Partagez | 
 

 réveil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
adanedhel



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 18/12/2007

MessageSujet: réveil   Dim 13 Jan - 16:37

J’ouvris les yeux lentement en émergeant d’un sommeil qui n’avait rien eu de naturel. La bouche pâteuse des tous les produits anesthésiants qui avaient circulé dans mes veines, je peinais à reprendre pied dans la réalité des choses. La lumière diffuse du caisson de stase avait quelque chose de rassurant. J’en repoussait le couvercle avec mon bras et me redressais sur mes coudes.
Le décor ne correspondait pas à mon bunker. Je mis plusieurs minutes à acclimater ma vue et à reconnaître l’antre adorable de cyanure. Cyanure ?? Mais qu’est ce que je faisais là ?
La tempête !! La myomère !! Je me souvenais vaguement de la poigne ferme de Mithra me tirant à son bord. Mais depuis lors, plus rien !
Je tentais de me mettre assis, mais mes jambes refusèrent de répondre.
Ainsi je ne m’en étais pas tiré indemne.
J’aperçu à quelque mettre la silhouette de cyanure me tournant le dos. Visiblement fort occupée à songer puisqu’elle n’avait pas encore bougé.
« Cyan ! s’te plait. J’arrive pas trop a bouger. Tu pourrais me filer un coup de main ? Cyan…
Cyan.. ? Ouhouuuu !! »
Pas de réponse. Elle devait s’être mise en veille encore que ces neurotransmetteurs auraient du la réactiver à mon réveil. Bon de toute façon, il fallait bien que je me débrouille. Et tant qu’à être ridicule, mieux valait que ce soit en présence de personne.
Je poussais un profond soupir en réalisant qu’une fois de plus j’étais nu au réveil ! Ce soupir eut pour effet de faire tressaillir mon gros orteil gauche. Tiens les jambes n’étaient donc pas mortes. J’avisais d’ailleurs la somme de cicatrices qui apparaissaient encore sur mes cuisses et pressentait le travail qu’avait du mener Cyanure.
J’avisais alors une chaise à roulette non loin de là. A la force des bras je m’extrayais tant bien que mal hors du caisson de stase, mes jambes s’abattant comme deux poids morts sur le sol carrelé. Je bataillais un moment avec le siège après avoir rampé pour me hisser dessus et me stabiliser et ce malgré les roulettes et sa fâcheuse tendance à tourner sur lui-même. Puis j’entrepris de naviguer savamment de meuble en meuble sur mon fauteuil roulant improvisé pour remplir plusieurs objectifs.
Premièrement redevenir décent. Une rapide inspection dans les affaires de cyan me permit de trouver un pantalon de mine que je pouvais fermer et qui me rendait suffisamment de dignité pour passer au point deux. Je vous passe les details pour réussir à l'enfiler.
Point deux donc. Comprendre ce qui arrive à Cyan et y remédier.
Je m’approchais donc de cyan avec ma chaise roulante. Affalée sur son siège, elle avait l’air assoupie. Et lorsqu’un robot à l’air assoupi c’est en général que soit il est H.S., soit ses batteries sont à plat. Il s’agissait donc maintenant de recharger Cyan. Soit, mais comment ?
J’avisais non loin du caisson de stase un câble à la connectique peu usuelle qui devait probablement servir à cet effet. L’une des extrémités était connectée à la prise de puissance murale. Je me saisis de l’autre extrémité et considérait Cyanure d’un œil dubitatif. Où pouvait bien être la prise ??
Je m’élançais sur mon siège avec le câble à la main. Un bon mètre avant le fauteuil de Cyanure je me trouvais stoppé net par le câble. Décidément rien ne serait simple.
Bon une chose après l’autre. Un peu troublé, je m’attaquais au cutter aux habits de Cyanure afin de découvrir ou se trouvait cette fichu prise. Les habits réduits en charpies au sol, je regardais consterné cyanure maintenant nue sur son siège. Le métal lisse de son corps luisait dans la pénombre du bunker. Bien que nue, je n’avais encore pas l’ombre du début d’une prise. Il ne restait plus qu’une solution. Sa prise.. ben elle était assise dessus.
Je passais l’heure suivante a batailler pour faire arriver Cyan à coté du caisson, puis à la basculer dans le caisson. Une fois allongée sur le coté je découvrais sa prise au bas du dos. Le concepteur de ce bot avait vraiment de drôles d’idées et un gout douteux. Je la raccordais au câble et un voyant sur le connecteur passa au vert clignotant. Il ne restait lus qu’à attendre. Bien qu'étant un bot, je couvrais Cyanure d'une couverture sans savoir vraiment si je préservais ma pudeur ou la sienne. Bloqué sur ma chaise, je me munis d’un calepin et pris note de quelques questions techniques à régler pour les futures évolutions de Cyanure.
1- Quel aspect lui donner ? En effet les myomères allait permettre de lui façonner un corps presque humain et donc une corpulence, un visage, des expressions. Pour compléter le tout, la peau et les cheveux pourraient être pigmentés à souhait. Autant de choses à clarifier avec cyanure si je voulais que le résultat soit cohérent avec le schéma corporel que le cerveau humain de Cyanure avait en mémoire.
2- Les myomères pouvaient être couplées avec un radar d’approche et se rigidifier lorsqu’un projectile allait rentrer en collision avec elles. Ca pourrait immuniser Cyanure des coups et tirs divers. Mais en se rigidifiant, cela paralyserait cyanure le temps de l’impact. De fait, une attaque au shotgun permettrait de capturer cyanure aussi simplement que si elle dormait.
3- L’alimentation des myomères nécessitait de faibles courant. Ces courants pouvaient être fournis par un petit module de métabolisation de l’éthanol. Une sorte de centrale thermique miniature qui permettrait à cyanure de passer inaperçue au sein du syndicat. Qu’est ce qu’on boit la bas !! (note : penser à vérifier mes triglycérides).
4- Problème majeur : lors d’un passage dans un champs ionisant suffisamment puissant pour briser le blindage diélectrique cutané, cyanure risque alors de faire des mouvements inopinés forts déconcertants. (note : penser à lui faire la blague)
5- Calculer les efforts générés par les myomères afin de garantir que le squelette resisterait aux tensions résultantes.
J’allais inscrire encore quelques notes lorsque je vis Cyanure ouvrir les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absurd_Jedi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1340
Age : 33
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: réveil   Mar 15 Jan - 15:06

J’ouvris les yeux lentement en émergeant d’un sommeil qui n’avait rien eu de naturel. La bouche pâteuse de tous les produits anesthésiants qui avaient circulé dans mes veines, je peinais à reprendre pied dans la réalité des choses. La lumière diffuse du caisson de stase avait quelque chose de rassurant. J’en repoussais le couvercle avec mon bras et me redressais sur mes coudes.
Le décor ne correspondait pas à mon bunker. Je mis plusieurs minutes à acclimater ma vue et à reconnaître l’antre adorable de Cyanure. Cyanure ?? Mais qu’est ce que je faisais là ?
La tempête !! La myomère !! Je me souvenais vaguement de la poigne ferme de Mithra me tirant à son bord. Mais depuis lors, plus rien !
Je tentais de me mettre assis, mais mes jambes refusèrent de répondre.
Ainsi je ne m’en étais pas tiré indemne.
J’aperçu à quelque mètres la silhouette de Cyanure me tournant le dos. Visiblement fort occupée à songer puisqu’elle n’avait pas encore bougé.
« Cyan ! s’te plait. J’arrive pas trop a bouger. Tu pourrais me filer un coup de main ? Cyan…
Cyan.. ? Ouhouuuu !! »
Pas de réponse. Elle devait s’être mise en veille encore que ces neurotransmetteurs auraient du la réactiver à mon réveil. Bon de toute façon, il fallait bien que je me débrouille. Et tant qu’à être ridicule, mieux valait que ce soit en présence de personne.
Je poussais un profond soupir en réalisant qu’une fois de plus j’étais nu au réveil ! Ce soupir eut pour effet de faire tressaillir mon gros orteil gauche. Tiens les jambes n’étaient donc pas mortes. J’avisais d’ailleurs la somme de cicatrices qui apparaissaient encore sur mes cuisses et pressentait le travail qu’avait du mener Cyanure.
J’avisais alors une chaise à roulette non loin de là. A la force des bras je réussis à m'exraire tant bien que mal hors du caisson de stase, mes jambes s’abattant comme deux poids morts sur le sol carrelé. Je bataillais un moment avec le siège après avoir rampé pour me hisser dessus et me stabiliser et ce malgré les roulettes et sa fâcheuse tendance à tourner sur lui-même. Puis j’entrepris de naviguer savamment de meuble en meuble sur mon fauteuil roulant improvisé pour remplir plusieurs objectifs.
Premièrement redevenir décent. Une rapide inspection dans les affaires de Cyan me permit de trouver un pantalon de mine que je pouvais fermer et qui me rendait suffisamment de dignité pour passer au point deux. Je vous passe les details pour réussir à l'enfiler.
Point deux donc. Comprendre ce qui arrive à Cyan et y remédier.
Je m’approchais donc de cyan avec ma chaise roulante. Affalée sur son siège, elle avait l’air assoupie. Et lorsqu’un robot à l’air assoupi c’est en général que soit il est H.S., soit ses batteries sont à plat. Il s’agissait donc maintenant de recharger Cyan. Soit, mais comment ?
J’avisais non loin du caisson de stase un câble à la connectique peu usuelle qui devait probablement servir à cet effet. L’une des extrémités était connectée à la prise de puissance murale. Je me saisis de l’autre extrémité et considérais Cyanure d’un œil dubitatif. Où pouvait bien être la prise ??
Je m’élançais sur mon siège avec le câble à la main. Un bon mètre avant le fauteuil de Cyanure je me trouvais stoppé net par le câble. Décidément rien ne serait simple.
Bon une chose après l’autre. Un peu troublé, je m’attaquais au cutter aux habits de Cyanure afin de découvrir ou se trouvait cette fichu prise. Les habits réduits en charpies au sol, je regardais consterné Cyanure maintenant nue sur son siège. Le métal lisse de son corps luisait dans la pénombre du bunker. Bien que nue, je n’avais encore pas l’ombre du début d’une prise. Il ne restait plus qu’une solution. Sa prise.. ben elle était assise dessus.
Je passais l’heure suivante a batailler pour faire arriver Cyan à coté du caisson, puis à la basculer dans le caisson. Une fois allongée sur le coté je découvrais sa prise au bas du dos. Le concepteur de ce bot avait vraiment de drôles d’idées et un gout douteux. Je la raccordais au câble et un voyant sur le connecteur passa au vert clignotant. Il ne restait lus qu’à attendre. Bien qu'étant un bot, je couvris Cyanure d'une couverture sans savoir vraiment si je préservais ma pudeur ou la sienne. Bloqué sur ma chaise, je me munis d’un calepin et pris note de quelques questions techniques à régler pour les futures évolutions de Cyanure.
1- Quel aspect lui donner ? En effet les myomères allaient permettre de lui façonner un corps presque humain et donc une corpulence, un visage, des expressions. Pour compléter le tout, la peau et les cheveux pourraient être pigmentés à souhait. Autant de choses à clarifier avec cyanure si je voulais que le résultat soit cohérent avec le schéma corporel que le cerveau humain de Cyanure avait en mémoire.
2- Les myomères pouvaient être couplées avec un radar d’approche et se rigidifier lorsqu’un projectile allait rentrer en collision avec elles. Ca pourrait immuniser Cyanure des coups et tirs divers. Mais en se rigidifiant, cela paralyserait Cyanure le temps de l’impact. De fait, une attaque au shotgun permettrait de capturer cyanure aussi simplement que si elle dormait.
3- L’alimentation des myomères nécessitait de faibles courants. Ces courants pouvaient être fournis par un petit module de métabolisation de l’éthanol. Une sorte de centrale thermique miniature qui permettrait à Cyanure de passer inaperçue au sein du syndicat. Qu’est ce qu’on boit la bas !! (note : penser à vérifier mes triglycérides).
4- Problème majeur : lors d’un passage dans un champs ionisant suffisamment puissant pour briser le blindage diélectrique cutané, Cyanure risque alors de faire des mouvements inopinés forts déconcertants. (note : penser à lui faire la blague)
5- Calculer les efforts générés par les myomères afin de garantir que le squelette resisterait aux tensions résultantes.
J’allais inscrire encore quelques notes lorsque je vis Cyanure ouvrir les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
réveil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Correctifs :: Corrections-
Sauter vers: