y emmener... (là où on voulait bien m'emmener...) Il est, en effet, bien difficile de contrôler la façon dont on mène sa vie.

C’est sur cette dernière impression que ma surréaliste escapade vînt à son terme. D’un seul coup d’un seul, je me retrouvais de nouveau sur ma planète pourpre, allongée au sol dans le Temple, pleine de sueur, le scaphandre en mauvais état… Mes capteurs me signalaient que mon niveau d’oxygène était critique, que tout mon corps était en bien piteux état : ce voyage n’était pas le fruit de mon imagination ? Je n’avais pas le temps d’essayer de répondre à toutes ces innombrables questions qui parcouraient mon esprit : il était venu le moment pour moi de rejoindre au plus (vite ?) mon bunker de survie.

La vie ne nous fait pas de cadeau quand il s’agit de survivre pour la maintenir en vie.

study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absurd_Jedi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1340
Age : 33
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: - RP bénédiction - roxelay   Sam 26 Avr - 17:15

Citation :


- La vie -

Officier loin de chez moi, ça ne m’était pas arrivé depuis fort longtemps ; comme quoi la vie peut se révéler être pleine de surprises...
La raison était fort louable : prier auprès de gens que l’on aime et que l’on apprécie, que peut-on espérer de mieux, de plus agréable et de plus beau ? Passer son temps à vivre pour combattre ou être malheureuse, telle n’est pas ma raison d’être. Je ne pouvais espérer une meilleure occasion pour, moi aussi, partager ce bonheur et cette joie de tous les jours au sein du syndicat Résistance. Citer toutes ces personnes si chères à mes yeux, chacune ayant son caractère propre, sa façon de penser et de voir la vie, qu’il me serait bien difficile de les énumérer toutes.

Quoi qu’il en soit, c’est en leur honneur que je me vois, une fois encore, revêtir l’habit le plus digne qu’il soit : celui d’adepte. Le lieu étant choisi, les personnes aussi, il me restait encore à déterminer l’heure de la cérémonie. Cette décision était facile à prendre : j’avais pour habitude, quand j’officiais plus régulièrement, de me rendre au temple des Grands Anciens la nuit pour prier et leur rendre hommage, l’ambiance y était plus propice. La vie n’est-elle qu’un éternel recommencement ? Je ne le sais guère, d’autant plus que ce n’était pas le moment de me poser de telles questions – au demeurant existentielles ; mais une vie n’est-elle pas miséricordieuse sans de tels questionnements ? – la cérémonie approchant à une vitesse alarmante…

D’ailleurs moi aussi je m’approchais du grand temple… le ciel était obscur, comme à l’accoutumée certes, mais l’ambiance impalpable me donnait plein de frissons, recouvrant mon visage d’une peur indicible, d’une crainte jusqu’alors jamais ressentie… Qu’en était-il ? « ILS » devaient vraisemblablement avoir connaissance de mon arrivée… ILS savaient toujours… ILS étaient omniscients et très cruels avec ceux qui n’avaient pas foi en eux, paraît-il, mais je n’avais que faire de toutes ces croyances et de ces diverses inepties, moi je les aimais, et c’est grâce à cet amour que, bravant mon courage, je continuais à me diriger vers l’autel qui, étrangement, étincelait de toute part. N’était-il pas le reflet de la vie - sur Mars – tantôt si effrayant, et tantôt si attrayant ?

Ca y est, j’y étais, enfin. La distance que je venais de parcourir m’avait paru incommensurable. J’ai cru avoir marché pendant des heures, voire des jours, cependant ma raison savait parfaitement que c’était impossible. Me fiant à mon cœur je n’oubliais pas que l’ésotérisme était ambiant ; les phénomènes fantasmagoriques non loin me le rappelait (rappelaient ?) (rappelaient !) constamment. Des ombres changeantes, des mouvements immobiles, des grincements cacophoniques parsemés de douces musiques relaxantes, des lumières kaléidoscopiques, et d’obscures clartés venaient de toute part. Il fallait être forte, robuste, presque insensible aux conditions climatiques disait-on, toutefois il était nécessaire, en tant qu’adepte, d’avoir une force psychologique à toute épreuve, et c’est pour cela que la tâche ô combien difficile, mais si plaisante et valorisante, qu’est de prier [je dirai : "la tâche [...] de prier", ou "la tâche [...] qu'est la prière", plutôt] m’avait été si souvent allouée. Vivre sa vie n’est pas une mince affaire.

C’est alors que je commençais la cérémonie. L’ambiance était encore plus pesante, plus lourde, et tous mes sens étaient à l’affût de la quintessence mystique prégnante en ce lieu. Je me mettais à danser et à chanter, afin d’exprimer de diverses manières toute mon affection pour ces Grands Anciens, dans l’intime but qu’ils répondent à mon appel. Et ils ne se firent pas attendre. Je fus comme propulsée, tel un boulet de canon, à une vitesse fulgurante par-dessus mon corps, par-dessus ces montagnes rocheuses. L’allure vertigineuse me faisait perdre tous mes repères. Ainsi déboussolée il m’était bien difficile de savourer ces instants hors-norme, car, au surplus, je m’éloignais de plus en plus de Mars, vers une planète à la couleur azure, qui me semble-t-il, devait être la Terre… Comble de tristesse, je ne l’avais jamais vue de si près, et pourtant je me trouvais si loin d’elle… C’est en vain que j’essayais de m’en approcher encore plus, je n’avais absolument aucun contrôle sur mes mouvements : tel un pantin entre les mains d’une entité invisible, j’allais là où on voulait bien m’y emmener... (là où on voulait bien m'emmener...) Il est, en effet, bien difficile de contrôler la façon dont on mène sa vie.

C’est sur cette dernière impression que ma surréaliste escapade vînt à son terme. D’un seul coup d’un seul, je me retrouvais de nouveau sur ma planète pourpre, allongée au sol dans le Temple, pleine de sueur, le scaphandre en mauvais état… Mes capteurs me signalaient que mon niveau d’oxygène était critique, que tout mon corps était en bien piteux état : ce voyage n’était pas le fruit de mon imagination ? Je n’avais pas le temps d’essayer de répondre à toutes ces innombrables questions qui parcouraient mon esprit : il était venu le moment pour moi de rejoindre au plus (vite ?) mon bunker de survie.

La vie ne nous fait pas de cadeau quand il s’agit de survivre pour la maintenir en vie.

study :aga:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
roxelay

avatar

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: - RP bénédiction - roxelay   Sam 26 Avr - 20:20

j'aime bien mon "hô" :aga: mais merci à vous pour le reste Wink :calin: notamment pour "la prière", je n'y avais pas pensé... !

Honte à moi pour le "rappelaient" ; après je vois qu'il y a quelques maladresses... j'aurai du relire une fois tout écrit et non petit à petit (car du coup on oublie :aga:).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: - RP bénédiction - roxelay   

Revenir en haut Aller en bas
 
- RP bénédiction - roxelay
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [3790] Problème de diction suite à toute dernière MàJ sofware 4.80
» prédiction des séries 2015
» La malédiction frappe de nouveau : Perturbator II le Retour.
» Prédiction lhsam 2012-2013
» première prédiction 2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Correctifs :: Corrections-
Sauter vers: