Partagez | 
 

 Correction pour Gaïa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gaia



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: Correction pour Gaïa   Sam 22 Déc - 18:53

Le Socle





Une petite explication s'imposse apres mon premier document qui était coérehent mes mal disposé

Alors déja je vais vous expliquez qu'est ce qui ma fait suivre cette piste

En premier sais l'étude des karmas qui ma permis de découvrir que soit notre karma correspond à un astéroîde ou à un personnage de la mythologie greco/romaine et non pas que dans
la piste des mayas et Aztéques


Les informations donnés sont :

Que fais tu la ?
de quelle couleur est mon reflet, le tiens, le notre !

Cet endroit vous rempli d’une infinie tristesse vous vous interrogez profondément.
Pourquoi ?

c'est une question !

De qu'elle couleur et le reflet de psychobob = Eros vue que sont karma et porté vers le fond du pourpre
Notre reflet pour ma part =Atropos veut dire que le code serait différent pour chaqu'un ou que les 334 répertorié et tous
un point en commun

Le notre = Janus

Maintenant en fesant des recherches approfondie j'ai découvert des renseignements ressemblant de trés pres à l'histoire de psychobob et à sont apparence
voila je vous les faits partagers :

Atropos :

Thallô symbolisera le Printemps, Carpô l'Automne et parfois Auxô (croître) l'Eté. Hésiode leur donnera les noms de Eunomia (la Loi et l'Ordre), Diké (la Justice) et Eiréné (la Paix). Les Heures seront les gardiennes des portes du ciel. Elles écarteront les nuages des portes de l'Olympe lorsque les dieux sortiront sur leur char.

Dans la mythologie romaine, elles incarneront les différentes heures de la journée.

Elles sont soeurs des Moires qui commandent la vie des hommes.

• Lachésis attribuera à chacun sa part de fil
• Clôtho filera,
• Atropos le tranchera à l'heure fixée.

Les équivalentes romaines des Moires sont les Parques et portent les noms de Nona, Decima, et Morta.

Eros le karma de psychobob


Eros (ErwV) ou Cupidon chez les Romains, était la divinité de l'Amour. Dans la Théogonie d'Hésiode et chez les Orphiques, Eros est considéré comme un dieu créateur et l'un des éléments primordiaux du monde. Il serait le premier dieu, né de l'œuf primordial, sans lui aucun des autres dieux ne seraient nés. Depuis le VI ième siècle avant notre ère, il est d'abord le dieu de la passion; à ce titre, il a inspiré presque tous les poètes et les artistes. Plus tard, on s'accorda à voir en lui le fils d'Aphrodite et d'Hermès (ou d'Arès); c'est ainsi, par exemple, que le décrit Agathon dans le Banquet de Platon. Selon d'autres sources plus récentes il serait le fils d'Iris et du vent d'Ouest (Zéphyr).

Il était l'objet d'un culte particulier à Thespies, où l'on célébrait en son honneur tous les quatre ans, des Erotidia. C'était un garçon turbulent qui n'avait aucune considération pour son âge ni pour la situation. Il volait avec des ailes d'or et tirait ses flèches au hasard .On l'associa aussi à Psyché, et l'on donna peu à peu à ce mythe une signification symbolique.

Eros a été fréquemment représenté sur des monuments de tout genre. Antéros était un compagnon d'Eros qui le faisait grandir quand il était à ses côtés et redevenir un enfant quand il était loin.

Janus = A qui corréspond t'il je ne le sais pas encore


Janus =??????

Janus est une divinité romaine veillant sur les ouvertures : ouverture de l’année, de la guerre (les portes de son temple étaient fermées quand Rome était en paix), etc.

Les mythologues ne sont pas d'accord sur son origine[1]. Les uns le font Scythe ; les autres, originaire du pays des Perrhèbes, peuple de Thessalie ; enfin, d'autres en font un fils d'Apollon et de Créuse, fille d'Érechtée, roi d'Athènes, ce qui ferait de lui un parfait équivalent latin du héros grec Ion, fils traditionnel d'Apollon et de cette princesse athénienne (sources : divers auteurs grecs). Devenu grand, Janus, ayant équipé une flotte, aborda en Italie, y fit des conquêtes et bâtit une ville qu'il appela de son nom Janicule. Toutes ces origines sont obscures et confondues. Mais la légende le fait régner, dès les premiers âges, dans le Latium. Saturne, chassé du ciel, se réfugia dans ce pays, et fut accueilli par Janus qui même l'associa à sa royauté. Par reconnaissance, le dieu détrôné le doua d'une rare prudence qui rendait le passé et l'avenir toujours présents à ses yeux, ce qu'on a exprimé en le représentant avec deux visages tournés en sens contraires.

Ovide, dans le premier chant des Fastes consacré au mois de janvier, identifie Janus au Chaos des grecs, racontant que lorsque les éléments formant la matière première de l'univers (l'air, l'eau, la terre et le feu) eussent été séparés, le corps d'un dieu se dégagea de cette matière, et que ce dieu fut Janus, dont le double visage est la seule trace de l'état de confusion cosmique qui précéda sa venue au monde. (Cf. textes des Fastes en ligne).

Le mois de janvier (januarius), auquel le roi Numa donna son nom, lui était consacré.



Père de Proca, né de l'union avec la nymphe Cama.

Père de Tibérinus, né de l'union avec Camisé. Ce dernier se noiera dans le Tibre, fleuve qui portera son nom.

Père de Canens, la personnification du chant, qu'il maria à Picus, fils de Saturne né dans le Latium après son exil sur terre, et que la magicienne Circé, par dépit amoureux, devait plus tard changer en pic-vert. Par elle, il est le grand-père maternel de Faunus, l'arrière-grand-père de Latinus et l'ancêtre d'une longue lignée royale.

On lui prête également des amours heureuses avec la déesse des eaux douces Vénilia et, selon Ovide avec la nymphe Cardea ou Carna qu'il parvint à vaincre lors d'un défi - grâce à son double visage - et qui lui accorda ses faveurs à l'issue de sa défaite. Aussi en retour en fit-il une déesse, présidant aux gonds des portes et chargée, en parallèle, de protéger la santé des nouveau-nés, et notamment le bon développement de leurs organes.

Enfin, certains lui attribuent pour parèdre l'antique déesse Jana ou Diana, et voient dans ce couple de divinités exclusivement latines un parfait équivalent de celui formé en Grèce par Apollon et Artémis, à laquelle Diana fut rapidement identifiée.

Voici les phrases qui montre les points en communs lisez bien cette parti :


C'est le dieu des portes (de janua, porte en latin, selon Tertullien). Il est représenté avec deux visages, l'un tourné vers le passé et l'autre tourné vers le futur. À Rome, son temple principal a la particularité d'avoir les portes ouvertes en temps de guerre et fermées en temps de paix. Les portes de ce temple n'ont d'ailleurs été fermées que deux fois de 509 av. J.-C. à Auguste. On peut dire que Janus est le Gardien de la porte des Enfers.

On le représente tenant d'une main une clef, et de l'autre une verge, pour marquer qu'il est le gardien des portes (januae) et qu'il préside aux chemins. Ses statues marquent souvent de la main droite le nombre de trois cents, et de la gauche celui de soixante-cinq, pour exprimer la mesure de l'année. Il était invoqué le premier lorsqu'on faisait un sacrifice à quelque autre dieu.

Ovide dit que Janus a un double visage parce qu'il exerce son pouvoir sur le ciel, sur la mer comme sur la terre ; il est aussi ancien que le monde ; tout s'ouvre ou se ferme à sa volonté. Lui seul gouverne la vaste étendue de l'univers. Il préside aux portes du ciel, et les garde de concert avec les Heures. Il observe en même temps l'orient et l'occident.

Sur le revers de ses médailles on voyait un navire ou simplement une proue, en mémoire de l'arrivée de Saturne en Italie sur un vaisseau.

(Se qui ressemble étrangement à psychobob)

Il y avait à Rome plusieurs temples de Janus, les uns de Janus Bifrons, les autres de Janus Quadrifrons. Au-delà de la porte du Janicule on avait élevé, en dehors des murs de Rome, douze autels à Janus, par rapport aux douze mois de l'année.
Ne pouvant plus diriger le ciel, Saturne cherchait la tranquillité. Il fut accueilli avec hospitalité en Italie par Janus, le roi des latins et le dieu des portes des enfers. En plus de son hospitalité, Janus proposa à Saturne de s’associer tous les deux sur le trône. Janus et Saturne s’entendaient merveilleusement bien, il n’y avait jamais de querelles. Ils ne travaillaient jamais car la terre était toujours féconde. C’était l’Âge d’or. En souvenir d’une pareille époque, on fêtait les Saturnales, où pendant trois jours tous étaient égaux, il n’y avait ni maître, ni esclave.


Je ne vous ai pas mis l'histoire de Dante car niveau du socle je pense qu'aucune information ou tres peu sont pertinante pour se code j'espere que sa sera plus clair est je vous dit bonne chance

Ecrivez moi des mps de vos recherche sa serait tres simpathique merci beaucoup

Gaia



Merci d'avance à vous et Pouyou!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adanedhel



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 18/12/2007

MessageSujet: Re: Correction pour Gaïa   Mer 2 Jan - 2:00

Le Socle





Une petite explication s'impose après mon premier document qui était cohérent mais mal disposé

Alors déjà je vais vous expliquer ce qui m'a fait suivre cette piste

En premier : C'est l'étude des karmas qui m'a permis de découvrir que soit notre karma correspond à un astéroïde ou à un personnage de la mythologie gréco/romaine et non pas seulement suivant la piste des Mayas et Aztèques


Les informations données sont :

"Que fais-tu la ?"
"De quelle couleur est mon reflet, le tien, le nôtre ?"

"Cet endroit vous remplit d’une infinie tristesse vous vous interrogez profondément.
Pourquoi ?"

C'est une question !

De quelle couleur est le reflet de Psychobob = Eros vu que son karma est porté vers le fond du pourpre
Notre reflet : pour ma part = Atropos veut dire que le code serait différent pour chacun ou que les 334 répertorié aient tous un point en commun

Le nôtre = Janus

Maintenant en faisant des recherches approfondies j'ai découvert des renseignements ressemblant de très près à l'histoire de Psychobob et à son apparence.

Voilà je vous les fait partager :


Atropos :

Thallô symbolisera le Printemps, Carpô l'Automne et parfois Auxô (croître) l'Eté. Hésiode leur donnera les noms de Eunomia (la Loi et l'Ordre), Diké (la Justice) et Eiréné (la Paix). Les Heures seront les gardiennes des portes du ciel. Elles écarteront les nuages des portes de l'Olympe lorsque les dieux sortiront sur leur char.

Dans la mythologie romaine, elles incarneront les différentes heures de la journée.

Elles sont soeurs des Moires qui commandent la vie des hommes.

• Lachésis attribuera à chacun sa part de fil
• Clôtho filera,
• Atropos le tranchera à l'heure fixée.

Les équivalentes romaines des Moires sont les Parques et portent les noms de Nona, Decima, et Morta.


Eros le karma de Psychobob

Eros ou Cupidon chez les Romains, était la divinité de l'Amour. Dans la Théogonie d'Hésiode et chez les Orphiques, Eros est considéré comme un dieu créateur et l'un des éléments primordiaux du monde. Il serait le premier dieu, né de l'œuf primordial, sans lui aucun des autres dieux ne seraient nés. Depuis le VI ième siècle avant notre ère, il est d'abord le dieu de la passion; à ce titre, il a inspiré presque tous les poètes et les artistes. Plus tard, on s'accorda à voir en lui le fils d'Aphrodite et d'Hermès (ou d'Arès); c'est ainsi, par exemple, que le décrit Agathon dans le Banquet de Platon. Selon d'autres sources plus récentes il serait le fils d'Iris et du vent d'Ouest (Zéphyr).

Il était l'objet d'un culte particulier à Thespies, où l'on célébrait en son honneur tous les quatre ans, des Erotidia. C'était un garçon turbulent qui n'avait aucune considération pour son âge ni pour la situation. Il volait avec des ailes d'or et tirait ses flèches au hasard .On l'associa aussi à Psyché, et l'on donna peu à peu à ce mythe une signification symbolique.

Eros a été fréquemment représenté sur des monuments de tout genre. Antéros était un compagnon d'Eros qui le faisait grandir quand il était à ses côtés et redevenir un enfant quand il était loin.


Janus = A qui correspond-il ? Je ne le sais pas encore...

Janus =??????

Janus est une divinité romaine veillant sur les ouvertures : ouverture de l’année, de la guerre (les portes de son temple étaient fermées quand Rome était en paix), etc.

Les mythologistes (pas sur.. logues peut etre) ne sont pas d'accord sur son origine[1]. Les uns le font Scythe ; les autres, originaire du pays des Perrhèbes, peuple de Thessalie ; enfin, d'autres en font un fils d'Apollon et de Créuse, fille d'Érechtée, roi d'Athènes, ce qui ferait de lui un parfait équivalent latin du héros grec Ion, fils traditionnel d'Apollon et de cette princesse athénienne (sources : divers auteurs grecs). Devenu grand, Janus, ayant équipé une flotte, aborda en Italie, y fit des conquêtes et bâtit une ville qu'il appela de son nom Janicule. Toutes ces origines sont obscures et confondues. Mais la légende le fait régner, dès les premiers âges, dans le Latium. Saturne, chassé du ciel, se réfugia dans ce pays, et fut accueilli par Janus qui même l'associa à sa royauté. Par reconnaissance, le dieu détrôné le doua d'une rare prudence qui rendait le passé et l'avenir toujours présents à ses yeux, ce qu'on a exprimé en le représentant avec deux visages tournés en sens contraires.

Ovide, dans le premier chant des Fastes consacré au mois de janvier, identifie Janus au Chaos des grecs, racontant que lorsque les éléments formant la matière première de l'univers (l'air, l'eau, la terre et le feu) eussent été séparés, le corps d'un dieu se dégagea de cette matière, et que ce dieu fut Janus, dont le double visage est la seule trace de l'état de confusion cosmique qui précéda sa venue au monde. (Cf. textes des Fastes en ligne).

Le mois de janvier (januarius), auquel le roi Numa donna son nom, lui était consacré.

Père de Proca, né de l'union avec la nymphe Cama.

Père de Tibérinus, né de l'union avec Camisé. Ce dernier se noiera dans le Tibre, fleuve qui portera son nom.

Père de Canens, la personnification du chant, qu'il maria à Picus, fils de Saturne né dans le Latium après son exil sur terre, et que la magicienne Circé, par dépit amoureux, devait plus tard changer en pic-vert. Par elle, il est le grand-père maternel de Faunus, l'arrière-grand-père de Latinus et l'ancêtre d'une longue lignée royale.

On lui prête également des amours heureuses avec la déesse des eaux douces Vénilia et, selon Ovide avec la nymphe Cardea ou Carna qu'il parvint à vaincre lors d'un défi - grâce à son double visage - et qui lui accorda ses faveurs à l'issue de sa défaite. Aussi en retour en fit-il une déesse, présidant aux gonds des portes et chargée, en parallèle, de protéger la santé des nouveau-nés, et notamment le bon développement de leurs organes.

Enfin, certains lui attribuent pour parèdre l'antique déesse Jana ou Diana, et voient dans ce couple de divinités exclusivement latines un parfait équivalent de celui formé en Grèce par Apollon et Artémis, à laquelle Diana fut rapidement identifiée.


Voici les phrases qui montre les points en communs lisez bien cette partie :

C'est le dieu des portes (de janua, porte en latin, selon Tertullien). Il est représenté avec deux visages, l'un tourné vers le passé et l'autre tourné vers le futur. À Rome, son temple principal a la particularité d'avoir les portes ouvertes en temps de guerre et fermées en temps de paix. Les portes de ce temple n'ont d'ailleurs été fermées que deux fois de 509 av. J.-C. à Auguste. On peut dire que Janus est le Gardien de la porte des Enfers.

On le représente tenant d'une main une clef, et de l'autre une verge, pour marquer qu'il est le gardien des portes (januae) et qu'il préside aux chemins. Ses statues marquent souvent de la main droite le nombre de trois cents, et de la gauche celui de soixante-cinq, pour exprimer la mesure de l'année. Il était invoqué le premier lorsqu'on faisait un sacrifice à quelque autre dieu.

Ovide dit que Janus a un double visage parce qu'il exerce son pouvoir sur le ciel, sur la mer comme sur la terre ; il est aussi ancien que le monde ; tout s'ouvre ou se ferme à sa volonté. Lui seul gouverne la vaste étendue de l'univers. Il préside aux portes du ciel, et les garde de concert avec les Heures. Il observe en même temps l'orient et l'occident.

Sur le revers de ses médailles on voyait un navire ou simplement une proue, en mémoire de l'arrivée de Saturne en Italie sur un vaisseau.

(Ce qui ressemble étrangement à Psychobob)

Il y avait à Rome plusieurs temples de Janus, les uns de Janus Bifrons, les autres de Janus Quadrifrons. Au-delà de la porte du Janicule on avait élevé, en dehors des murs de Rome, douze autels à Janus, par rapport aux douze mois de l'année.
Ne pouvant plus diriger le ciel, Saturne cherchait la tranquillité. Il fut accueilli avec hospitalité en Italie par Janus, le roi des latins et le dieu des portes des enfers. En plus de son hospitalité, Janus proposa à Saturne de s’associer tous les deux sur le trône. Janus et Saturne s’entendaient merveilleusement bien, il n’y avait jamais de querelles. Ils ne travaillaient jamais car la terre était toujours féconde. C’était l’Âge d’or. En souvenir d’une pareille époque, on fêtait les Saturnales, où pendant trois jours tous étaient égaux, il n’y avait ni maître, ni esclave.


Je ne vous ai pas mis l'histoire de Dante car niveau du socle je pense qu'aucune information ou très peu sont pertinentes pour ce code. J'espère que ça sera plus clair et je vous dis bonne chance.

Ecrivez-moi des mps de vos recherches, ça serait très sympathique, merci beaucoup.

Gaia

J'ai pas tout compris mais j'ai taché de corriger.

Relu et corrigé (Tinalban)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Correction pour Gaïa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Maison De Correction Uchi Kisei
» Correction pour les vues
» Demande de Correction pour un texte de Discussions et Récits
» Correction pour un futur forum
» "Petite" correction pour Romantic-Universes [Mello]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Correctifs :: Corrections-
Sauter vers: